Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Emplois Lanaudière

Retour

20 février 2020

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Les Samares en mode solution

Pénurie de main-d’oeuvre

Étudiants

©Photo archives - L'Action

Au même titre que les entreprises de la région, la Commission scolaire des Samares est touchée par la pénurie de main-d’œuvre. Elle se dit toutefois proactive afin d’en réduire les impacts.

La pénurie de main-d’œuvre affecte notamment la Commission scolaire au niveau de la recherche et de la rétention de personnel qualifié. Et les besoins sont présents dans tous les secteurs d’emploi.

Si, au début de l’année 2019-2020, près de 300 postes étaient affichés, selon les informations qui ont été transmises à L’Action, au moment de publier, la Commission scolaire des Samares était toujours à la recherche de 9 enseignants, deux professionnels, 149 éducatrices en service de garde et huit employés de soutien en adaptation scolaire.

« Nous sommes aussi en augmentation de clientèle, tant au secteur primaire que secondaire, ce qui occasionnera nécessairement un besoin supplémentaire de personnel », laisse-t-on savoir.

Soulignons que le 3 décembre dernier, le Centre régional universitaire de Lanaudière (CRUL) dévoilait les résultats de l’étude « Formation universitaire dans Lanaudière : Intérêts, obstacles et besoins – Rapport 2019 ». Lors du point de presse, le CRUL mentionnait que seulement dans le domaine de l’enseignement, ce sont 425 diplômés universitaires qu’il faudrait embaucher d’ici la prochaine année.

En mode solution

La Commission scolaire des Samares assure être en mode solution. Elle cite plusieurs exemples de moyens de recrutement qui ont été mis de l’avant : « Nous avons récemment organisé une journée d’embauche, le 13 novembre dernier, qui fut un véritable succès. Nous nous assurons d’être présents lors de divers salons de l’emploi. Nous recrutons par l’intermédiaire des réseaux sociaux. Dans un souci de rétention, nous travaillons également à l’insertion professionnelle. »

Malgré tout, dans ce contexte de pénurie de main-d’œuvre, il peut arriver à la Commission scolaire de faire face à des banques de suppléants qualifiés vides. « Nous devons alors nous tourner, notamment, vers du personnel non légalement qualifié », reconnaît-on.

Soulignons qu’au niveau des initiatives régionales annoncées par le CRUL, le certificat en éducation préscolaire et en enseignement primaire sera bonifié en baccalauréat à compter de l’automne 2020. Le lieu où le cours sera offert restera à déterminer, mais ce dernier contribuera sans aucun doute à la formation de personnel enseignant dans la région.

Selon la Commission scolaire, dans la conjoncture actuelle, les perspectives d’avenir sont difficiles à prévoir. « Toutefois, nous demeurons proactifs afin d’en réduire les impacts. »

Cette entrevue a été réalisée avant l'adoption du projet de loi 40.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média