Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 février 2020

Steven Lafortune - slafortune@lexismedia.ca

Les Mémés pour le climat s’invitent à la MRC de Joliette

Lors de la séance du 28 janvier

Mémés Climat

©(Photo L'Action - Steven Lafortune)

Fidèles à leurs habitudes, les Mémés pour le climat, vêtues de leurs costumes d’époque, ont exprimé leurs inquiétudes aux maires et mairesses de la MRC de Joliette face à l’environnement ainsi qu’aux changements climatiques lors de la séance du 28 janvier.

Bien préparées, elles étaient nombreuses à entourer les quatre membres fondatrices. Après une brève présentation de leur mouvement, lors de laquelle elles ont mentionné être impressionnées par la jeunesse et son implication à faire entrer le sujet de l’urgence climatique dans le monde politique, les Mémés ont ensuite enchaîné avec la raison de leur présence avec une déclaration. 

« Marchons, chantons, crions! Changeons le monde, pas le climat! Nous vous interpellons, les élus de la MRC de Joliette. Dès maintenant, nous comptons sur vous pour agir avec nous. Posons des gestes concrets pour l’avenir de nos enfants et de nos petits-enfants », ont-elles martelé en chœur. 

Les militantes se sont par la suite adressées aux élus par l’entremise de questions. Elles ont d’abord demandé quels étaient les projets de la MRC, notamment en ce qui a trait à la protection de l’environnement. 

Mario Laquerre, co-coordonnateur à l’environnement à la MRC de Joliette, est arrivé devant les Mémés préparé. Chiffres en main, il a défilé tout ce que la MRC fait pour réduire son empreinte environnementale. « Nous sommes aussi préoccupés que vous et dans l’avenir, on veut s’en préoccuper davantage », a-t-il lancé aux Mémés, attentives.  

Il y a six mois, la MRC a conduit une étude sur les gaz à effet de serre. M. Laquerre a souligné que quelques actions ont été réalisées et deux le seront dans un avenir rapproché. La première est que la MRC offre le service de collecte des matières résiduelles à l’entièreté des citoyens de son territoire, allant même jusqu’aux restaurants. Pas moins de 7000 tonnes de compost ont d’ailleurs été recueillies, ce qui est un taux de détournement de 60 %. 

Le second point apporté est que la bâtisse abritant la MRC est chauffée au gaz naturel. Des 102 tonnes de gaz émis en raison de cette option, des bourses scolaires seront octroyées pour donner de la formation aux générations suivantes. 

« Nous sommes également chanceux de pouvoir compter sur un transporteur de matières résiduelles dont tous les camions sont au gaz naturel compressé, réduisant de 32 % leur émission de gaz à effet de serre. Nous voulons aller plus loin avec l’acquisition de deux camions électriques : un pour les déchets et l’autre pour offrir le transport vers l’écocentre aux citoyens. C’est un projet pour 2020 et nous avons commencé les démarches de subventions », a-t-il renchéri. 

Enfin, des 102 tonnes de gaz à effet de serre émis par la MRC, M. Laquerre a proposé des bourses scolaires, un moyen reconnu méthodologiquement par le gouvernement, en plus de formations.  

Déclaration d’urgence climatique et autres 

Les Mémés ont interpellé les villes et municipalités n’ayant pas signé la Déclaration d’urgence climatique (DUC), à savoir quand elles ont l’intention d’emboîter le pas en 2020 à la Ville de Joliette. La mairesse de Notre-Dame-des-Prairies, Suzanne Dauphin, a laissé entendre que le sujet sera en plénier le 3 février. Quant à la MRC, le préfet Alain Bellemare a indiqué ne pas avoir reçu cette déclaration et qu’aucune décision n’a été prise à cet effet.  

La question des sacs de plastique à usage unique a également été soulevée. Mario Laquerre a fait savoir que le plan de gestion des matières résiduelles arrivait à échéance et qu’ils étudieront cette possibilité, de même que la consigne des bouteilles de verre.  

Avant de quitter la séance, les Mémés ont donné des exemples de bonnes pratiques dans d’autres municipalités de la province, par exemple de devenir une Communauté Bleue et l’électrification des véhicules municipaux.  

Comptez-vous faire du bénévolat pendant la crise du coronavirus?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

5 février 2020

Jean-Claude Dalpé

Il serait important que le tris des matières recyclables soit fait par le citoyen et que des amandes soit remis aux contrevenant. Que le gaspillage d’électricité par les municipalités pour de la décoration soit bannis. Aussi que les initiatives pour permettre l’achat d’aliment locaux soit encouragé. L’an dernier les jardins de la Bergère on été barré par la ville de Joliette à un emplacement qu’ils occupaient depuis 10 ans minimum.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média