Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

cliquer pour fermer

Actualités

Retour

17 janvier 2023

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

« Je l’ai écrit pour essayer de sauver des vies »

Kathleen Durepos raconte l’enfer de la violence conjugale

Kathleen Durepos

©Photo gracieuseté

Kathleen Durepos lors du lancement de son livre.

En publiant son livre Pourquoi ? Peut-être…, Kathleen Durepos, résidente de Saint-Michel-des-Saints, peut enfin dire toute la vérité au sujet de la violence conjugale dont elle a été victime pendant plus de 15 ans.

Kathleen Durepos a rencontré son bourreau à l’âge de 17 ans, alors qu’elle vivait au Nouveau-Brunswick. En 2003, elle s’est sauvée et a emménagé dans Lanaudière.

« Ce livre, ça fait longtemps que je l’avais en tête, mais je voulais vraiment écrire un fait vécu et dire toute la vérité. Ce qui m’a empêchée de le faire pendant des années, c’est que je voulais vraiment tout dire, mais que je ne voulais pas que mon ex me retrouve. Il m’a toujours recherchée alors ça aurait été un trop gros risque. »

Le décès de cet homme en 2018 lui a finalement permis d’écrire sans avoir de craintes.

Kathleen a été avec son ex pendant 16 ans, des années où, de son propre aveu, elle ne vivait plus. « Il fallait toujours que je surveille mes arrières. Les hommes violents sont des manipulateurs. Au fil du temps, il ne voulait plus que je voie mes amies, il me disait qu’elles me « bourraient la tête ». Quand on voyait des gens, je ne pouvais plus parler. Je l’ai laissé plusieurs fois, j’allais dans des maisons pour les femmes en difficulté, mais il réussissait à me retrouver et à me faire revenir, il promettait de changer, c’était la lune de miel, puis, les agressions reprenaient. C’est une roue qui tourne. »

Quand elle l’a rencontré à l’âge de 17 ans, Kathleen mentionne qu’il représentait vraiment l’homme idéal. Elle a d’ailleurs eu deux enfants avec lui.

« Pendant un certain temps, j’espérais qu’il redevienne l’homme que j’avais rencontré, mais je voyais mes enfants qui grandissaient et qui n’étaient pas bien. J’ai pris conscience qu’il ne changerait jamais et qu’il ne redeviendrait jamais l’homme que j’ai aimé. »

C’est à ce moment qu’elle est partie en appartement. Peu de temps après, son fils, âgé de 13 ans, est malheureusement décédé. « Mon garçon a été retrouvé pendu, ça a passé pour un suicide, mais j’ai toujours douté…mon ex avait sans cesse la revanche en tête et il était jaloux de son garçon. Il me disait que si je m’en allais, il tuerait les enfants et se tuerait après. Je savais qu’il pouvait le faire. »

Dans son livre, Kathleen Durepos raconte tout : comment son ex la battait, ses agressions, leur rencontre. Elle donne aussi des conseils et explique comment reconnaître certains signaux d’alarme. « Je l’ai écrit pour essayer d’aider et de sauver des vies. Personne n’aime ça se faire battre, c’est la peur qui nous tient là. »

Dans son livre, qu’elle a autoédité, elle s’adresse aussi à l’homme agresseur. « Les lecteurs qui vivent de telles situations peuvent se reconnaître. »

Elle souhaitait finalement que les gens sachent quel genre d’homme son ex était. « C’est une libération pour moi d’enfin dire ce que j’ai vécu, car il était différent en public. Je voulais que ce ne soit pas tout arrivé pour rien et dire la vérité au sujet du décès de mon fils. »

Lorsque Kathleen Durepos a quitté le Nouveau-Brunswick, sa fille avait six ans. « Aujourd’hui, elle en a 26 et c’est une femme qui est capable de se promener la tête haute. De mon côté, je vais beaucoup mieux depuis l’écriture de mon livre, ce fut comme un gros relâchement. Le moment où je l’ai eu dans mes mains a été très émotif. »

L’auteure a également rencontré un homme de qui elle est très amoureuse. « Au départ, j’ai eu beaucoup de difficulté car je mettais tous les hommes dans le même panier, j’avais de la misère à me donner et à faire confiance. Je ne me permettais pas de dire ce que je pensais. J’ai encore de la difficulté à m’exprimer, car j’avais pris l’habitude de me taire. Mais ce que je vis présentement est merveilleux, mon nouveau partenaire m’a aidée à terminer le livre calmement et il m’a beaucoup amenée à m’exprimer et à être moi-même. »

Les gens qui veulent se procurer le livre peuvent joindre directement Kathleen Durepos via sa page Facebook, le livre sera aussi disponible en librairie.

Kathleen Durepos

©Photo gracieuseté - L'Action

Kathleen Durepos et sa fille.

Kathleen Durepos

©Photo gracieuseté - L'Action

Kathleen Durepos et sa fille alors qu'elles étaient plus jeunes.

Croyez-vous que les cliniques d’IPS sont une bonne solution aux problèmes d’accès à des soins de santé?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

24 janvier 2023

lapointe lise

je sais j ai été l une de ces femmes

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média