Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

09 janvier 2019

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Quand l’art et le numérique se rencontrent

Puguess

©Photo Élise Brouillette - L'Action

Marie-Pier Villeneuve, Pierre-Hugues Hétu et Jacques Coderre Lareau.

ART. Pierre-Hugues Hétu s’est associé avec son ami de longue date Jacques Coderre Lareau afin de donner naissance à Puguess Design. L’artiste nous dévoile ses œuvres uniques, réalisées à l’aide de logiciels de dessins numériques.

« L’art fait partie de ma vie depuis que j’ai 17-18 ans, j’ai fait de la peinture, du fusain, de l’aquarelle, de la sculpture, de l’art abstrait », raconte-t-il en entrevue avec L’Action.

Celui qui est aujourd’hui enseignant à la Commission scolaire des Samares a aussi étudié un an en art au Cégep à Joliette. Il souligne toutefois que pour lui, l’art, c’est d’abord et avant tout un état de l’âme et le fait de mettre ses émotions dans ses œuvres.

M. Hétu, qui signe ses œuvres sous le nom d’artiste Puguess, crée des cadres lumineux à l’aide du numérique. Ses cadres lumineux peuvent être tamisés à l’aide d’un téléphone, d’une manette ou d’un interrupteur.

Il explique que sa méthode d’impression, qui requiert plusieurs couches, est tout simplement innovatrice. « On me dit souvent que c’est la plus belle des veilleuses. Je suis le premier à amener l’art digital à ce niveau-là. Mes créations sont complexes, raffinées et parlent par leurs couleurs et leurs lumières. »

« On prend une image et on la concrétise dans la matière, ça donne une œuvre d’une qualité extraordinaire », souligne son associé Jacques Coderre Lareau.

L’entreprise est en structuration depuis quatre ans.  « Nous nous sommes connus à l’Académie Antoine-Manseau et nous nous sommes retrouvés à la Commission scolaire des Samares. J’avais besoin d’un gestionnaire et Jacques s’occupe de tout ce qui est gérance, structure, publicité. On fait une équipe inébranlable », explique Pierre-Hugues Hétu.

L’artiste souligne que le chemin est difficile pour faire reconnaître que l’art numérique a une valeur dans le milieu des arts. « Les variables avec lesquelles on crée ne sont pas « traditionnelles ». C’est un défi énorme. »

Toutefois, son nom circule de plus en plus. Il est suivi par 28 000 abonnés sur Instagram et il reçoit des invitations au quotidien. « Ce que je fais, c’est unique au monde. La demande est là. » Selon Pierre-Hugues Hétu, les réseaux sociaux sont la clé pour se faire connaître. « Il n’y a rien qui bat ça. Les réseaux sociaux, ça peut mettre des gens au monde. »

Puguess a passé dans la revue Prestige Design à trois reprises, en 2016 et en 2017. Dans la région, il est notamment possible d’admirer ses cadres lumineux au Van Houtte sur la Place Bourget. Marie-Pier Villeneuve, de Colocaux, lui a aussi offert un espace d’exposition.

Puguess Design propose deux catégories de cadres lumineux, signés et numérotés ou non signés. Différents formats sont disponibles.

Pierre-Hugues Hétu confie que son objectif ultime est de vivre de son art. Il recherche d’ailleurs des fonds pour bâtir une structure qui va permettre de lancer d’autres projets au sein de Puguess Design.

Au cours de prochains mois, l’un des objectifs des créateurs est de réaliser une œuvre d’art publique.

« Il faut générer le contact avec le public. Il faut amener les gens à s’arrêter devant nos œuvres », conclut Jacques Coderre Lareau.

Commentaires

12 janvier 2019

Catherine Dalpé

Bravo Pierre-Hugues!!! C’est magnifique, ce que tu fais! Je suis heureuse pour toi que tu commences à être reconnu!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média