Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

12 avril 2019

Communiqué L'Action - infolanaudiere@lexismedia.ca

Le syndicat APTS voit d’un bon œil l’ouverture de la ministre

Optilab

©(Photo gracieuseté)

Le projet OPTILAB fut mis en branle au printemps 2017.

SANTÉ. Lancé en avril 2017, le projet OBTILAB qui vise à centraliser les laboratoires d’analyse de prélèvement dans la région suscite l’inquiétude des technologistes médicales qui craignent pour l’avenir de leur emploi. Le syndicat APTS voit cependant d’un bon œil le désir de la ministre de la Santé, Danielle McCann, de réorienter le projet.  

« Si la réorientation annoncée hier par son cabinet implique que nos technologistes médicales et nos réalités régionales seront désormais réellement considérées et respectées dans la dynamique des changements instaurés par OPTILAB, Mme McCann et son ministère s’engagent dans la bonne direction » souligne Richard Belhumeur, représentant politique du syndicat.  

Le syndicat se montre ouvert à la volonté de la ministre de réduire le transfert de prélèvements vers les laboratoires centraux et de prendre en compte les différentes réalités régionales, mais estime tout de même qu’il y a peu de concret dans ce qui a été annoncé. « On nous parle d’une réduction du nombre des analyses qui seront transférées dans les laboratoires centraux, une bonne nouvelle certes, mais sans donner aucun ordre de grandeur. On aurait aimé avoir des chiffres, car ce sont eux qui conditionnent la rétention de la main-d’œuvre. On nous parle également d’une réforme OPTILAB "davantage adaptée aux particularités des régions", mais là aussi il y a peu de détails à se mettre sous la dent, difficile de se faire une idée » souligne M. Belhumeur. L’APTS voit par ailleurs d’un bon œil que les transferts d’analyses ne pourront dorénavant se faire sans d’abord avoir satisfait tout un ensemble de conditions préalables, l’atteinte de celles-ci étant « cruciale», précise le communiqué de la ministre.  

Le syndicat dit souhaiter un changement de cap important dans la manière dont est mené ce dossier et se dit satisfait de voir l’ouverture d’un canal de communication avec la ministre.  

Pour l’APTS, l’une des principales pierres d’achoppement de la réforme OPTILAB jusqu’à présent réside dans le manque de transparence et les problèmes de communication liés à l’implantation du changement sur le terrain. Les technologistes médicales sont presque toujours maintenus dans l’ignorance puis placés devant le fait accompli.  

Cette absence de communication, doublée d’un manque de planification dans la quasi-totalité des établissements, a débouché sur plusieurs problématiques dénoncées par le syndicat, dont la pénurie de main-d’œuvre dans les laboratoires, le temps supplémentaire offert en continu et, de plus en plus, de façon obligatoire, l’allongement des journées de travail, le stress et l’épuisement du personnel, les départs anticipés à la retraite, la difficulté de formation des stagiaires et la perte d’attrait dans les programmes collégiaux pour renouveler les effectifs de la profession. 

M. Belhumeur souligne que les objectifs de projet OPTILAB restent louables, mais estime que les technologistes médicales ne devraient pas être mis de côté et devraient être traités en partenaires dans ce dossier. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média