Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

23 décembre 2019

Steven Lafortune - slafortune@lexismedia.ca

Une année fort chargée pour Véronique Hivon

Plusieurs dossiers ont avancé

Véronique Hivon

©(Photo gracieuseté)

Véronique Hivon est revenue sur les principaux dossiers qui l’ont occupée en 2019.

BILAN. Éducation, famille, aide médicale à mourir… 2019 aura été chargée pour Véronique Hivon. La députée de Joliette est revenue sur cette année effervescente, où plusieurs faits ont marqué l’actualité régionale et provinciale.

À l’intérieur de sa circonscription, elle s’est dite honorée d’avoir agi comme ambassadrice pour la Journée de mobilisation Réussir ensemble dans la MRC de Joliette, une initiative du Carrefour jeunesse-emploi d’Autray-Joliette. D’ailleurs, elle affirme que des pistes se sont dégagées de l’événement et qu’un suivi sera assuré. 

L’arrivée de l’école Préambule à Saint-Charles-Borromée a été également à ses yeux un beau moment. Il s’agit de l’aboutissement pour elle d’un projet de longue haleine, où beaucoup d’efforts ont été déployés et maintenant couronnés.  

La 2e installation du CPE des Mousaillons à Joliette a aussi permis de donner un coup dans les dossiers de l’éducation et de la famille, qui étaient en ligne droite avec ses priorités. « C’est un projet que l’on suivait depuis longtemps. Les places accordées remontaient au temps où nous étions au gouvernement. Nous avons donc réalisé des représentations et nous avons reçu l’appui afin que le CPE puisse aller de l’avant », a-t-elle laissé entendre, mentionnant avoir prêté main-forte à plusieurs organismes dans ces deux domaines au cours de l’année. 

De belles collaborations 

À l'Assemblée nationale, Véronique Hivon a souligné qu’elle forme une opposition de proposition et de collaboration. Cet esprit s’est retrouvé dans le dossier du congé parental pour les parents adoptant un enfant, qu’elle qualifie de bel accomplissement. « Le gouvernement a fait un pas de côté pour s’engager dans les derniers jours de session. C’est un gain important, une question de justice », a-t-elle fait savoir.  

Quant à celui de mourir dans la dignité, la députée de Joliette a mentionné qu’un travail de collaboration a aussi eu lieu en ce qui a trait à la possibilité d’élargir l’accès à l’aide médicale à mourir aux personnes souffrant de maladies dégénératives du cerveau, par exemple l’Alzheimer.  

Une autre réussite selon ses dires provient du sujet des victimes de violence sexuelle. À l’époque, elle avait interpellé la ministre de la Justice sur la façon d’adapter le système judiciaire à la réalité particulière des victimes dans ces causes. « Elle a saisi ma main tendue. On a impliqué des représentantes des deux autres partis et nous avons vu avec l’annonce des derniers jours sur l’accompagnement juridique gratuit pour les victimes que cela donnait des résultats concrets », a-t-elle indiqué.  

Bien qu’elle préconise une approche constructive et collaboratrice, Mme Hivon a toutefois critiqué certaines décisions. La maternelle 4 ans et la réforme de la gouvernance scolaire ont été ses cibles. « Je me suis battue pour que la priorité de développement de ces maternelles se fasse dans les milieux défavorisés, où il y a le plus de besoins, de vulnérabilité. C’est un gain, puisque les opposants ont accepté après plusieurs heures de débat en commission parlementaire. » 

Plusieurs dossiers en vue en 2020 

L’année 2020 sera tout aussi chargée pour la députée de Joliette. Au retour de la période des Fêtes, elle poursuivra son travail dans le dossier de la violence sexuelle et conjugale. « Avec ce qui est arrivé dernièrement, il faut continuer à pousser très fort sur ces questions, sur le fait que le système de justice doit être mieux adapté et plus efficace. C’est intolérable de voir des crimes comme ceux-ci continuer à survenir alors que nous connaissions les risques », exprime-t-elle.  

D’ailleurs, le tragique incident de la fillette de Granby a été pour elle son moment marquant de l’année 2019 en raison de tout ce qu’a révélé l’événement sur l’importance de se préoccuper de la protection de la jeunesse. « Cela me pousse à me poser les mêmes constats avec la violence conjugale. J’ai l’impression que nous nous indignons, que nous trouvons ce genre d’acte intolérable. Il faut que nos gestes suivent, que nos actions portent. En tant que société, il faut se demander, collectivement, ce que nous pouvons faire pour que cela n’arrive plus », lance-t-elle.  

De plus, Véronique Hivon a ajouté qu’elle sera encore une fois très active dans le dossier mourir dans la dignité, où des consultations devraient se produire au printemps ou à l’été. Le projet de la gouvernance scolaire est également dans sa mire, où elle estime que de nombreux changements n’ont pas été débattus sur la place publique. Enfin, elle mettra de la pression sur l’aboutissement d’une annonce concernant la route 158.  

Iriez-vous vivre à l’étranger?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média