Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

cliquer pour fermer

Actualités

Retour

16 novembre 2021

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

Jacques Rougeau renoue avec la lutte dans un projet d’envergure

«Ça redonne une signification à ma vie!»

Jacques Rougeau

©(Photo L'Action- Mélissa Blouin)

«Je ne suis pas capable de me passer de la lutte», a déclaré le Lanaudois Jacques Rougeau lors de sa rencontre dans les bureaux de L’Action. Avec toute son authenticité et sa franchise, il a ajouté que depuis que lui et ses fils avaient fait leur dernier spectacle, il y a trois ans, son cœur était en deuil. Il a donc voulu renouer avec sa grande passion et s’est lancé dans un projet d’envergure, Lutte académie 2022. 

Il s’agit d’une compétition, inspirée de Star Académie, dans laquelle 40 lutteurs, provenant de partout à travers le Canada, s’affronteront chaque semaine. Les juges et le public choisiront ceux qu’ils souhaitent voir poursuivre l’aventure jusqu’à ce qu’il n’en reste que quatre. Ces derniers seront récompensés d’un prix de 5000 $ chacun et courront la chance d’intégrer la prestigieuse école de lutte américaine Nightmare Factory.  

«Le copropriétaire de cette école et célèbre QT Marshall sera juge. Ce sera l’occasion pour lui de découvrir le talent québécois et canadien puisque tous les meilleurs du pays, qui n’ont pas été choisis par les grosses ligues ou qui n’ont simplement pas eu la chance de se faire voir, participeront », a expliqué Jacques Rougeau.  

Ce dernier est d’avis que les opportunités et prix qui viennent avec ce projet représentent « un monde idéal » pour ceux qui débutent dans la lutte professionnelle. «L’école de lutte américaine, c’est un rêve que moi-même j’avais et 5000$ ça signifie beaucoup pour des lutteurs qui sont habitués de performer pour de très petits montants. » 

Jacques Rougeau

©(Photo gracieuseté)

Trois juges, soit deux connaisseurs de lutte et un artiste invité, analyseront la prestation, le côté athlétique, ainsi que le charisme des athlètes. «Ce n’est pas nécessairement celui qui va gagner le combat qui va passer, car ça prend un bon Joker pour créer un bon Batman! » La décision sera prise à 40% par les juges et à 60% par le public. «Ce sera donc aussi important pour les lutteurs d’avoir un bon fan club! » La compétition commencera en mai 2022 et s’échelonnera sur une quinzaine de semaines.  

Un projet qui suscite de l’intérêt 

Cette idée trottait dans la tête de Jacques Rougeau depuis quelques années déjà, mais il attendait le bon moment pour la concrétiser. « Après deux ans de pandémie, je crois que les gens auront envie de sortir et d’avoir du plaisir! » 

Il a confié qu’il avait lui-même difficilement traversé la pandémie. D’autant plus, qu’il vivait déjà une déception depuis que ses fils avaient arrêté la lutte en 2018. «J’espérais pouvoir fêter le centenaire de la Famille Rougeau dans le monde de la lutte. Depuis que j’ai l’âge de six ans que c’est ma passion, j’y ai consacré ma vie et ça me manquait beaucoup! » 

D’entamer Lutte Académie, même si cela demande énormément de temps et d’énergie, lui a donc amené vigueur et motivation. « C’est un projet qui me redonne le goût de vivre! Je suis passionné, j’ai du fun, je travaille, je vais à des meetings, c’est comme si je retrouvais une signification à ma vie! » 

Au moment de l'entrevue, M. Rougeau, ainsi que sa conjointe, qui l’aide beaucoup dans ce projet, avaient plusieurs rendez-vous planifiés afin de s’entourer de personnes influentes. «Les gens croient au projet et c’est inspirant!» 

Ils ont d’ailleurs reçu des demandes de lutteurs des États-Unis et même d’Europe pour participer à la compétition, mais ils ont dû les refuser puisque cette année sera consacrée au Canada seulement, « l’année prochaine nous ouvrirons au monde! » 

Si le projet avance bien, il reste encore des choses à finaliser d’ici le mois de mai. M. Rougeau aimerait trouver une plateforme télévisuelle en plus de la chaîne Youtube, avec six millions de vues par mois, qu’il a choisie pour diffuser les événements.  

L’endroit où se déroulera la compétition reste aussi à déterminer. Toutefois, il est important pour le lutteur que l’entrée soit gratuite. Il aimerait également que cela se déroule dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve afin de faire un lien avec un autre projet dans lequel il s’implique, celui de porte-parole de CARE Montreal. D’ailleurs, il aimerait qu’une partie des fonds amassés par le vote du public, qui sera payant, soit dédiée à cet organisme.  

«Ma richesse, c’est de donner» 

C’est samedi dernier que Jacques Rougeau a annoncé qu’il serait porte-parole du Centre d'aide et de réinsertion CARE Montréal pour la prochaine année. Il est d’ailleurs allé sur place, afin de rencontrer des personnes en situation d’itinérance et de leur faire quelques prises de lutte.  

«C’est vraiment pour faire une différence que je fais cela! Si je peux en aider quelques-uns à retrouver un job ou à avoir une meilleure qualité de vie, ce serait le plus beau cadeau que je pourrais avoir», a commenté le Lanaudois avec beaucoup d’enthousiasme.  

L’an dernier, avec un couple d’amis, sa conjointe et lui étaient allés à la rencontre de personnes itinérantes pour leur amener des manteaux, des sandwichs et des bottes. Il avait adoré cette expérience, d’autant plus qu’il avait rencontré plusieurs amateurs et connaisseurs de lutte parmi ceux-ci!  

Quand un ami lui a demandé d’être porte-parole de CARE Montréal, il a donc tout de suite accepté. « C’est un projet que j’ai vraiment endossé. En plus, je me sens proche d’eux parce que je n’ai pas de sécurité financière derrière moi, je ne sais pas ce qu’il peut m’arriver demain. Moi ma richesse, c’est de donner, j’ai toujours aimé donner!» 

M. Rougeau apprécie tout particulièrement la mission de l’organisme qui n’est pas seulement un dortoir, mais un endroit avec plusieurs ressources pour réintégrer les usagers dans la société, « ce sont tous des gens qui veulent s’en sortir! » 

Informations 

Toutes les informations sur le projet Lutte Académie sont disponibles au Jacquesrougeau.ca Il est possible pour les lutteurs intéressés de s’y inscrire jusqu’en décembre.  

 

©(Photo gracieuseté)

Jacques Rougeau ainsi que des compétiteurs de Lutte Académie sont allés à la rencontre de personnes en situation d’itinérance le 13 novembre.

©(Photo gracieuseté)

Le directeur général de CARE Montreal, Daniel Monette.

Avez-vous déjà accueilli un animal abandonné sous votre toit?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média