Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

08 Août 2018

Christian Belhumeur-Gross - cbelhumeurgross@lexismedia.ca

Des secteurs de villégiature sont compris dans les zones potentielles de coupe

Coupes forestières en Matawinie

©(Photo L'Action - archives) - L'Action

Des zones de coupes potentielles sont assignées dans le secteur du lac Koël à Sainte-Émélie-de-l’Énergie.

ACTUALITÉ. Les secteurs du lac Koël et du sentier national à Sainte-Émélie-de-l’Énergie sont compris dans des zones de coupes selon les plans 2018-2023 du ministère de la Forêt de la Faune et des Parcs. La municipalité s’apprête d’ailleurs à entreprendre des démarches pour protéger le secteur.

Le Journal de Montréal a récemment publié un article sur les zones de coupes projetées en Matawinie à proximité de la pourvoirie Basilière à Saint-Zénon. On y apprenait que le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs avait étendu les zones de coupes à proximité de la pourvoirie, alors que cette dernière, ainsi que le ministère de l’Environnement, souhaitent en faire une aire protégée. L’Action a appris récemment que des zones de coupes sont également projetées plus au sud, dans le secteur du Lac Koël. Secteur privilégié pour la villégiature avec la présence de sentiers municipaux, mais également du sentier de la Matawinie qui est relié au sentier national, l’attribution de zones de coupe dans ce secteur inquiète des résidents, mais également la municipalité.  

Le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs confirme que suite aux consultations publiques, des secteurs de coupes ont été déterminés entre les lacs Koël, Bernard et Théophile. Les secteurs visés s’étendent sur le territoire des municipalités de Sainte-Émélie-de-l’Énergie et de Saint-Damien. Joint par L’Action, le maire de Saint-Émélie-de-l’Énergie, Martin Héroux, se dit préoccupé de la situation. Ce dernier a participé à la consultation sur le plan d’aménagement forestier et a fait part des inquiétudes de la municipalité concernant la coupe de bois dans ce secteur. « À plusieurs reprises, j’ai soulevé le fait que c’est un secteur sensible le lac Koël à Sainte-Émélie » soutient-il. M. Héroux rappelle cependant qu’il n’est pas garanti qu’il y ait des coupes de sitôt dans ce secteur. « C’est un secteur difficile d’accès et la rentabilité n’est pas nécessairement au rendez-vous pour les entreprises forestières », indique-t-il.   

Protéger le secteur 

M. Héroux soutient qu’il est difficile pour le moment de modifier les zones de coupe. « Il y a plusieurs ministères impliqués, ils n’ont pas tous la même philosophie et pour l’instant, on ne semble pas chaud à l’idée de modifier les zones. Je sens qu’il y a plus d’écoute de la part des entreprises forestières » indique-t-il. Avec l’aval de Saint-Damien et d’un commun accord avec des forestières, le maire indique que la municipalité va déposer une demande formelle pour faire du secteur une aire protégée.  

Questionné sur leur position par rapport à l’aire protégée, le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs soutient que cette décision appartient au ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. « La désignation d’aires protégées est sous la responsabilité du MDDELCC, qui évalue les demandes et les secteurs d’intérêt en fonction de critères de représentativité des écosystèmes forestiers. Lorsque ces analyses sont terminées et que des secteurs sont retenus par le gouvernement, des ententes administratives sont convenues entre le MDDELCC et le MFFP afin d’assurer la protection du territoire visé », indique Nicolas Bégin, coordonnateur des relations avec les médias au ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs.  

Favoriser une foresterie durable 

Pour Martin Héroux, les contrats d’attribution en bois sont là pour rester et les municipalités doivent composer avec. Il est cependant nécessaire de s’assurer que l’industrie opère de façon durable, que les impacts soient diminués et que la foresterie profite à tous. « Le conseil des maires de la MRC, avec le mandat qu’il s’est attribué, a pour objectif de favoriser une foresterie profitable pour tous » soutient-il.  

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par