Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

11 mars 2019

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

De banc de neige à œuvre d’art, les Crazy Quebecers laissent leur trace

©(Photo L'Action- Guillaume Morin)

Yves Thibault, Frédérick Charest, Gabriel Léveillé, Luc Lachapelle, Frédéric Tremblay et Patrick Léveillé.

SCULPTURE. Les Crazy Quebecers ont transformé un banc de neige, qui borde le boulevard Firestone, en œuvre d’art dans la nuit du 2 au 3 mars. Le groupe de sculpteurs lanaudois, composé notamment d’enseignants de l’école secondaire Barthélemy-Joliette, a voulu démontrer qu’il était possible de faire quelque chose de beau dans un banc de neige!

Ils ont gravé en façade du monticule blanc un énorme C avec une petite barre dessous comme un Q pour faire référence au nom de leur groupe. En haut de celui-ci, ils ont fait une silhouette de montagnes. Il s’agissait d’une première expérience pour le groupe qui, habituellement, sculpte la neige dans des blocs prévus à cet effet.

« Dans les compétitions, nous exploitons toutes les faces du bloc, c’est en 3D, mais dans ce cas-ci, nous avions juste une face pour y effectuer un bas-relief», a expliqué un des membres du groupe, Yves Thibault. Les Crazy Quebecers ont également trouvé difficile de devoir travailler constamment dans une pente assez abrupte. « Soit nous étions vraiment penchés ou soit nous avions les mollets crampés! »

Pour faire leur relief, ils devaient pelleter au moins trois pieds de neige sur pratiquement toute la surface de leur zone de travail, ce qui a été très exigeant pour les trois membres du groupe qui étaient aidés par quatre autres personnes lors de cette nuit. « C’était beaucoup de pelletage! On avait mal au dos, aux bras, et aux jambes. C’était physique comme projet, mais c’était vraiment une belle expérience. »

Les premiers coups de pelles ont été donnés vers 19h et c’est à 4h15 que la sculpture a été terminée. « Comme c’est quelque chose qui, au final, allait être regardé de loin, il fallait parfois qu’on descende et qu’on prenne du recul». Les sculpteurs ont aussi dû faire face à plusieurs couches de textures très différentes avec tout le verglas qu’il y a eu cet hiver.

Ils ont choisi de faire leur travail la nuit, pour ne pas causer de dérangement dans le stationnement du Wal-Mart ou sur le boulevard Firestone, mais aussi pour la tranquillité. « On aime bien ça l’ambiance plus calme et ça amenait un plus grand aspect de surprise que si les gens nous avaient vu travailler.»

Bien sûr, lorsque le stationnement sera déneigé, lors de la prochaine tempête, leur œuvre d’art risque d’être altérée. « Ça fait partie de la game quand tu travailles avec de la neige ou du sable, c’est de l’art éphémère», a ajouté Patrick Léveillé, aussi membre du groupe.

En tant qu’enseignants qui prônent le civisme et la bienveillance, les Crazy Quebecers ont pris soin d’avoir les autorisations nécessaires avant de faire leur œuvre. « C’est sûr qu’il y a moins de contraintes, nous ne sommes pas obligés de soumettre un projet et d’attendre de savoir si nous sommes acceptés, mais nous avons demandé au propriétaire du terrain».

Ils aimeraient recommencer l’expérience, car cela leur donne une belle vitrine tout en égayant les bancs de neige. Ils savent cependant déjà que la prochaine fois, ils auront plus de gens attitrés au pelletage et ils aimeraient aussi créer un «happening» avec de la musique pour que les gens puissent venir faire un tour.

Il faudra probablement toutefois attendre à l’hiver prochain pour vivre cet événement. « On a pas mal accroché nos pelles dans le cabanon et on va sortir la petite chaudière de sable», a rigolé M. Léveillé. En effet, après trois projets réalisés cet hiver, les Crazy Quebecers préparent leurs croquis et leurs inscriptions pour l’été.

©(Photo L'Action- Guillaume Morin)

Plusieurs projets

C’est l’été dernier, lors d’une compétition à Gatineau, que les Crazy Quebecers se sont lancés dans la sculpture de sable. Ils sont d’ailleurs repartis de cette première expérience avec des prix en mains. Lorsqu’on les questionne à savoir s’ils préfèrent travailler dans le froid ou aux 35˚C de l’été, ils sont embêtés. « Côté température, je préfère l’hiver, parce que quand j’ai chaud je peux enlever une couche, mais pour la texture et la façon de travailler c’est plus difficile», a expliqué Patrick Léveillé. 

Il ajoute que ce sont deux mondes différents et qu’une compétition de neige dure trois jours, incluant presque une nuit complète, tandis qu’une compétition de sable se déroule du matin au soir. De faire ainsi des sculptures de différents types, les amène à développer d’autres techniques, mais permet aussi d’allonger leur saison. « On peut continuer à travailler et à élaborer des idées sans être obligés d’attendre que l’hiver revienne! »   

Cet hiver, les Crazy Quebecers ont fait des sculptures du côté de Saint-Jean-Port-Joli, du Saguenay-Lac-Saint-Jean et ici même au Festiglace. Cet été, ils retourneront à Gatineau et ont soumis leur candidature pour L'Islet-sur-Mer. Ils se sont inscrits aux Olymp’Arts qui sont organisés pour 2021 et aimeraient aussi essayer de participer à une compétition de sculpture de paille et foin en France. 

« Nous tendons des perches un peu partout, car nous n’avons pas 40 ans de métier, seulement quatre, et nous voulons essayer plusieurs styles de sculptures. »

Redonner à la communauté

Comme autre projet, les Crazy Quebecers aimeraient développer une coopérative ou un organisme à but non lucratif afin d’obtenir des subventions pour développer la sculpture sur neige, mais aussi l’art de façon générale dans Lanaudière. Il s’agit d’une façon pour eux de redonner à la communauté. « Nous aimerions bien éventuellement voir plein de monde en train de sculpter leur banc de neige!»

©(Photo L'Action- Guillaume Morin)

Crazy Quebecers

Le groupe des Crazy Quebecers est actuellement composé de trois membres: Patrick Léveillé, Yves Thibault et Frédéric Tremblay, mais un quatrième, Alain Boucher, devrait bientôt se joindre au groupe.   

Commentaires

13 mars 2019

Sylvie Goulet

Bravo à tous ! Quel travail !!!!!! Je l'ai vu et conclu que c'était la trace laissée par un atterrissage de alien !

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média