Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

03 octobre 2019

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Un parcours d’exception pour Alex Nzambimana

Persévérance

Alex Nzambimana

©Photo gracieuseté - L'Action

Alex Nzambimana a reçu une bourse pour son parcours.

Alex Nzambimana, originaire du Burundi et maintenant résident de Joliette, a fait preuve d’une détermination hors du commun en réalisant une formation en francisation au Centre multiservice des Samares alors qu’à son arrivée ici, il ne savait ni lire ni écrire.

La Fondation pour l’alphabétisation et la Fondation Desjardins ont récemment célébré la persévérance et la détermination de sept adultes ayant mené avec succès une démarche d’alphabétisation ou de formation de base en remettant sept bourses de 1 500 $ lors de la 9e édition de la soirée des bourses « Je ne lâche pas, je gagne! » qui a eu lieu à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) du Vieux-Montréal.

Parmi les 201 candidatures reçues cette année, sept ont été retenues. Au nombre d’entre elles, celle d’Alex Nzambimana, qui a réalisé sa formation au Centre multiservice de la Commission scolaire des Samares et dont le parcours exceptionnel a été souligné par la Fondation pour l’alphabétisation.

Alex Nzambimana est originaire du Burundi. Lors de conflits civils, sa femme et lui ont été envoyés dans des camps de réfugiés en Tanzanie. Le 10 mars 2015, ils ont été transférés à Joliette à titre de réfugiés.

Dans une vidéo réalisée par la Fondation pour l’alphabétisation, il raconte que l’une des choses qui l’a surpris a été la neige : « J’ai dit c’est quoi ça ici! »

Avant de faire son entrée en francisation au Centre multiservice, Alex n’avait jamais fréquenté l’école, ne parlait pas français et ne savait ni lire ni écrire.

En effet, premier né d’une famille nombreuse, Alex a passé sa jeunesse à aider sa famille sans pouvoir étudier.

À son arrivée à Joliette, la chose la plus importante pour lui était d’apprendre le français, il se demandait toutefois comment il allait y arriver étant donné qu’il n’avait pas fréquenté l’école dans son pays.

C’est notamment pour ses cinq enfants qu’il se montre persévérant et humble et il rêve de mieux parler français.

« D’année en année, nous demeurons toujours impressionnés des parcours des lauréats. Ce sont de formidables exemples de persévérance et de courage », souligne André Huberdeau, président de la Fondation pour l’alphabétisation. 

 

Que ferez-vous le soir de l'Halloween ?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média