Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

19 septembre 2019

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Organisation des services policiers : le préfet utilise son droit de veto

MRC de Matawinie

Sûreté du Québec

©Archives - L'Action

Lors du conseil des maires de la MRC de Matawinie du 11 septembre, les élus ont unanimement adopté une résolution visant à demander au ministère de la Sécurité publique de procéder à une étude concernant l’organisation des services policiers sur son territoire. Toutefois, le 18 septembre, le préfet Sylvain Breton a avisé les maires qu’il utilisait son droit de veto et venait mettre en veilleuse l’adoption initiale. 

C’est notamment la sortie publique du maire de Saint-Jean-de-Matha, Martin Rondeau, sur le site de sa municipalité et sur les réseaux sociaux, à la suite de la décision initiale des maires, qui est venue jeter une ombre sur l’adoption de la résolution. 

Ce dernier, qui milite pour l’installation d’un poste complet dans sa municipalité et qui a récemment dénoncé les investissements réalisés pour la réfection du poste de Rawdon, voyait l’adoption de cette résolution comme une victoire pour Saint-Jean-de-Matha. Le maire disait également accorder sa pleine confiance en la Sureté du Québec et au comité de sécurité publique de la MRC pour la réalisation de cette étude et qu’il en accepterait pleinement les conclusions.   

De son côté, le préfet de la MRC de Matawinie, Sylvain Breton, avait affirmé en entrevue avec L’Action qu’il ne fallait surtout pas interpréter la résolution, qu’il n’y a aucun sous-entendu sous-jacent. Selon M. Breton, il est important de dépolitiser le dossier de la desserte policière et de l’analyser sous une base factuelle. 

En entretien avec L’Action le 18 septembre, Sylvain Breton a expliqué que suspendre l’adoption de la résolution pour 30 jours, jusqu’au prochain conseil des maires, allait permettre un temps de réflexion et une meilleure compréhension de la situation pour chacun des élus. « Il fallait prendre un temps de pause. » 

Lorsqu’ils se réuniront à nouveau, les maires de la Matawinie pourraient modifier la résolution, la réadopter ou même revenir en arrière et voter contre. 

Avec la collaboration de Christian Belhumeur-Gross

Que ferez-vous le soir de l'Halloween ?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média