Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

06 mars 2019

Christian Belhumeur-Gross - cbelhumeurgross@lexismedia.ca

Le maire isolé, un Conseil divisé

Saint-Damien

Daniel Monette

©(Photo L'Action - archives) - L'Action

Le maire de Saint-Damien, Daniel Monette.

MUNICIPAL. Trois conseillers sortent publiquement et dénoncent le climat difficile au Conseil municipal de Saint-Damien tout en écorchant le maire Daniel Monette au passage. Cette sortie intervient deux semaines à peine après le départ de la conseillère Christiane Laurin pour des raisons similaires. Un compte rendu de Christian Belhumeur-Gross.

C’était jusqu’à maintenant un secret de polichinelle que les relations entre le maire et les conseillers sont difficiles et que le Conseil est marqué par de nombreuses divergences sur plusieurs enjeux, dont le budget et le financement de la corporation de développement de Saint-Damien. La démission de Mme Laurin le 17 février dernier semble cependant avoir eu pour effet de pousser un groupe de conseillers, formé de Michel Dubé, Michel Charron et Pierre Deschênes, à sortir de leur réserve et publiquement dénoncer la situation à travers un communiqué distribué aux citoyens de la municipalité.  

Dans l’introduction du communiqué, ils disent avoir attendu la fermeture des bureaux de vote de l’élection partielle du 3 mars avant de publier la lettre afin de ne pas interférer dans le processus démocratique 

Des relations tendues : une démission en bloc fut envisagée 

Le groupe de conseillers dénonce en premier lieu un manque de communication entre le maire et les membres du conseil et le peu de réunions de travail tenues. Selon eux, des dossiers sont gardés secrets par le maire et de la désinformation est véhiculée. Toujours selon les trois conseillers, cette situation durerait depuis leur entrée en poste en novembre 2017. 

Lors de sa démission le 18 février dernier, Christiane Laurin dénonçait essentiellement la même situation. Exprimant un sentiment de frustration, elle déplorait un manque de travail d’équipe, un manque de disponibilité du maire et l’absence de caucus, c’est-à-dire de réunions de travail entre le maire et les conseillers.  

Des tentatives de rapprochements auraient été tentées sans résultats concrets. Selon les conseillers Dubé, Charron et Deschênes, la démission en bloc de tous les conseillers aurait d’ailleurs été envisagée à plusieurs reprises. 

Le leadership du maire Monette remis en question 

Véritable fronde contre le maire, le groupe de conseillers déplore également le manque de vision et de leadership de M. Monette. Selon eux, « les quelques balbutiements de définition de vision pour Saint-Damien » sont l’œuvre de conseillers et non du maire, ce dernier ayant exprimé ne pas avoir de plan clair.  

Sur le plan du leadership, le groupe de conseillers estime que M. Monette ne semble pas avoir compris son rôle de leader. « Au lendemain de l’élection, tous les conseillers se sont ralliés, peu importe leur allégeance d’origine. Il n’y avait plus de couleur de parti, nous faisions tous partie de l’équipe des conseillers de St-Damien. Un seul joueur a choisi de ne pas participer. Celui qui devait être le capitaine de l’équipe a préféré ‘’manger la puck’’ et jouer en solo » indique-t-on dans le communiqué.  

Un « budget imparfait » 

Le budget 2019 fut également sujet de discorde au sein du conseil. Selon le groupe de conseillers, la préparation fut laborieuse et les séances de préparation budgétaire furent le théâtre de querelles entre le maire et Mme Laurin. Ils justifiaient leur appui à ce budget, qu’ils qualifient d’imparfait, par la nécessité d’adopter un budget au 1er janvier et les lourdes conséquences pour la municipalité de ne pas le faire à cette date. 

Rappelons que lors de la présentation du budget, les conseillers Christiane Laurin et Jean-Pierre Cholette ont voté contre le budget afin de dénoncer la hausse de taxes prévues.  

La fin du financement de la CDSD : Le catalyseur de la grogne des conseillers? 

Ce qui apparaît avoir accentué la division au sein du Conseil semble être le rejet du financement annuel accordé par la municipalité à la Corporation de développement de Saint-Damien. Lors de la séance ordinaire du 15 janvier, la résolution présentée par Michel Dubé visant l’octroi d’une subvention annuelle pour la CDSD fut rejetée suite à un vote dû à l’opposition des conseillers Laurin et Cholette, mais également celle du maire qui a tranché le débat.  

Mise en place sous l’administration Dutremble, la CDSD a pour mission de favoriser le développement économique de la municipalité et de soutenir les entrepreneurs. L’organisme est géré par un conseil d’administration formé de sept personnes, dont quatre élus municipaux. En janvier dernier, Mme Laurin, alors membre du CA, avait claqué la porte de la CDSD y soulignant un manque de transparence et de faibles résultats. C’est d’ailleurs cette dernière qui a demandé le vote sur la résolution de M. Dubé, également membre du CA de la CDSD, lors de la séance du 15 janvier.  

Dans leur communiqué envoyé aux citoyens, le groupe de trois conseillers estime avoir été trahi par le maire et les deux autres conseillers avec le rejet de cette résolution. Selon eux, l’opinion des gens d’affaires est très favorable à l’égard de la CDSD et les critiques qui lui sont adressées sont essentiellement dues au fait qu’elle fait partie de l’héritage de l’ancienne administration.  

Selon des informations obtenues par L’Action, la non-reconduction du financement de cet organisme aurait dégradé davantage l’atmosphère au sein du Conseil.  

Des conseillers d’opposition  

Joint par L’Action, le maire n’a pas souhaité commenter directement les informations soulevées par les trois conseillers. Il dit avoir pris connaissance du communiqué et estime, sans apporter plus de précision, que certains éléments publiés par les conseillers en question vont à l’encontre du code d’éthique de la municipalité. Il souligne d’ailleurs avoir pris contact avec le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation afin d’étudier les diverses options et recours possibles.  

Chose certaine, les relations entre le maire et les trois conseillers risquent d’être encore plus glaciales qu’auparavant. Il estime ces derniers ne plus être simplement des conseillers indépendants, mais bien des conseillers de l’opposition.  

De façon générale, M. Monette ne s’inquiète pas de voir cette crise miner le déroulement de la municipalité estimant que ces divisions n’auront pas d’impact sur le fonctionnement de l’administration.  

Nouvellement élu, Éric Deslongchamps, qui sera assermenté le 8 mars, tente de rester neutre face à la crise qui secoue le Conseil. « Je prends acte de ce communiqué, mais comme je n’étais pas au Conseil, je peux difficilement me prononcer. Je vais me présenter au Conseil avec ma ténacité et tout mon positivisme » souligne-t-il.   

De son côté, le conseiller Jean-Pierre Cholette a préféré ne pas commenter publiquement la sortie de ses trois collègues et la situation au Conseil. 

Commentaires

7 mars 2019

jacques marineau

Pour le bien commun de la municipalité et l`avenir de la municipalité le maire devrait donner sa démission

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média