Les nouveaux compteurs dits « intelligents » d’Hydro- Québec

Lettre ouverte

Publié le 6 mars 2014

Quelle est la vérité sur les nouveaux compteurs qu‘Hydro-Québec s’empresse à installer partout au Québec? Ce sujet très controversé fait lever beaucoup de questions et de protestations. Des citoyens inquiets dénoncent la politique d’Hydro imposant ses nouveaux compteurs à chaque ménage sans offrir une alternative qui ne punit pas le consommateur par des frais supplémentaires (ce qu’Hydro appelle « l’option de retrait »).

Le point critique tourne autour de la technologie de ces compteurs communiquant les informations sur la consommation d’électricité au moyen d’ondes électromagnétiques et via un réseau de routeurs locaux aux ordinateurs d’Hydro-Québec. Cette technologie sans fil est déjà très répandue pour les téléphones cellulaires et les routeurs WiFi afin d’accéder à internet – alors pourquoi s’inquiéter? Ceux qui tirent la sonnette d’alarme évoquent des enjeux divers comme l’atteinte à la vie privée par ces compteurs dits « intelligents » car ils transmettent un tableau détaillé des habitudes du consommateur à la centrale. Il y a aussi le danger que les tarifs puissent augmenter aux heures de « pointe », comme c’est déjà le cas en Ontario.

Encore plus alarmant est la question si les nouveaux compteurs peuvent attaquer notre santé. Pendant qu’Hydro déclare qu’il n’y a aucun danger pour la santé, les témoignages de personnes expérimentant des symptômes depuis l’installation d’un nouveau compteur dans leur ménage se multiplient. Qui dit vrai?

Dans ses affirmations, Hydro Québec se base sur l’intensité « moyennée dans le temps » utilisant l’inactivité (les mesures nulles) entre les émissions. Cela réduit celles-ci à une valeur de 50 uW/ n’existant pas dans la réalité. En effet, la densité de puissance ponctuelle est de 65 000 uW/m2 à un mètre de distance du compteur ce qui, à égale distance, surpasse de loin tous les autres appareils domestiques. Or, des études – non financées par l’industrie – ont démontré le lien entre l’exposition d’une personne à des ondes électromagnétiques et des troubles de la santé pouvant aller jusqu’au cancer. Si on considère qu’un compteur fonctionne sans arrêt, 24 heures sur 24, contrairement à d’autres appareils domestiques, on a une idée de l’augmentation importante de la radiation électromagnétique à laquelle nous sommes exposés.

À cela s’ajoute qu’Hydro-Québec omet de parler de la technologie des ondes pulsées émises par les compteurs dits « intelligents ». Intermittentes, très puissantes (effet de coup de fouet) et à longue portée (trois (3) kilomètres), elles ne sont pas comparables aux ondes non-pulsées, à courte portée et constantes émises par les autres appareils sans fil disponibles sur le marché.

La Régie de l’énergie sollicite présentement les observations des citoyens (date limite le 13 mars) avant de décider du futur de ce projet, c’est-à-dire un déploiement des nouveaux compteurs dans le reste du Québec – et l’option de retrait (abolition des frais).

Margit Reimer