Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

06 février 2019

Christian Belhumeur-Gross - cbelhumeurgross@lexismedia.ca

Vaste mobilisation pour soutenir Alexandre Lajoie

Syndrome de Miller-Fisher

Alexandre Lajoie

©(Photo gracieuseté)

Alexandre Lajoie est toujours hospitalisé et il poursuit sa convalescence.

MALADIE. En janvier dernier, Alexandre Lajoie, jeune Mélanien âgé de 22 ans, fut diagnostiqué comme souffrant d’une maladie peu commune, le syndrome de Miller-Fisher. Après avoir reçu de nombreux traitements, il entame une longue rémission. Sa sœur, Ilary Lajoie, partage son histoire avec L’Action et appelle la population à soutenir son frère dans cette épreuve.  

La jeune femme, actuellement en congé de maternité, s’active avec les autres membres de la famille d’Alexandre afin d’aider moralement, mais surtout financièrement ce dernier à traverser cette rude épreuve. Une campagne de sociofinancement fut d’ailleurs mise en place il y a quelques semaines et plusieurs appuis se sont déjà manifestés. 

Des engourdissements dans les mains  

Originaire de Lanoraie et ayant passé une partie de son enfance à Saint-Michel-des-Saints, Alexandre vie aujourd’hui à Sainte-Mélanie et travaille dans le domaine de la mécanique industrielle à Joliette. La vie d’Alexandre a basculé à la mi-janvier. Après avoir ressenti des étourdissements, de la fatigue persistante et des engourdissements dans les mains qui se sont généralisés à tout son corps, il s’est rendu à l’urgence du CHRDL dans les environs du 10 janvier et il fut aussitôt hospitalisé raconte sa sœur.  

Après avoir effectué plusieurs tests et analysé les symptômes, le syndrome de Miller-Fisher lui fut diagnostiqué par une équipe médicale. La situation d’Alexandre s’est rapidement détériorée. Outre les symptômes mentionnés précédemment, ce dernier a éprouvé des difficultés à marcher et à s’asseoir, sa vision s’est affaiblie et il ne pouvait plus s’alimenter seul et avait beaucoup de difficulté à parler. 

Suite à ce diagnostic, une première série de traitements, qui consistent en l’injection d’immunoglobulines, fut appliquée, mais le résultat fut peu concluant selon Ilary. C’est après une deuxième série de traitements que des améliorations ont été remarquées et que s’est alors amorcée la convalescence.  

Une maladie peu commune 

Proche du syndrome de Guillain-Barré, le syndrome de Miller-Fischer est une maladie contractée généralement suite à une infection. « C’est comme si le système immunitaire devenait mélangé » résume le docteur Mylène Guèvremont qui est charge du cas de M. Lajoie. Après avoir combattu des pathogènes liés à un virus, les anticorps s’attaquent à une composante normale du système nerveux, le ganglioside GQ1B, qu’ils associent à tort au virus. Ce syndrome affecte la coordination des mouvements, l’équilibre, de même que les réflexes. Extrêmement rare et surtout présent en Asie, les chances de le contracter son assez minces selon le Dr Guèvremont.   

Cette maladie est généralement résorbée par traitement dans les semaines suivant le diagnostic. Cependant, il est difficile de déterminer la durée de la convalescence. Cela dépend de plusieurs facteurs, dont l’état de détérioration physique du patient souligne le Dr Guèvremont.  

Pas d’assurances 

La maladie se résorbe et Alexandre reprend peu à peu des forces, or il n’est pas au bout de ses peines. « La convalescence peut être longue, ca peut prendre plusieurs mois, même s’échelonner sur plus d’une année » rappelle Ilary. Actuellement mécanicien, il ne pourra reprendre le travail de sitôt et il ne possède pas d’assurances pour faire face à ce genre de situation. « Pour le moment, c’est le chômage maladie, mais après 15 semaines, c’est terminé et la convalescence risque de prendre beaucoup plus de temps » souligne la jeune femme.  

C’est essentiellement pour cette raison que la famille d’Alexandre a mis sur pied une campagne de financement sur internet. « L’objectif est d’amasser un montant pour l’aider à subvenir à ses besoins et lui permettre de se concentrer sur la guérison sans trop se soucier des aspects financiers » souligne Ilary. « Au départ, notre objectif était de 1 000$. On a rapidement dépassé alors on a augmenté. Maintenant, notre objectif est de 3 000 $ et on a amassé près de 2 500$ » souligne-t-elle. 

Pour le moment, les dons proviennent essentiellement de la famille et des proches souligne la jeune femme. La campagne se poursuite et elle espère rejoindre le plus de gens possible afin d’amasser des dons supplémentaires et ainsi être mesure de soutenir financièrement son frère.  

Pour information ou pour donner : https://www.gofundme.com/alexandre-lajoie-syndrome-de-miller-fisher 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média