Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

06 novembre 2020

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Le Bloc Québécois exige des excuses officielles d’Ottawa

50 ans de la Loi sur les mesures de guerre

Yves Perron-Gabriel Sainte-Marie

©gracieuseté - L'Action

Les députés Yves Perron et Gabriel Ste-Marie.

Le Bloc Québécois a déposé une motion à la Chambre des Communes exigeant que le gouvernement fédéral présente des excuses officielles aux 497 Québécoises et Québécois qui ont injustement subi les exactions de la Loi sur les mesures de guerre promulguée le 16 octobre 1970 par Ottawa.

Les députés de Berthier-Maskinongé et de Joliette, respectivement Yves Perron et Gabriel Ste-Marie, en ont fait l’annonce, le jeudi 29 octobre.

Point de vue

Rappelons que le 16 octobre 1970, et dans les jours qui ont suivi, des soldats de l’armée canadienne et des policiers ont fait irruption dans des milliers de foyers québécois pour procéder à des perquisitions et des arrestations. Près de 500 citoyens innocents ont été arrêtés sans mandat et des dizaines de milliers d’autres ont été interpellés.

«Le Bloc Québécois est contre toute forme de violence. En octobre 1970, le gouvernement Trudeau a suspendu les droits et libertés au Québec et lancé l’armée contre la population du Québec», a rappelé Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois.

«Des citoyens innocents ont été menacés, intimidés à la pointe d’une mitraillette, arrêtés et incarcérés dans des conditions qui sont réservées à de grands criminels. Imaginez un seul instant que des soldats armés s’introduisent avec fracas dans votre maison, en pleine nuit. Le gouvernement doit reconnaître les horreurs ayant été commises. Elles ont touché les droits individuels des citoyens qui, eux, n’avaient rien d’autre à se reprocher que d’être indépendantistes. Il s’agit bien ici d’une violence politique indigne d’une société démocratique», a signalé M. Perron.

«Le gouvernement fédéral, ce même gouvernement qui se proclame contre la violence et l’extrémisme à travers le monde, doit faire montre de compassion à l’égard des 497 citoyens québécois ainsi qu’à leurs familles qui ont vécu des moments de terreur et qui ont dû vivre avec les séquelles de ces agressions. C’était inadmissible il y a 50 ans et ça l’est toujours aujourd’hui. Ottawa doit s’excuser», a insisté M. Ste-Marie. (PB)

Commentaires

11 novembre 2020

Robert Beauséjour

Voir l'étude rigoureuse et sérieuse publiée sur le site de l'IRAI Québec dont le directeur de cette recherche est un charlois bien de chez nous

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média