Sections

La rigueur des policiers de Repentigny a permis de sauver des vies

Dix ans après le drame, l’histoire d’Adrien Boulay est toujours dans leurs mémoires


Publié le 9 novembre 2017

Eric Racette et Hichame Brouillette referaient l’intervention exactement de la même manière, même 10 ans plus tard.

©Photo TC Media - Gérard Legault

FAITS DIVERS. Il y a dix ans ce mois-ci, le Lanaudois Adrien Boulay assassinait deux personnes. Il planifiait d’éliminer huit autres personnes, dont les noms apparaissaient sur sa liste de cibles. Or, l’efficacité des policiers de Repentigny a permis que sa tuerie prenne fin avant qu'il ne commette un troisième attentat.

« Le travail qu’a fait mon équipe ce soir-là est l’exemple même d’une belle intervention, se rappelle le directeur adjoint du Service de police de Repentigny, Éric Racette. Ils ont toujours voulu faire plus, toujours pour le citoyen, et ce sont les résultats que cela donne. »

Le 5 novembre 2007, le préposé aux communications de la Centrale 9-1-1 de Repentigny, Hichame Brouillette, vit une soirée d’automne relativement calme. Un peu après 21h, il reçoit un avis sur le Centre de renseignements policiers du Québec (CRPQ) : un homme venait de commettre l’irréparable dans le nord de Lanaudière.

Son instinct lui dit de faire des recherches sur le suspect, un ex-policier de 59 ans, qui vient de faire feu sur son locataire, Alain Poissant, puis sur son ex-conjointe, Chantal Dubeau.

« Il a fait plus que son travail qui est de relayer l’information contenue dans l’avis, assure Eric Racette. Il a fait preuve de rigueur et de professionnalisme. Sans cela, il n’y aurait pas eu d’intervention. »

Au même moment, les agents Benjamin Boulay et Maxime Bray passent par hasard à la centrale.

Leur collègue les informe des résultats de ces recherches : Adrien Boulay, le suspect, est relié à quelques adresses sur le territoire.

Mus aussi par leur instinct, les deux jeunes policiers décident de se rendre à la première adresse dénichée par M. Brouillette.

Une vaste opération policière a été lancée après qu'Adrien Boulay ait fait feu sur son locataire à Saint-Jean-de-Matha. Des agents se sont rendus chez son avocat, Me Michel Carignan, à Repentigny, qui figurait sur sa liste de cibles.
Photo TC Media - Archives

« Nous sommes dans la vraie vie, pas dans une simulation, dit le « répartiteur » qui a maintenant 16 ans d’expérience. Il y a des risques inhérents. Il ne faut pas se précipiter. »

Une intervention réfléchie

Arrivés sur les lieux, ils passent en mode furtif : ils camouflent leur auto un peu plus loin et se terrent dans la haie de cèdres, face à l’adresse ciblée.

« On n’a jamais réalisé qu’on mettait nos vies en danger, confie l’agent Boulay. C’est quand tu vois les phares [du véhicule du suspect] que tu prends connaissance de ce qui se passe. »

Informant leur superviseur, le lieutenant du moment, Eric Racette, leurs collègues et eux prennent le suspect en filature.

« Nous devions contenir une menace : un homme armé, dans une ville, qui a déjà fait feu, explique ce policier aguerri de 23 ans d’expérience. Mais les décisions prises par mon équipe nous ont permis de réfléchir. Ils nous ont donné du temps. Le temps, c’est ça la clé. Ça et la synergie de cette équipe. »

Les policiers de Repentigny le suivent sur quelques kilomètres, puis l’interceptent. Se sentant probablement coincé, Adrien Boulay retourne son arme contre lui devant la résidence de son ancien avocat.

« Si on devait revivre cette intervention, on ne changerait rien de A à Z, précise M. Racette. On pourrait dire que les astres étaient alignés, mais vu le travail fait par mon équipe, leur rigueur a fait en sorte qu’on a sauvé huit vies. »

Deux ans plus tard, en 2009, les policiers Benjamin Boulay et Maxime Bray reçoivent une médaille pour action méritoire. L’équivalent, une citation d’honneur, est décerné à Hichame Brouillette, qui devient ainsi le premier « répartiteur » à recevoir cet honneur.

« Je retournerais à la guerre avec cette équipe n’importe quand », conclut fièrement l’agent Benjamin Boulay qui cumule maintenant 13 ans de carrière.