Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Tribune libre

Retour

17 décembre 2019

Étudiant Cégep de Joliette - infolanaudiere@lexismedia.ca

La fierté d’une ville en santé

Concours de reportages

Méliane Quessy

©Photo Steven Lafortune - L'Action

Méliane Quessy.

Par Méliane Quessy

Le mouvement Zéro déchet prend de l’expansion chaque jour, car de plus en plus de personnes et de municipalités s’y joignent. La ville de Joliette, par exemple, offre une grande diversité de boutiques Zéro déchet. Cela fait la fierté de ses habitants engagés, tels que Gabrielle Colpron, Raphaëlle de Montigny et Mélanie Champagne, qui tiennent à la santé de la nature joliettaine et qui militent chaque jour à leur façon.  

La boutique Les folles d’ici, entre autres, qui a fêté ses trois ans le 17 octobre dernier, vend des articles réutilisables et écoresponsables. Elle fait notamment partie du projet Effet PH, lancé par l’entreprise états-unienne Terracycle, qui a pour but de donner une deuxième vie à des matériaux non recyclables et de les détourner des centres d’enfouissement. Ainsi, Les folles d’ici est un point de chute pour les emballages de cannabis légal et pour les emballages de bonbons d’Halloween, notamment.

La popularité de la boutique située au cœur de la place Bourget monte en flèche auprès de toutes les tranches d’âge. « À l’ouverture, la moyenne d’âge de notre clientèle était très jeune. De plus en plus, les gens plus âgés osent venir fouiner. Tranquillement, ils essaient de nouveaux produits et un nouveau mode de vie plus écoresponsable », dit Gabrielle Colpron, une employée dévouée à son travail. « Je crois que c’est de cette façon-là qu’on va avancer : en touchant tout le monde et pas seulement une tranche d’âge restreinte », ajoute-t-elle, pleine de conviction.

« On doit intégrer tranquillement des habitudes zéro déchet. Les gens qui ne font que suivre la “mode” changent leur mode de vie du tout au tout et, du jour au lendemain, ils retombent très vite dans leurs vieilles habitudes, car ils ne sont pas réellement conscients de l’importance de ces petits gestes », confie Raphaëlle de Montigny, une employée bénévole à la boutique. « Je n’achète plus aucun plat de plastique, de bouteilles de shampoing et de produits d’hygiène féminine jetables. Les gens me dévisagent quand je dis ça et, pourtant, les serviettes hygiéniques réutilisables et la Diva Cup sont beaucoup plus écologiques, mais aussi économiques! », ajoute la jeune femme, aussi extravagante que ses cheveux bicolores.

Plusieurs autres artisans locaux récupèrent de vieux vêtements ou accessoires et les utilisent comme point de départ pour leur art. C’est le cas de Mélanie Champagne, une artiste couturière joliettaine. « Je donne une deuxième vie à des vêtements démodés ou abîmés et les fais revivre au goût du jour! Je crée des tuques avec de vieux tissus, des bijoux avec des ceintures et des sacs avec de vieux jeans. Les possibilités sont infinies! Pourquoi acheter du neuf? », raconte-t-elle.

Sur le plan de production de déchets, on ne peut comparer la ville de Joliette à une ville comme Montréal, car cette dernière est beaucoup plus peuplée. « Cependant, dit Raphaëlle de Montigny, pour une petite population comme la nôtre, nous avons plusieurs boutiques qui offrent des solutions de rechange au suremballage. Cela montre que la population est conscientisée! » Mélanie Champagne, elle, vante l’engagement écologique de sa municipalité. « Je suis très fière de ma ville. À la Saint-Jean-Baptiste, par exemple, on vendait des verres réutilisables. Enfin!» se réjouit-elle.

Bien que la ville de Joliette ait encore du chemin à faire pour être un modèle d’écoresponsabilité, les citadins sont conscients des efforts que fait la municipalité pour la cause. Les Joliettains encouragent fortement les entreprises locales zéro déchet. C’est ce qui fait, en partie et avec raison, leur fierté collective et municipale. « Nous sommes plus près de la nature géographiquement, mais aussi émotionnellement », confie Gabrielle Colpron, en mettant la clé dans la porte de la boutique Les folles d’ici, les yeux fatigués par sa grosse journée, mais aussi brillants de voir tranquillement son rêve se réaliser : un monde un peu plus propre.

Commentaires

18 décembre 2019

NickDuguay

Excellent reportage Méliane! Bravo!

18 décembre 2019

Carmelle Verdon

Quel excellent texte tu as écrit et quelle conscience tu as vis-à-vis l'écologie responsable ! Félicitations !

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média