Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

11 mai 2022

Communiqué L'Action - infolanaudiere@lexismedia.ca

La prière n’a plus sa place à la Chambre de communes, affirme Gabriel Ste-Marie

Laïcité de l’État

Gabriel Ste-Marie

©Photo gracieuseté - L'Action

Le député de Joliette, Gabriel Ste-Marie.

Par souci de respect de la laïcité des institutions publiques, le Bloc Québécois demande à la Chambre des communes de voter pour abolir la prière marquant quotidiennement le début des travaux parlementaires.

« Beaucoup de Québécois ignoraient que la Chambre des communes prononce toujours une prière avant chaque séance. En 2022, il serait temps que les élus fédéraux remplacent cette pratique contraire au principe de laïcité par un moment de réflexion. La laïcité est une valeur progressiste et inclusive. Pour que toutes les croyances ou les non-croyances au sein de la population soient respectées, l’État doit n’en afficher aucune. Le Bloc Québécois demande donc à tous les partis de montrer l’exemple en abolissant la prière. La laïcité n’a plus sa place en Chambre. Nous voulons garder la religion à l’extérieur. Le Bloc demande d’abolir la monarchie et de faire place à un moment de recueillement personnel. Il n’y a plus de raisons que les députés accordent du temps à cette prière. J’invite les partis à suivre le Québec et les autres provinces qui ont déjà emboîté le pas et qui ont délaissé cette pratique. Le fédéral devrait faire du chemin sur cette position. La meilleure façon d’assurer la neutralité religieuse et la laïcité de l’État, c’est de ne mettre aucune religion de l’avant. C’est aussi une façon de respecter l’ensemble de la population », a déclaré le député fédéral de Joliette, Gabriel Ste-Marie.

Le Bloc Québécois demandera le vote sur la motion suivante : « Que, étant donné que la Chambre respecte les croyances et les non-croyances de l’ensemble des parlementaires ainsi que de la population, et qu’elle a un attachement au principe de séparation de la religion et de l’État, à la diversité des opinions et à la liberté de conscience, tout en respectant la laïcité et la neutralité religieuse de l’État et par souci d’inclusion, la lecture de la prière à l’ouverture d’une séance soit abolie et remplacée par un moment de réflexion. »

Le Bloc Québécois avait déjà demandé le consentement unanime de la Chambre pour abolir la prière, le 12 juin 2019. Des libéraux et des conservateurs s’y étaient alors opposés.

Le député de Joliette rappelle que d’autres parlements ont mis fin à la prière inaugurant leurs travaux : « L’Assemblée nationale du Québec l’a fait en 1976, rejoignant Terre-Neuve-et-Labrador, qui n’a jamais adhéré à cette pratique. En octobre 2021, l’Assemblée législative de Nouvelle-Écosse abolissait à l’unanimité sa prière, par souci que « chaque personne, peu importe la couleur de sa peau, son genre, qui elle aime, sa langue et sa manière de prier, se sente accueillie par le gouvernement ». Le Bloc Québécois souhaiterait qu’ici aussi, l’abolition de la prière se fasse à l’unanimité. J’appelle tous mes collègues à envoyer ce message inclusif aux citoyens et citoyennes qui ne sont pas nécessairement de confession chrétienne, qui n’adhèrent pas nécessairement à ses traditions et croyances, et qui parfois même, s’en estiment écartés. Ensemble, faisons le choix de la laïcité et de la modernité. »

Craignez-vous un recul des droits des femmes au Canada?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média