Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

16 septembre 2020

Christian Belhumeur-Gross - cbelhumeurgross@lexismedia.ca

Le maire Rondeau blanchi par la Commission municipale du Québec

Saint-Jean-de-Matha

Martin Rondeau

©(Photo gracieuseté)

Le maire de Saint-Jean-de-Matha, Martin Rondeau.

C’est après 6 jours d’audience que le juge Alain R. Roy de la Commission municipale du Québec a rendu sa décision le 27 août dernier. Au terme de la procédure, le maire de Saint-Jean-de-Matha Martin Rondeau a été blanchi des trois accusations de manquement au code de déontologie municipal dont il faisait l’objet. M. Rondeau fut cité en déontologie en février 2020 relativement à des évènements qui se seraient produits entre mai et août 2019 et à travers lesquels il aurait cherché à satisfaire ses intérêts personnels ou ceux de son équipe politique. 

Dans son jugement de 22 pages, le juge Roy a exonéré le maire Rondeau des trois manquements qui lui étaient reprochés à savoir qu’il aurait tenté d’influencer deux conseillers démissionnaires, Luc Ayotte et Nicole Beausoleil, à ne pas divulguer le motif réel de leur démission et aurait également tenté de dissuader une ancienne candidate lors des élections partielles de 2019, Isabelle Desrosiers, de divulguer des informations relatives à une situation de conflit d’intérêts impliquant la conseillère municipale Annie Bélanger. Dans les trois cas, à la lumière des preuves présentées, la Commission estime que le maire n’a pas cherché à influencer Mme Desrosiers, M. Ayotte ou Mme Beausoleil afin d’en tirer des avantages personnels. Toujours selon le jugement, il n’aurait pas cherché non plus à dissuader Mme Desrosiers de rendre public des informations concernant un conflit d’intérêts et aurait offert à cette dernière sa pleine collaboration dans ses démarches. Le juge a également estimé que la preuve présentée comportait « certaines lacunes » et faisait référence à « des impressions et suppositions à l’égard du comportement de M. Rondeau » et conclut qu’aucun manquement au Code d'éthique et de déontologie des élus de la Municipalité́ de Saint-Jean-de-Matha n’a été commis de la part du maire.  

Cette décision clôt une série de procédures administratives entamées dans les mois suivant la fin d’une campagne électorale particulièrement tendue à l’automne 2019. En lien avec cette histoire, rappelons que pour sa part, la conseillère Annie Bélanger a été blâmée en janvier dernier par la Commission municipale pour conflit d’intérêts et a écopé d’une suspension de 60 jours de ses fonctions de conseillère.  

En entrevue avec L’Action, le maire Rondeau s’est dit fort soulagé du dénouement de cette histoire et heureux de pouvoir tourner la page. « Tout au long du processus, j’étais serein, mais j’avais hâte de pouvoir rétablir les impressions populaires à mon égard. J’espère maintenant que ce nuage gris est derrière nous et que nous pourrons passer à autre chose » souligne-t-il.  

Comptez-vous assister aux matchs des Prédateurs?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média