Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

22 mai 2019

Christian Belhumeur-Gross - cbelhumeurgross@lexismedia.ca

Course salutaire pour une Lanaudoise

Marathon des Sables 2019

Nathalie Beaulieu

©(Photo gracieuseté)

Nathalie Beaulieu durant le Marathon des sables.

DÉPASSEMENT DE SOI. En avril dernier, la Charloise Nathalie Beaulieu, mère de quatre enfants et infirmière à l’urgence du centre hospitalier de Lanaudière à Joliette, a participé à la 34e édition du Marathon des sables dans le désert marocain. Loin d’être une simple étape de plus dans le riche parcours de l’athlète de 41 ans, cette course ne lui a rien de moins que sauvé la vie. Retour sur une épreuve des plus positives.  

Tenue annuellement dans le désert marocain, le Marathon des sables est une course en autonomie de près de 250 km s’étalant sur 7 jours. L’étape la plus longue totalise plus de 70 km. Considéré comme l’un des Ultra trail les plus mythiques de la planète, il regroupe près de 1 000 coureurs annuellement. Étant en autosuffisance alimentaire, seule l’eau est fournie aux coureurs. Ces derniers doivent prévoir leur nourriture et courir avec un équipement de base obligatoire. Les couchers sont effectués dans des bivouacs installés dans les dunes. Événement sportif de renommée internationale, des athlètes de 51 pays y participent annuellement. Pour cette 34e édition, il n’y avait que deux Québécois en lice, dont Nathalie Beaulieu.  

Une expérience hors du commun 

Très active, Nathalie Beaulieu n’en était pas à son premier défi. Ayant débuté la course lors de ses études collégiales, elle fait de nombreuses courses de 5 et 10 km, de même que des demi-marathons et par la suite, des marathons complets. Elle a également pratiqué différents styles de course, dont la course en montagne. Depuis 5 ans, elle participe également à des triathlons et a complété un demi-Ironman. Elle effectuera un premier Ironman complet à Tremblant cet été, de même qu’une course de 80 km en sentier à l’automne.  

L’idée de participer au Marathon des Sables lui est venue d’une amie marocaine qui lui avait parlé de cette course il y a quelques années. Après deux ans de préparation, elle tente de participer à la 33e édition l’an dernier. Cependant, des ennuis de santé décelés lors des tests médicaux obligatoires avant le départ compromettent sa participation. Sous recommandation des médecins, elle doit faire l’impasse sur la 33e édition et entreprendre une autre bataille. Nous y reviendrons.  

Un an plus tard, en avril 2018, Nathalie a finalement le feu vert des médecins et elle prend part à la 34e édition du Marathon des Sables. Véritable épreuve d’endurance, Nathalie, avec son sac de 22 lb sur les épaules, s’est lancée à l’assaut des 250 km du Marathon. Au terme de la compétition, Nathalie s’est classée 23e sur les 162 femmes ayant pris part à la course et elle s’est classée 9e sur 60 dans sa catégorie d’âge.  

La victoire est ailleurs 

Malgré des résultats impressionnants et un fort sentiment de fierté face à ce qui a été accompli durant ces sept journées, la victoire et le véritable combat fut mené dans les mois précédents le départ. En 2018, les tests médicaux obligatoires révèlent une anomalie au cœur. Après plusieurs tests et examens, l’anomalie s’avère finalement sans fondement, cependant un scan décèle par hasard des cellules cancéreuses sur le pancréas. Décelé à son stade primaire, le cancer a pu être traité rapidement via une opération, elle doit cependant abandonner l’idée de participer à la course. « Le pancréas est un cancer foudroyant, les chances d’en sortir sont minces, le fait de l’avoir décelé si tôt, ça m’a sauvé la vie » souligne Nathalie.  

Ayant subi son opération en octobre 2018, elle a dû traverser par la suite 8 semaines de convalescence. Malgré cette épreuve et une condition physique loin d’être optimale, elle a décidé de reprendre l’entraînement et de participer coûte que coûte au Marathon des sables au printemps de 2019, ce qu’elle réussit avec brio. À la lumière des épreuves vécues avant le départ, ses résultats paraissent inévitablement encore plus étincelants.  

Au final, Nathalie conserve un souvenir excessivement positif de la course et de ce qui l’a précédée. « Tout au long des étapes dans le désert, malgré la fatigue, à aucun moment je ne me suis demandé ce que je faisais là. J’étais tellement reconnaissante envers la vie et envers ce que cette course-là m’a amené. Sans cette course, on aurait probablement décelé les cellules cancéreuses trop tard, ça m’a sauvé la vie! » C’est là la véritable victoire de Nathalie au Marathon des Sables.  

D’autres défis à venir 

Nathalie ne cache pas son désire de refaire le Marathon des sables un jour, mais d’autres défis s’offrent à elle au cours des prochains moins, dont son premier Ironman cet été. Des impératifs financiers, mais également la famille, entrent également en ligne de compte. C’est le type de défi qui monopolise temps et énergie pendant plusieurs mois. Nathalie rappelle malgré tout l’importance de poursuivre ses rêves, et surtout, de bouger et rester actif.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média