Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

04 Juillet 2018

Geneviève Geoffroy - ggeoffroy@lexismedia.ca

Une partie de son camping ravagé par une tornade

©Photo - gracieuseté - L'Action

Une partie du camping Le Saint-Paul a subi des dégâts importants le 2 juillet 2018, en raison de la mauvaise température.

SAINT-PAUL. Arbres matures déracinés, roulottes endommagées, tentes dînettes envolées, une partie d’un camping de Saint-Paul a été dévasté par la mauvaise température, le 2 juillet, en début de soirée. Sa propriétaire jure avoir vu une tornade s’attaquer au terrain.

France Coulombe, propriétaire du camping Le Saint-Paul, était à sa résidence, située à l’entrée du camping,  quand, affirme-t-elle, elle a vu une tornade « entrer comme un tourbillon » sur le terrain de 110 emplacements.

« J’étais à l’extérieur en train de préparer le souper », raconte-t-elle.

Ce soir-là, deux lignes orageuses violentes ont traversé le Québec, causant des pannes d’électricité et des dégâts importants, dont dans Lanaudière.

Bifurqué

France Coulombe affirme avoir vu un abri-soleil voler dans les airs et tomber en plein milieu de la rue, alors que la tornade se dirigeait vers une roulotte.

« Elle est tombée sur une roulotte et elle a bifurqué », dit-elle.

Comme une balle de ping-pong

Selon ce qu’elle rapporte, la tornade sautillait « comme une balle de ping-pong » entre le terrain de camping et le champ de pommes de terre, voisin du camping.

« Ça a duré environ 10 minutes. La tornade est morte dans le champ », poursuit-elle.

À la suite de cet épisode météorologique, France Coulombe a constaté que plusieurs arbres avaient été déracinés sur son immense terrain. Des roulottes ont aussi subi des dommages.

Aucun blessé

« Il y avait une souche plus grande que moi, je mesure tout de même 5 pieds 5 pouces, et elle a été déracinée », relève-t-elle.

Par chance, personne n’a été blessé.  France Coulombe a tout de même décidé d’évacuer le tiers des résidents afin d’éviter de possibles accidents. Ceux-ci ont pu regagner leur demeure au lendemain de l’évènement.

Nettoyage

Elle a dû débourser 2000$ pour qu’un spécialiste vérifie l’état des arbres.

Le lendemain, son conjoint ainsi qu’un résident ont mis plusieurs heures à nettoyer le terrain et à couper les arbres déracinés et leur travail n’était pas terminé.

©Photo - gracieuseté - L'Action

©Photo - gracieuseté - L'Action

©Photo - gracieuseté - L'Action

©Photo - gracieuseté - L'Action

©Photo - gracieuseté - L'Action

©Photo - gracieuseté - L'Action

©Photo - gracieuseté - L'Action

©Photo - gracieuseté - L'Action

©Photo - gracieuseté - L'Action

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par