Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

09 août 2022

Jason Joly - jjoly@lexismedia.ca

Un mouvement de grève organisé à la SQDC de Joliette

De meilleurs salaires demandés

Grève SQDC

©Jason Joly - L'Action

Plusieurs salariés de la SQDC de Joliette et d’autres succursales manifestaient pour des salaires plus équitables.

Les employés de la Société québécoise de cannabis (SQDC) de Joliette se sont rassemblés lors d’une manifestation le 9 août à 11h. Ayant refusé précédemment une offre présentée par l’employeur, les membres du Syndicat des employés de la SQDC (SCFP-5454) veulent continuer de faire pression afin d’obtenir un salaire comparable à celui des autres sociétés d’État.

Le Syndicat représente plus d'une vingtaine de succursales de la SQDC, dont 22 d’entre elles sont en grève générale illimitée depuis le 20 mai. Les membres du SCFP-5454 ont déjà pris position le 17 juillet dernier, à l’unanimité, afin de rejeter la dernière offre salariale de la SQDC. Ainsi, lors du piquetage qui s’est déroulé au centre-ville de Joliette, plusieurs salariés provenant d’autres succursales comme celles de Montréal, de Shawinigan ou encore de Gatineau sont venus prêter main-forte à leurs collègues joliettains.

Selon David Clément, président du SCFP-5454, les négociations, qui sont en cours depuis le mois d’octobre 2021, sont difficiles, et ce, particulièrement au niveau de la conciliation travail-famille. « Grâce à la mobilisation des membres de partout, nous sommes convenus d’une entente de principe sur le normatif », souligne-t-il. Le point central des négociations est toutefois le salaire qui est considéré par le Syndicat comme inégal. Ce dernier demande donc un salaire comparable aux autres sociétés d’État comme Loto-Québec ou Hydro-Québec. « Le premier ministre, au mois de mai, avait dit que toute entreprise qui donnerait en bas de 20$/h aurait de la difficulté. Nous avons un bel exemple avec une entreprise d’État qui donne moins de 18$/h au salaire d’entrée », indique M. Clément.

Le président du SCFP-5454 ajoute que les employés de la SQDC veulent suivre les valeurs du commerce qui ne sont pas de faire des profits, mais de suivre plutôt une mission sociale qui renseigne le monde sur le cannabis. « Nos membres veulent faire carrière à la SQDC. Ils veulent donner des conseils autant à une dame de 83 ans qui vient pour la première fois que pour un homme de 40 ans qui consomme depuis longtemps », déclare David Clément. Le Syndicat planifiait, au cours de la semaine dernière, d’organiser d’autres lignes de piquetage dans d’autres régions puisque les membres se disent prêts à rester en grève tant que l’entente ne sera pas satisfaisante.

De son côté, la SQDC assure déployer des efforts pour maintenir le service à la clientèle dans l’ensemble de ses 90 succursales, incluant celles visées par la grève, qui demeurent ouvertes, mais selon des horaires réduits. Certaines de ces succursales sont fermées plusieurs jours consécutifs pour permettre aux gestionnaires qui les opèrent de prendre un peu de répit. Les informations sur les horaires allégés sont disponibles sur SQDC.ca.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média