Sections

Les deux filles du fondateur de l'Aubainerie prennent sa relève à Joliette

Suivre les traces de son père (partie 2)


Publié le 11 avril 2018

Josée et Caroline Croteau.

©Photo L'Action - Guillaume Morin

ENTREVUE. Pour les deux filles du fondateur de l'Aubainerie, il allait de soi qu'elles prennent sa relève là où son entreprise a vu le jour, à Joliette. Quand il leur a annoncé qu'il prendrait sa retraite et qu'il fermerait définitivement le magasin de la rue Papineau en juin prochain, elles n'ont pas hésité à faire équipe pour perpétrer son héritage en territoire joliettain.

« Je n'aurais pas été capable que ce soit quelqu'un d'autre que nous. Nous avons tellement vu notre père travailler, de prendre le relais de tout ce qu'il a bâti dans sa vie, ça nous tient beaucoup à cœur », confie Josée Croteau, 54 ans, l'aînée des enfants de Marcel Croteau.

« On le fait pour nos clients, pour nous et en même temps pour lui », ajoute sa sœur cadette, Caroline Croteau, 47 ans.

En 1963, Marcel Croteau a établi son premier commerce, un Croteau, sur la rue Gaspard. Puis, au milieu des années 1980, il a changé le nom pour Aubainerie. En 1989, il ouvrait une succursale sur la rue Papineau.

En juin, celle-ci fermera ses portes puisque Marcel Croteau prendra sa retraite après une carrière de 55 ans. Pour poursuivre l'héritage de leur père, Caroline et Josée Croteau ouvriront en août, une toute nouvelle Aubainerie dernier cri aux Galeries Joliette.

« Un jour, il ne sera plus là, mais de poursuivre ce qu'il a bâti, c'est une motivation énorme », indique Caroline Croteau.

Tombée dans la potion magique

Comme leur père l'a fait avec leur grand-père, Josée et Caroline Croteau ont rapidement suivi les traces de leur paternel. Elles travaillent chacune depuis près de 30 ans dans l'entreprise et possèdent déjà respectivement une et deux succursales sur la Rive-Sud.

Pour Caroline, c'était comme si le « commerce coulait dans son sang ».

« Au secondaire on devait faire notre choix de cours pour l'avenir, raconte-t-elle. J'avais beau chercher, je ne savais pas dans quel domaine aller. Puis, une cousine m'a dit qu'elle allait en mode au collège LaSalle et ça m'a vraiment interpellé. Alors, je ne sais pas si c'est le fait que nous avons été éduquées dans un milieu de commerce de détail, mais c'est comme si tout de suite je l'avais en dedans de moi. Je pense que c'est ma voie. »

 Josée est quant à elle plutôt « tombée dans la potion magique » quand elle a ouvert son commerce à Châteauguay il y a 13 ans. Même si cela faisait plusieurs années qu'elle travaillait pour son père, c'est à ce moment, dit-elle, qu'elle a réellement eu la piqûre du métier.

« Je crois que c'est à ce moment-là que j'ai découvert la passion de l'entreprise, de la gestion et de tout ce qui a trait à monter une entreprise, les employés, tout ce qui concerne le commerce », souligne-t-elle.

Un lien fort

Les deux sœurs administraient leurs commerces respectifs quand, il y a quelques années, leur père a mentionné qu'il voulait éventuellement se retirer des affaires. Il est alors devenu clair que la suite, pour elles, se passerait à Joliette.

Puis, l'an dernier, Caroline et Josée Croteau se sont rapprochées pour s'occuper de leur mère.

« Ça a vraiment montré que nous pouvions travailler en équipe », souligne Josée Croteau.

« C`est là que ça a confirmé qu'ensemble, on était capable de faire de grandes choses, renchérit Caroline Croteau. Et, notre père, on l'a vraiment attendu. Tout s'est fait au bon moment et tout s'est mis en place de façon naturelle. »

« Nous avons terminé de nous occuper de notre mère, qui va très bien maintenant, et nous sommes entrées dans le projet de Joliette [en août 2017] », poursuit Josée Croteau.

Fébriles

Aujourd'hui, à peine quatre mois avant l'ouverture officielle de leur nouvelle succursale,  Caroline et Josée Croteau sont fébriles.

« Il y a beaucoup de travail et d'émotions là-dedans », mentionne la sœur aînée.

Le nouveau magasin sera le plus récent de la cinquantaine d'Aubainerie au Québec. L'endroit, qui occupera près de la moitié de la superficie de l'ancien Target, sera entièrement remis à neuf. Les travaux ont d'ailleurs déjà commencé.

« Ce sera un environnement assez aéré et épuré avec des couleurs de blanc et de "charcoal", avec beaucoup de luminosité », explique Caroline Croteau.

« Notre but, c'est d'impressionner les clients et de ne pas les décevoir », ajoute Josée Croteau.

Bien entendu, la mission première de l'entreprise demeure: offrir des produits de qualité au meilleur prix possible.

« À l'Aubainerie, c'est vraiment notre ligne de mire », concluent-elles.