Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

15 mai 2019

Christian Belhumeur-Gross - cbelhumeurgross@lexismedia.ca

La COPH interpelle la Commission scolaire des Samares

Projet minier à Saint-Michel-des-Saints

Projet minier

©(Photo l'Action - archives) - L'Action

La COPH interpelle la Commission scolaire des Samares concernant un atelier scolaire tenue conjointement avec l’entreprise Nouveau Monde Graphite.

ACTUALITÉ. La coalition des opposants au projet minier en Haute-Matawinie manifeste des inquiétudes suite à la visite d’élèves de 4e secondaire de l’École des Montagnes dans les installations de l’entreprise Nouveau Monde Graphite dans le cadre de la semaine minière du Québec. L’organisme souhaite que le point de vue des opposants au projet soit également présenté aux élèves.  

Dans le cadre de la semaine minière, l’entreprise Nouveau Monde Graphite de même que l’École secondaire des Montagnes de Saint-Michel-des-Saints ont organisé le 9 mai dernier un atelier destiné aux élèves de 4e secondaire et portant sur la géologie et le traitement du minerai. Le lendemain, une visite de l’usine de démonstration a été organisée pour le public, mais également pour les élèves de l’école secondaire.  

Dans un communiqué émis le 9 mai dernier, la coalition des opposants au projet minier en Haute-Matawinie dit s’inquiéter de la présentation d’un tel atelier, estimant que l’acceptabilité sociale du projet minier n’est pas acquise et qu’il suscite de nombreuses inquiétudes au sein de la communauté, principalement en ce qui a trait aux aspects environnementaux. Rappelons que l’organisme s’oppose au projet minier de Nouveau Monde Graphite, craignant les impacts environnementaux d’une mine à ciel ouvert. 

En entrevue avec L’Action, May Dagher, de la Coalition, souligne que l’organisme qu’elle représente n’est pas opposé sur le fond, à savoir la tenue dans un cadre académique d’un atelier sur les mines, mais estime que l’ensemble des points de vue sur la question devrait être présenté aux élèves. « L’école a entre autres pour mission de favoriser la formation professionnelle et de présenter les différents emplois, nous n’avons aucun problème avec ça. L’école a également pour rôle de transmettre les connaissances nécessaires aux élèves afin qu’ils puissent prendre position sur les divers enjeux de la société » souligne Mme Dagher. L’organisme interpelle donc la Commission scolaire des Samares dans un souci d’équité afin qu’un atelier ou « l’envers de la médaille » puisse être présenté aux élèves.  

Publicité

Défiler pour continuer

L’organisme souligne avoir fait des demandes en ce sens auprès de Pascale Demato, directrice adjointe de la commission scolaire, mais pour le moment la Commission scolaire des Samares n’a pris aucun engagement formel auprès de l’organisme. La COPH a également fait des représentations auprès de la commission scolaire en 2018 suite à une présentation de Nouveau Monde Graphite à l’École primaire Saint-Jean-Baptiste de Saint-Michel-des-Saints. Selon Mme Dagher, les Samares n’ont jamais donné suite aux demandes de la COPH.  

Une activité qui s’inscrit dans le cadre pédagogique 

Jointe par L’Action, Pascale Demato, directrice adjointe de la Commission scolaire des Samares, confirme avoir eu des discussions avec la COPH. Elle souligne cependant que l’atelier présenté le 9 mai dernier, de même que la visite de l’usine, s’inscrivent dans un cadre pédagogique lié au cours sur les Sciences et technologies de 4e secondaire. Les activités se sont tenues dans une perspective pédagogique visant l’apprentissage des minéraux et non la valorisation d’une entreprise en particulier. Concernant la tenue d’un atelier de la COPH, Mme Demato souligne que les ateliers tenus dans les écoles doivent s’inscrire dans un cadre pédagogique et non dans une optique de débat. « Le débat sur le projet minier ne se fait pas au niveau de l’école, mais à celui de la communauté et des résidents » souligne-t-elle. La directrice adjointe rappelle également que les parents ont été informés de ces activités et que des autorisations parentales étaient nécessaires pour la participation des élèves. Aucune plainte ni refus de la part des parents ne semble avoir été signalé selon Mme Demato.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média