Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Tribune libre

Retour

23 octobre 2020

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

La fête des morts annonce ses funérailles

Lettre ouverte

Qu’advient-il de l’essence de l’Halloween aujourd’hui ? L’année dernière on déplaçait la journée de fête à cause d’une température médiocre et cette année on transforme celle-ci en Pâques numéro deux.

Si ce mois d’octobre-ci les parents laissaient leurs enfants libres dans les rues pour la récolte funeste ce ne serait rien de plus que pour les voir chopper l’ennui incarné. Ils se devraient de respecter le deux mètres, porter un masque (en-dessous de leurs costumes), rester grouper par cellule familiale, mettre les friandises en quarantaine… ça en fait beaucoup ! C’est pourquoi certains parlent d’une « chasse aux trésors » maison où les enfants, respectant le deux mètres, récolteraient des bonbons à l’arrière de leur propre cour.

Une chasse au trésor ? Eh oui. C’est un groupe de maman de Toronto qui ont emmené l’idée de regrouper une poignée d’enfants de même classe pour une réaliser cette activité. Colin Côté-Paulette explique que toute la famille sera déguisée, et qu’ils feront une petite chasse aux trésors à la maison en famille dans un précédent article de Radio-Canada publié le 11 octobre.

Je crois qu’il est possible d’user de créativité lors de la collecte de confiseries, juste question d’éviter de tuer littéralement la magie de cet événement. Il est possible de faire des glissades où les gourmandises pourraient facilement se rendre du donneur au receveur tout en respectant les critères sanitaires fortement recommandés. Sinon, il est encore envisageable de déposer un bol à son entrée et de saluer les jeunes à une distance raisonnable.

Quant sera-t-il de l’année prochaine ? Tout le monde reste chez soi, on regarde la télévision en famille et on abandonne la décoration par paresse ? Peut-être qu’il faudrait commencer à penser aux jeunes et moins à notre monotonie et se délurer à l’extérieur pour assurer à notre progéniture à la fois bonheur et sécurité.

Océane Jourjon

Étudiante au Cégep Régional de Lanaudière en journalisme 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média