Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

20 juillet 2021

Jason Joly - jjoly@lexismedia.ca

Joliette, Notre-Dame-des-Prairies et Saint-Paul dans la mire

Maison des aînés

Terrain MDA

©Photo L'Action - Jason Joly - L'Action

L’un des terrains suggérés par la Ville de Joliette se trouve près de la patinoire Bleu Blanc Bouge.

En date du 19 mai 2021, la Société québécoise des infrastructures (SQI) a lancé un appel auprès de propriétaires et de quelques municipalités de Lanaudière. Le but de cet avis était d’avoir des suggestions de terrains propices à la construction d’une nouvelle maison des aînés dans la région. Seules les municipalités de Joliette, de Notre-Dame-des-Prairies et de Saint-Paul ont été approchées dans le cadre de cette annonce. 

Des villes répondent à l’appel 

Lors de la séance du conseil qui s’est déroulée le 21 juin 2021, la Ville de Joliette a décidé de suggérer « une partie des lots 5 495 115 et 5 422 110, soit environ 10 000 mètres carrés, pour la réalisation du projet de maison des aînés à Joliette ». 

Ainsi, le premier terrain se situerait près de la patinoire Bleu Blanc Bouge, au parc Lépine-Frénette. Quant à la deuxième zone suggérée, le service des communications de la Ville répond que l’ancien site de neige usée à l’intersection de la route 158 et de la rue Saint-Pierre Sud pourrait être adéquat. Joliette assure que le site a été décontaminé et est donc assez sécuritaire pour y accueillir ce genre de bâtiment. 

Des citoyens ont toutefois fait part de certaines inquiétudes concernant les emplacements de ces terrains, indiquant qu’ils étaient particulièrement éloignés du centre-ville et des services dont les résidents de la maison pour aînés auraient besoin. En réponse à ces inquiétudes, la Ville s’explique : « Nous avons répondu selon ce qui était conforme avec ce qui était demandé par la SQI. Les endroits que la Ville a proposés sont des endroits qui répondaient aux critères. » 

Notre-Dame-des-Prairies a elle aussi été approchée pour ce projet, mais par l’entremise du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière. Une rencontre a eu lieu il y a quelque temps entre la Ville et la Société québécoise des infrastructures pour connaitre les terrains potentiels. « Nous, nous n’avons pas de terrain de cette grandeur-là de disponible à la Ville de Notre-Dame-des-Prairies », révèle la directrice générale, Marie-Andrée Breault. 

Les seuls endroits disponibles sont des terrains privés. Selon la directrice générale, la SQI et les promoteurs à qui appartiennent ces terrains sont en discussion, mais Mme Breault ne peut préciser quels terrains seront proposés.  

Pour ce qui est de la Municipalité de Saint-Paul, la situation est la même. Selon Pascal Blais, directeur général, la Ville ne possède aucun terrain qui respecte les dimensions ou les directives envoyées par la SQI. Ainsi, seuls des terrains privés pourraient être suggérés pour le projet, mais il n’est pour le moment pas possible de connaître l’emplacement de ces terrains. 

La Société québécoise des infrastructures précise que cette annonce n’est pas un appel d’offres, mais plutôt une « démarche [qui] vise seulement à recueillir des renseignements généraux sur la disponibilité de terrains à vendre ». Les personnes et les municipalités en possession de terrains qui correspondent à ces critères avaient jusqu’au 18 juin 2021 pour faire leur proposition. 

Des critères stricts 

La Société québécoise des infrastructures invitait « tout propriétaire intéressé ou toute personne » à l’informer d’un terrain, qu’il s’agisse d’un « terrain vacant ou comprenant un bâtiment libre de toute occupation et pouvant être démoli ». Selon les critères de la SQI, les terrains devaient se trouver dans trois municipalités précises, soit Joliette, Notre-Dame-des-Prairies et Saint-Paul. 

En plus de faire partie de ces secteurs, la Société désire un terrain d’une superficie minimale de 8000 m² jusqu’à un maximum de 25 000 m². Elle n’envisagera aucun terrain se trouvant dans une zone agricole, dans un parc industriel, dans une zone inondable et sur un terrain enclavé. Dernier critère : l’endroit doit être à proximité des égouts et des services d’aqueducs. 

D’autres caractéristiques sont prises en considération pour l’emplacement du projet de maison des aînés. Le ministère de la Santé et des Services sociaux énumère que la « vitesse de circulation », la « proximité de services connexes favorisant l’intégration dans la communauté » et « l’accès aux transports en commun » sont quelques points qui influenceront le choix du terrain. 

La Société québécoise des infrastructures prévoit construire une installation de 72 lits avec un centre de jour ainsi que des lits supplémentaires pour que les résidents puissent se reposer temporairement. Elle indique toutefois qu’« aucune information quant aux terrains retenus ne sera divulguée avant la conclusion d’une transaction, et ce, pour ne pas interférer dans un éventuel processus d’acquisition ». 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média