Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

04 Septembre 2018

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

La MRC de Matawinie établit ses priorités

Élections provinciales

La MRC de Matawinie établit ses priorités

©Photo gracieuseté – Claudia Morin-Arbour - L'Action

Sylvain Breton, préfet de la MRC de Matawinie, compte rencontrer tous les candidats des comtés de Berthier et de Bertrand.

ÉLECTIONS. À l’occasion de la campagne électorale, la MRC de Matawinie affirme ses priorités en matière d’aménagement du territoire, de développement local et régional, de transport collectif ainsi qu’en développement numérique et elle invite les partis politiques à inscrire celles-ci au sein de leurs engagements électoraux.

Rappelons que la MRC de Matawinie a récemment annoncé un investissement de 55 M$ pour l’implantation d’un réseau de fibre optique. Ce projet vise à déployer 2700 km de fibre optique qui permettront d’offrir l’accès à internet haute vitesse à plus de 42 000 résidences.

En ce sens, la MRC entend souscrire aux programmes Québec branché et Brancher pour innover (fédéral) dès qu’un appel sera lancé et elle demande aux partis politiques de prendre un engagement fort concernant le développement numérique en région.

Au niveau routier, la MRC souhaite obtenir une annonce du gouvernement du Québec quant au projet d’amélioration de la route 3, une route de 31 km qui relie Saint-Donat et Saint-Michel-des-Saints. Elle interpelle aussi les formations à prendre des engagements forts face aux problématiques de sécurité et de fluidité observées sur les routes 131 et 25 afin d’aboutir à la réalisation de travaux d’amélioration de ces axes routiers.

En ce qui concerne les énergies renouvelables, la MRC demande au prochain gouvernement de mettre en place un programme pour financer le développement de projets communautaires tels que le projet de minicentrale hydroélectrique au barrage Matawin. Ce projet engendrerait une diversification des revenus de la MRC et lui permettrait de mettre en valeur ses infrastructures et de collaborer avec la communauté autochtone.

La MRC demande aussi à ce que le prochain gouvernement poursuive ses travaux concernant la révision des orientations gouvernementales en matière d’aménagement du territoire afin d’offrir aux municipalités et aux MRC plus de latitude et d’autonomie.

Lacs, cours d’eau et recyclage

Au niveau des lacs et des cours d’eau, la MRC de Matawinie croit que des sommes supplémentaires devront être investies à très court terme pour limiter l’introduction et la propagation de plantes exotiques envahissantes et préserver la qualité de l’eau des lacs.

Concernant la crise du recyclage, la MRC demande au prochain gouvernement de mettre en œuvre, dès le début de son mandat, des solutions aux problématiques rencontrées par les centres de tri. Si des actions ne sont pas rapidement mises en place, la MRC croit que les coûts augmenteront substantiellement, mais aussi que les habitudes des citoyens quant au recyclage risquent de régresser.

Avec la hausse de catastrophes naturelles et de désastres climatiques, la MRC réclame la création d’un fonds d’urgence pour l’entretien du réseau routier en terres publiques disponible lorsque surviennent de tels événements.

La pénurie de main-d’œuvre est un enjeu majeur. Une stratégie doit être priorisée selon la MRC et elle sollicite l’engagement des partis politiques afin que des mesures soient mises de l’avant pour recruter et retenir les travailleurs en région.

Au niveau du développement local et régional, la MRC priorise un réinvestissement par la bonification du Fonds de développement des territoires et ce, afin d’avoir une gouvernance locale plus efficiente.

La MRC demande une bonification des sommes investies en développement touristique afin de diversifier l’offre, favoriser le développement des entreprises et accentuer le nombre d’emplois.

Finalement, en matière de transport, la MRC est d’avis que les enjeux de gouvernement et de financement en matière de transport collectif doivent être priorisés afin de lui permettre d’assurer, envers les usagers du réseau, une organisation et une exploitation efficace, sécuritaire, accessible et abordable de l’ensemble des transports régionaux sur son territoire, par la mise en place de nouvelles mesures et par une bonification des sommes disponibles au Programme d’aide du transport collectif offrant un engagement sur un terme de cinq ans plutôt qu’un renouvellement annuel.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média