Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Personnalités de l'année

Retour

06 janvier 2021

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

«C’est l’année qui va avoir propulsé ma carrière»

Sports

Kim Clavel

©(Photo gracieuseté-Jade Bellavance)

La championne des poids légers de la NABF a également célébré ses 30 ans cette année.

Nommée l’une des dix leaders de la prochaine génération par le magazine Time et récipiendaire du prestigieux prix Pat-Tillman, Kim Clavel a su transformer une année qui s’avérait difficile en l’une des plus marquantes de sa vie. Qu’il s’agisse de son combat dans les CHSLD ou de ses victoires sur le ring, la personnalité sportive de l’année était sur tous les fronts et son nom s’est fait connaître à travers l’Amérique. 

«Chaque décision que j’ai prise a ouvert une porte, qui en a ouvert une autre et ça ne s’est juste jamais arrêté. C’est l’année qui va avoir propulsé ma carrière», a mentionné la boxeuse qui a grandi à Crabtree. Cette année, qu’elle compare à une immense montagne russe d’émotions, a commencé par sa signature avec le Groupe Yvon Michel en février.  

Cela faisait environ un mois qu’elle était agent libre et elle avait eu quelques offres déjà, mais quand elle a reçu celle du Groupe Yvon Michel, elle a tout de suite su que c’était le match parfait. «Ma façon de penser, mes objectifs, mes valeurs, tout coordonnait avec les leurs et j’étais fière de les représenter. » 

Le promoteur avait déjà des plans pour Kim Clavel, le Casino de Montréal allait être le domicile de la Lanaudoise et elle y disputerait cinq combats dont le premier se tiendrait en grande finale du gala du 21 mars contre Esmeralda Moreno. « C’est une championne du monde, ça allait propulser ma carrière si je gagnais. » 

Kim Clavel était prête comme jamais quand elle a appris, une semaine avant le grand jour, que tout était annulé en raison de la Covid-19. Il était hors de question pour l’infirmière auxiliaire de profession de rester inactive et c’est ce qui l’a menée vers l’événement le plus marquant de son année, son combat dans les CHSLD.  

Kim Clavel

©(Photo gracieuseté-Jade Bellavance)

«Je ne les oublierai jamais » 

Pendant environ trois mois, elle a travaillé à temps plein, parfois 16 heures par jour, dans les établissements de santé et a côtoyé la mort de près. «Ça m’a tourmentée de voir des gens vivre de la solitude, de la souffrance, des manques de soins, mais en même temps c’était tellement enrichissant de pouvoir être aux côtés de ces gens-là qui me parlaient de leurs sentiments, de leur vie et de leur expérience. Je ne les oublierai jamais.» 

Elle ajoute que même les moments difficiles de 2020 ont apporté du positif et l’ont rendue plus forte. «Je contrôlais ce que je pouvais et le fait de gérer des situations stressantes m’a donné une force de caractère et m’a appris à me faire encore plus confiance.» 

Le 21 juin, l’athlète recevait le prestigieux prix américain Pat-Tillman pour son implication envers la communauté. « C’est gros, je ne savais même pas que quelqu’un du Québec pouvait gagner ça et c’est vraiment tombé du ciel, je n’ai pas fait de démarches pour cela, je ne sais pas comment mon histoire a pu se rendre là-bas», a commenté la Lanaudoise encore émue par cette reconnaissance.  

Elle croit d’ailleurs que c’est ce qui l’a fait connaître aux États-Unis et qui lui a permis d’aller boxer à Las Vegas le 21 juillet et d’ainsi réaliser l’un de ses rêves d’enfance, «tout est relié, l’un ne va pas sans l’autre!» 

Plus grand que nature 

Ce soir-là, Kim Clavel a boxé sur les réseaux d’ESPN et était diffusée en direct sur RDS. Elle était la première boxeuse à reprendre le sport et elle sentait que tout le Québec était derrière elle. «C’était mon plus beau moment de 2020, c’était un cadeau, un petit baume après les mois plus difficiles que je venais de passer.»  

La Lanaudoise a conservé sa fiche parfaite en remportant son combat contre Natalie Gonzalez par décision unanime des juges. Une victoire qui lui a permis de se faire connaître encore plus à l’international.  

Kim Clavel a ensuite été nommée parmi les dix leaders mondiaux de la nouvelle génération par le Magazine Time, «c’était une autre affaire vraiment plus grande que nature», a-t-elle rigolé lors de son entrevue avec L’Action.  

Puis, la boxeuse a terminé son année en force en remportant une autre victoire, au Mexique cette fois. La décision a été unanime, même si son adversaire, Barbara Martinez, était coriace, «c’était un gros combat, mais j’étais confiante, je voyais que j’étais meilleure techniquement!» 

Si 2020 n’a pas cessé de surprendre Kim Clavel, l’athlète croit que 2021 sera aussi une grosse année remplie de belles opportunités.  

Kim Clavel

©(Photo gracieuseté-Jade Bellavance)

Les Finalistes

L’intégration n’a pas été facile pour Jonas Tenazi à son arrivée

au pays,mais il a su s’épanouir grâce au basketball. Il a

travaillé d’arrache-pied pour s’améliorer, et ce, même si peu

de gens croyaient en lui. Cette année, le jeune homme a

franchi une étape importante vers son  rêve en signant une

bourse pour poursuivre son sport dans un collège américain. 

La Covid-19 a malheureusement compromis ses projets, mais

il est encore dans la mire de plusieurs recruteurs. 

Jonas

©(Photo gracieuseté)

L’athlète de Saint-Félix-de-Valois Ann-Frédérik Naud a

participé pour une deuxième année consécutive au

Championnat mondial féminin des moins de18 ans de

la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF).

Malgré la défaite crève-cœur du Canada

en finale, l’athlète ne garde que de bons souvenirs de cette

expérience mémorable. La Lanaudoise a d’ailleurs

inscrit un but lors du premier match, qui opposait le

Canada à la Russie. 

Ann-Frédérik

©(Photo gracieuseté)

L’athlète lanaudoise Maud Chapleau a effectué

d’impressionnantes performances en volleyball de plage

cet été. Elle a terminé dans les premières positions de

deux tournois d’importance en plus de devenir

championne provinciale. Celle qui fait partie de

l’équipe féminine de volleyball du Rouge et Or de l’Université

Laval a aussi été choisie comme joueuse par excellence du

Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) en

plus d’être nommée sur la première équipe d’étoiles

au Canada. 

Maud Chapleau

©(Photo gracieuseté)

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média