Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

28 Août 2018

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

La lutte et les Rougeau, une histoire qui prend fin

«C’est 75 ans d’histoire qui se termine»

©(Photo Guillaume Morin)

LUTTE. Le 18 août dernier, des milliers de spectateurs se sont rassemblés au Stade IGA pour le dernier spectacle de Jacques Rougeau. « J’aurais fait de la lutte jusque dans ma tombe, mais mes fils ne veulent pas continuer, alors je leur ai demandé comme dernier cadeau un spectacle dans lequel nous serions tous les quatre», a commenté le lutteur professionnel de Rawdon.    

Toujours sous le coup de l’émotion, lors de son entrevue avec L’Action, M. Rougeau a mentionné qu’il pouvait se retirer du monde de la lutte la tête haute. « Ç’a été un moment magique de terminer ainsi ma carrière de 41 ans dans l’arène avec mes trois fils, c’était la première fois que nous étions réunis pour un combat. » C’était de la même façon, en combattant avec ses fils, que son père avait aussi pris sa retraite il y a trente ans.  

D’ailleurs, tout juste avant la présentation de ce combat final, un message de Jacques Rougeau Sr a été diffusé. Ce dernier, maintenant âgé de 88 ans, n’était pas en mesure d’être présent à l’événement. Dans ce message, il a remercié tous les fans de lutte et a demandé à son fils et à ses petits-fils de «donner un bon show» et c’est ce qu’ils ont fait.  

Émile, âgé de 18 ans, se déplaçait avec une grande agilité dans l’arène et Cédric, que Jacques qualifie comme « son gros monstre » en raison de son impressionnant gabarit, a fait le ménage sur l’arène. « C’est fou comme les gens criaient fort dans les estrades à ce moment, c’était génial», se souvient le lutteur. 

Puis, Jean-Jacques, l’aîné, qui n’avait pas fait de lutte depuis dix ans a terminé le spectacle en réalisant un des mouvements les plus dangereux de la lutte. « C’est vraiment une bête de scène et tout le monde en a eu le souffle coupé. » 

Bien sûr, Jacques Rougeau en a aussi mis plein la vue, car il n’a rien perdu de sa grande forme physique. Un hommage lui a été rendu après le combat et tous les spectateurs sont restés pour souligner les derniers moments dans l’arène de ce grand homme. « Ce n’était pas juste un spectacle, c’était 75 ans d’histoire qui se terminait. » 

Lutte contre l’intimidation 

Ce dernier spectacle familial, auquel ont participé 33 écoles, 30 camps de jours et 30 maisons des jeunes avait également comme objectif de contrer l'intimidation et de prôner le leadership. La jeune Maxyme Bouchard a d’ailleurs chanté deux chansons, une contre l’intimidation et une autre de motivation. « C’était certainement le plus bel événement de ma vie», a ajouté Jacques Rougeau.   

Le spectacle était basé sur la haute voltige et sur l’humour. Il y avait des mascottes et à un certain moment, huit athlètes combattaient simultanément sur l’arène et s’entrecroisaient avec beaucoup de précision. « Un bel esprit d’équipe est ressorti du spectacle et on pouvait vraiment y voir la technique de notre famille. » Les lutteurs interagissaient avec la foule et quelques passes dangereuses ont même été réalisées.   

Un combat entre un jeune dysphasique et un jeune ayant un trouble du spectre de l'autisme s’est aussi tenu illustrant la volonté de Jacques Rougeau de toujours aller vers l’inclusion sociale. « C’est inspirant pour des jeunes qui vivent avec les mêmes difficultés et les parents ont vu que parfois la différence existe seulement dans les yeux du voyeur », a-t-il commenté. De plus, tous les jeunes qui ont assisté au spectacle ont reçu un livre éducatif afin de contrer l’intimidation et d’inculquer des bonnes valeurs.  

Cela fait maintenant 18 ans que Jacques Rougeau lutte contre l’intimidation en réalisant des conférences dans les écoles. Il continuera d’ailleurs de le faire. « Je le fais pour aider les jeunes, mais aussi pour m’aider moi, ça m’aide à guérir les blessures que j’ai eues en étant moi-même victime d’intimidation sévère. » 

Il continuera également de faire ses conférences humoristiques et a tenu à remercier tous les Lanaudois qui ont été présents dès le début pour encourager son spectacle familial et qui ont contribué à son succès. Si pour lui la vie a toujours été comme la lutte, un combat, il a terminé en mentionnant que la vie était belle pour lui aujourd’hui.  

Une carrière impressionnante 

C’est à l’âge de 17 ans que Jacques Rougeau a commencé sa carrière professionnelle. Rougeau s’est longtemps battu dans la World Wrestling Federation (WWF). Il y a notamment formé le duo The Fabulous Rougeau Brothers avec son frère Raymond. Puis, après la retraite de son frère, Jacques est revenu dans la fédération en tant que The Mountie. Il a ensuite fait équipe avec Carl Ouellet avec qui il a gagné à trois reprises le Championnat du monde par équipes de la WWF. Rappelons qu’en 1997, Jacques Rougeau avait réussi à battre, au Centre Bell, le légendaire Hulk Hogan.  

©(Photo Guillaume Morin)

Les Rougeau étaient en pleine forme.

©(Photo Guillaume Morin)

©(Photo Guillaume Morin)

©(Photo Guillaume Morin)

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média