Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 novembre 2019

Steven Lafortune - slafortune@lexismedia.ca

Le monastère des moniales bénédictines transformé en milieu de vie pour aînés

Plus de 100 unités seront créées

Moniales bénédictines

©(Photo L'Action - Archives)

HABITATION. Tel un legs pour la communauté, les sœurs moniales bénédictines ainsi que les sœurs des saints cœurs de Jésus et de Marie (SSCCJM) s’associent afin de transformer le monastère en milieu de vie dynamique. Ainsi, religieuses et laïcs se côtoieraient dans un environnement novateur, où culture, santé et loisirs sont au cœur du projet.

« Elles sont à préparer la fin de leur existence comme communauté religieuse. D’ailleurs, elles sont très sereines avec cet exercice. En raison de leur moyenne d’âge ainsi que du manque de relève, elles ont commencé à explorer les scénarios possibles », a fait savoir le consultant en développement stratégique pour les SSCCJM, Jean Robitaille. 

Il s’agirait d’une première dans la province. Il découle d’une réflexion entreprise depuis deux ans par les deux communautés. Elles en ont dévoilé les grandes lignes lors de la rencontre MADA (municipalité amie des aînés) de la Table de concertation des aînés de Lanaudière en mai dernier, devant maires et organismes communautaires. 

Il ne reste que 12 sœurs moniales bénédictines. Dix d’entre elles demeurent encore au monastère et deux reçoivent des soins à la Maison Amélie-Fristel. Quant aux sœurs SSCCJM, on en dénombre 80 sur le territoire joliettain. 

Pour mener le projet à bon port, les sœurs ont créé une coopérative d’économie sociale. Les moniales bénédictines font don du terrain ainsi que du monastère, tandis que les saints cœurs de Jésus et de Marie financeront sa conception en investissant la valeur des maisons Amélie-Fristel et Flamand. Un organisme sans but lucratif deviendra le gestionnaire de « Pax Habitat », nom qu’elles ont choisi de donner à ce milieu de vie, notamment en raison du mot « Pax », qui signifie « paix » en latin, gravé dans la pierre en haut de la porte d’entrée de l’édifice religieux.  

Elles cohabiteront dans ce milieu de 102 unités d’habitation, dont 32 seront dans une aile de soins. Au total, M. Robitaille estime que 120 personnes y logeront lorsqu’il sera complété en décembre 2021. 

Une réalité accablante

Lorsque les sœurs ont révélé leur projet aux convives présents, sœur Hectorine Boudreau avait bien imagé leur cheminement. « Dans sa présentation, elle avait inséré un coucher de soleil, a raconté M. Robitaille. Elle a ensuite enchaîné en mentionnant qu’au lieu de le voir de cette manière, pourquoi cette photo ne serait-elle pas un lever de soleil, que même si c’est la fin de la communauté, qu’elle se poursuivrait sous un autre jour. » 

D’un même souffle, le consultant a continué en ajoutant que les sœurs désiraient faire davantage, d’offrir un legs pour la collectivité joliettaine. Bien que leur première préoccupation reste leur bien-être ainsi que le respect de la spiritualité et du charisme de chacune de leur communauté., elles sont conscientes des problématiques des aînés, notamment en ce qui a trait au logement ainsi qu’aux soins de santé. 

« Il y a également des études qui démontrent qu’une personne demeure à son domicile jusqu’à l’âge de 78 ans avant de déménager et qu’à partir de cette journée s’enclenche une séquence de quatre déménagements avant sa mort. Quand les sœurs en ont pris conscience, elles n’en revenaient pas », a-t-il fait savoir. 

De ces constats, elles ont imaginé un projet novateur : un milieu de vie communautaire pour les aînés, où les gens seraient accueillis peu importe leur santé, et qui s’adapterait à leur condition. « Ce n’est pas une résidence telle que nous les connaissons, ni un CHSLD qui lui est dédié aux personnes ayant de lourdes pertes d’autonomie, il s’agira d’un endroit où ils pourront vivre dans ce projet jusqu’à la fin de leur vie s’ils le souhaitent. » 

La deuxième importante caractéristique de ce projet est qu’il sera ouvert à la communauté joliettaine. D’ailleurs, les sœurs ne lésineront pas sur les commodités à l’intérieur de ces murs. On y retrouvera, notamment, un centre de la petite enfance avec la collaboration des Amis des Prairies, qui développera une installation de 70 places. « Il faut répondre aux nouvelles générations d’aînés qui arrivent et qui souhaitent vivre dans un milieu actif. On pense aussi placer par exemple un café culturel. De plus, on est en pourparlers avec des organismes communautaires et culturels, en plus d’entretenir une superbe collaboration avec la Ville de Joliette et le CISSS », renchérit-il. 

Les travaux devraient s’amorcer à l’été 2020. Le monastère sera revampé de l’intérieur. Durant cette période, les bénédictines transfèreront vers la Maison Amélie-Fristel le temps des rénovations et de la construction d’un nouveau bâtiment. Elles auront également une maison prévue pour elles, étant cloîtrées. Les SSCCJM, quant à elles, s’intègreront à même le projet.  

Quel est votre lien avec Opération Nez rouge ?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

6 novembre 2019

Louise Lasalle

La fête de la Sainte Catherine parce que pour moi c'est une tradition Je fais d'excellentes papillotes de tire que je donne à la famille , amis(es) collègues de travail. Une petite douceur et un bonheur pour tous!!miam,miam

6 novembre 2019

Gilles Galarneau

Bonjour en fait, je me questionne à savoir que sera réellement cet hébergement. Résidence privée, CHSLD ou CHSLD conventionné. En fait, l'idéal serait que ce soit privé, ainsi nos aînés seraient moins à risque d'être victimes de maltraitance telle que décrite dans nos CHSLD gérés par nos bons gouvernements.

7 novembre 2019

Plouffe Carmen

J'aimerais beaucoup demeurer dans cet endroit

9 novembre 2019

Renée Gamache

Très intéressée à vivre dans cet endroit

9 novembre 2019

Plante Denise

Je fait ma demande ,j'aimerais des nouvelles.

11 novembre 2019

Clairette Desrochers

Je rêve d’aller y vivre un jour

11 novembre 2019

Micheline Guernon

Je trouve cette idée géniale surtout que la communauté des SSCCJM ont gardé l'esprit de leur fondatrice en adaptant leur mission au monde d'aujourd'hui. Un très beau message de partage et d'entraide avec leur communauté. Que Dieu les accompagne dans cette démarche et leur procure la paix et la sérénité. Bonne chance à vous toutes.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média