Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

21 mai 2020

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Une ouverture pour la reprise des cours

Formation professionnelle en santé

Commission parlementaire

©Photo gracieuseté - L'Action

La députée Véronique Hivon et le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur Jean-François Roberge lors de la commission parlementaire virtuelle.

Lors d’une commission parlementaire virtuelle le 20 mai, la députée de Joliette, Véronique Hivon, a questionné le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur Jean-François Roberge à propos de plusieurs enjeux et notamment de la reprise des cours en formation professionnelle en santé.

Mme Hivon a réitéré ses propositions au ministre, notamment concernant une escouade en santé mentale pour les élèves du secondaire, un accès garanti à un ordinateur ou à une tablette et la réouverture des écoles spécialisées régionales pour les élèves qui vivent avec un handicap ou un trouble du spectre de l’autisme.

Mme Hivon a également abordé la poursuite des cours et des stages en formation professionnelle et en formation générale aux adultes, dont dans le secteur de la santé.

Rappelons qu’une résidente de Saint-Jacques, Julie Gagnon, qui étudie au Centre d’excellence en santé de Lanaudière pour devenir infirmière auxiliaire, s’est récemment confiée à L’Action au sujet de la situation des étudiants dans son programme. Une pétition a d’ailleurs été initiée. Les étudiants demandent la reprise même partielle des cours et la reconnaissance de leur travail en CHSLD pendant la crise afin de pouvoir graduer et intégrer le réseau dans la profession qu’ils ont choisie.

Véronique Hivon a porté ce dossier à l’attention du ministre Roberge : « Est-ce que le ministre peut aussi donner de l'espoir et dire qu'il va y avoir un changement de cap et qu’on va reconnaître ce que ces jeunes-là et ces personnes-là font en ce moment dans nos hôpitaux, dans nos CHSLD, qu’on va reconnaître ces stages-là et qu’on va leur permettre de terminer parce qu'après elles vont pouvoir contribuer à plein, pleinement, avec toutes leurs capacités? »

Le ministre a répondu que c’est ce que le gouvernement veut faire, mais qu’il y a des situations d’urgence, des crises humanitaires, et que les étudiants offrent des services de grande importance. Il a toutefois précisé que des démarches sont faites avec le ministère de la Santé afin de leur permettre de revenir, à temps partiel s’il le faut, dans le réseau scolaire pour compléter leur formation : « On ne veut pas pénaliser les étudiants parce qu'ils sont allés prêter main-forte dans le réseau de la santé, puis on ne veut pas non plus retarder la diplomation. »

Le ministre de l’Éducation serait en attente de plans des centres de services et des centres de formation dans le but d’être flexible et de ne pas pénaliser les étudiants.

Que pensez-vous de la possibilité de se rassembler à l’extérieur?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média