Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

06 Août 2018

Francis Trudeau - infolanaudiere@lexismedia.ca

Yannick Nézet-Séguin clôt le Festival de Lanaudière en beauté

©Photo Francis Trudeau - L'Action

L’Orchestre Métropolitain, Yannick Nézet-Séguin et le pianiste Marc-André Hamelin en ont mis plein la vue

MUSIQUE. Des milliers de personnes ont profité de la température clémente le dimanche 5 août, pour assister au concert de clôture du Festival de Lanaudière, qui avait lieu à l’Amphithéâtre Fernand-Lindsay de Joliette.

Le concert, qui s’est déroulé en deux parties, avait lieu en après-midi et mettait en vedette l’Orchestre Métropolitain, dirigé de main de maître par Yannick Nézet-Séguin et le pianiste de renommée internationale Marc-André Hamelin.

Le concert de clôture, qui se mariait à merveille à la thématique du Festival de Lanaudière 2018, « à l’amour comme à la guerre », a commencé par le Concerto pour piano n° 2 en fa majeur, op. 102 de Dmitri Chostakovitch, qui mettait en vedette tout le talent de Marc-André Hamelin.

Cette œuvre, très joyeuse, a été écrite par Chostakovitch en 1957, pour son fils Maxim. « Le dernier mouvement contient même une blague sous forme d’un passage extrait du célèbre cahier d’apprentissages Hanon que connaissent tous les jeunes pianistes », peut-on lire dans le programme de présentation du concert.

Après un court entracte, l’Orchestre Métropolitain a complètement changé de registre, passant de la légèreté au drame. Les musiciens et le maestro Nézet-Séguin y ont présenté la Symphonie n° 7 en do majeur, op. 60 « Leningrad » de Chostakovitch, plongeant le public au beau milieu de la Deuxième Guerre mondiale.

L’œuvre a notamment été écrite en pleine guerre, alors que les Allemands nazis frappaient à la porte de Leningrad. Dans les différents mouvements de la pièce, le public pouvait sentir à la fois la détresse, la tragédie, mais aussi la force de caractère et l’héroïsme des Russes.

L’œuvre, d’une durée de 82 minutes, a d’ailleurs été jouée pour la première fois en 1942 par l’Orchestre du Théâtre Bolchoï de Moscou et a même été utilisée comme outil de propagande.

Ce concert de l’Orchestre Métropolitain mettait fin au mois d’activités de la 41e saison de concerts du Festival de Lanaudière. La foule, visiblement charmée par le concert, a réservé une longue salve d’applaudissements à l’Orchestre Métropolitain, à son directeur Yannick Nézet-Séguin ainsi qu’au pianiste Marc-André Hamelin au terme des deux parties du concert.

©Photo Francis Trudeau - L'Action

L’Orchestre Métropolitain, Yannick Nézet-Séguin et le pianiste Marc-André Hamelin en ont mis plein la vue

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par