Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Tribune libre

Retour

17 décembre 2019

Étudiant Cégep de Joliette - infolanaudiere@lexismedia.ca

Rina-Lasnier en a dedans

Concours de reportages

Luca Thiéry

©Photo Steven Lafortune - L'Action

Luca Thiéry

Par Luca Thiéry

Dans son bureau, Marie-Josée Blais organise un événement de Biblio Troubadour. Avec environ 300 livres pour les personnes âgées, des bénévoles préparent le camion qui se rend par la suite dans des centres où vivent ces retraités. « Ça a été mon premier gros morceau, mon gros bébé », affirme fièrement l’organisatrice.

À la bibliothèque Rina-Lasnier, les gestionnaires, les employés ainsi que les nombreux bénévoles se donnent corps et âme pour offrir non seulement un service de qualité, mais également des services qu’une simple bibliothèque n’offre pas.  « Visiter 12 résidences, ce n’est pas toutes les bibliothèques qui feraient ça », dit Marie-Josée Blais, la femme qui s’occupe des événements et la responsable des bénévoles. « Les autres bibliothèques, d’habitude, sont des services municipaux. Notre institution a une structure différente, celle d'un organisme à but non lucratif. Elle se distingue beaucoup là-dessus parce qu’au Québec, il n’y a pas beaucoup de bibliothèques comme ça », ajoute la directrice et gestionnaire de l’établissement, Suzie Charbonneau.

Depuis l’instauration de Biblio Troubadour, il y a une dizaine d’années, Rina-Lasnier offre des services spéciaux aux personnes âgées. Il y a trois services distincts de Biblio troubadour. Cet événement donne aux personnes la possibilité de choisir des livres avec une grande quantité de choix. « Pendant une heure, les bénévoles peuvent les guider dans leur choix de lecture », précise Marie-Josée Blais. « Chaque mois, on y retourne et on apporte de nouveaux livres », poursuit-elle avec détermination. Cela constitue le prêt en résidence.

Le prêt à domicile est un autre aspect de Biblio Troubadour. Des bénévoles empruntent des livres à la bibliothèque pour aider les personnes avec des problèmes physiques, malades ou âgées, qui ne peuvent plus se déplacer par elles-mêmes. « On leur trouve un bénévole qui vient emprunter un livre pour elles », continue la responsable, un grand sourire aux lèvres.

« Le troisième volet, qu’on a ajouté l’année dernière, c’est Biblio Troubadour en chanson », confie l’organisatrice. « Les personnes qui sont aux prises avec des troubles cognitifs, de démence et d’Alzheimer perdent la mémoire, mais la chanson vient les réveiller », ajoute-t-elle, émue. Une des bénévoles est musicienne et elle se rend devant des groupes dans une unité particulière, une fois par mois. « Quand elle arrive, elle leur remet des cahiers de chansons et, lorsqu’elle commence à chanter, ces gens-là s’illuminent en se souvenant des chansons de leur enfance », raconte Marie-Josée Blais avec émotion.

Les services proposés par Rina-Lasnier ne s’arrêtent pas là. « Il y a des spectacles dans les écoles, des animations, et des bénévoles accompagnent des écoliers. Il y a beaucoup de choses qu’on fait pour les citoyens et on est vraiment ouvert. Il y a des programmes de francisation et d’alphabétisation. Je ne pourrais tous les énumérer tellement il y en a », déclare énergiquement Suzie Charbonneau, directrice de Rina-Lasnier.

Depuis son ouverture, il y a 12 ans, la bibliothèque a connu de nombreux changements technologiques. « L’informatisation a vraiment été efficace dans le sens où, avant, tout se faisait manuellement. Il fallait tamponner chaque livre et chaque carte. Quand il y en a dix par personne... », dit Michelle Ménard, employée à la bibliothèque, en riant. « On était aussi aux fichiers, donc on avait des tiroirs et il fallait chercher les sujets. C’était long », continue-t-elle en riant plus fort. Ce n’est pas le seul gros changement de la bibliothèque. « Maintenant, les gens sont contents qu’on soit ouvert sept jours sur sept », évoque la technicienne Karine Bibeau.

 « On aimerait ça, avoir plus de jeunes qui viennent. Par exemple ceux du secondaire », déclare la directrice, Suzie Charbonneau, en espérant qu’un jour, la jeune génération ait plus d’intérêt pour la lecture.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média