Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

31 Juillet 2018

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

Le soccer, une clé pour l’intégration des nouveaux arrivants

Le soccer, une clé pour l’intégration des nouveaux arrivants

©(Photo Mélissa Blouin)

Muhammed Kusey Lulek et Mitterand Dangbe évoluent tous les deux au cœur du Laser de Joliette.

REPORTAGE. Il y a deux ans, le jeune Muhammed Kusey Lulek s’est installé à Joliette avec sa famille afin de fuir la guerre qui règne dans son pays d’origine, la Syrie. Cette nouvelle vie signifiait une grande adaptation, mais son arrivée au Québec a été facilitée grâce au projet d’intégration par le soccer du Comité régional d’éducation pour le développement international de Lanaudière (CRÉDIL).

«Au début, il était réservé et ne parlait pas du tout français, mais nous avons vite vu une différence et il s’est intégré au groupe. Ce qui est formidable, c’est que ce sont les autres jeunes qui ont aidé à son intégration. Ils cherchaient des mots dans sa langue pour discuter avec et lui montraient des mots en français. Ç’a vraiment créé une belle ouverture dans l’équipe», ont commenté les entraîneurs du joueur de 14 ans, Yannick Thibodeau et Marc Coutu. 

Ils ont rigolé en mentionnant que les premiers mots que Muhammed avait appris en français étaient probablement des mots reliés au soccer. Puis, quand la saison s’est terminée et que l’école a commencé, Muhammed pouvait déjà compter ses coéquipiers parmi son cercle d’amis.

« Le fait de passer par le sport est non seulement une clé pour l’intégration, mais aussi pour la valorisation et la persévérance scolaire des jeunes, car ce n’est facile d’arriver dans une classe en ne parlant pas français et en n’ayant pas nécessairement eu accès à la même qualité d’éducation par le passé», a expliqué la chargée de programme à l’éducation à la citoyenneté mondiale au CRÉDIL, Vicky Croisetière.

Au total, 19 jeunes nouveaux arrivants, provenant de pays en guerre, ont intégré des équipes du Laser de Joliette pour l’été. Ils sont âgés de 10 à 13 ans et proviennent de la Colombie, de la République centrafricaine, du Burundi, de la République démocratique du Congo ou de la Syrie. Il s’agit de la deuxième année que ce projet a été mis sur pied.

« Je trouve vraiment ça bien comme projet, car le soccer c’est un beau sport que je pratiquais déjà en Afrique. C’est un sport d’équipe et l’objectif est avant tout de s’amuser et je m’amuse beaucoup», a commenté à son tour, Mitterand Dangbe. Le jeune de 14 ans est arrivé au Québec il y a quatre ans avec ses six frères et sœurs.

Ses entraîneurs le décrivent comme un grand sportif qui est constamment présent pour ses coéquipiers et qui donne son maximum lors de chaque partie. Pour Mitterand, le projet a eu un moins grand impact sur son intégration, puisqu’il est arrivé il y a quatre ans déjà, mais cela lui permet d’élargir son cercle d’amis et de consolider ses acquis.

« Les jeunes vont à l’école et apprennent le français, mais l’été, s’ils sont seulement avec leur famille, ils peuvent cesser de progresser un peu, alors le soccer est un bon moyen pour continuer leur apprentissage et leur intégration», a ajouté Mme Croisetière.  

«Une expérience citoyenne»

Les frais d’inscription des jeunes participants sont assumés par la ville de Joliette en collaboration avec le Laser. Le CRÉDIL n’assure pas le transport des participants, mais puisque la plupart des familles qui viennent de s’installer au Québec ne sont pas véhiculées, il fait en sorte que l’équipe se mobilise en début de projet.

« Nous sensibilisons les parents des autres joueurs et les coachs à faire du covoiturage. Nous avons donc besoin de l’appui de tous dans ce projet et jusqu’à maintenant nous avons vraiment observé un beau mouvement citoyen. Les gens se sont vraiment mobilisés afin de rendre le soccer accessible et c’est ce qui fait la beauté du projet», a ajouté Vicky Croisetière.

De plus, l’un des objectifs principaux du CRÉDIL est d’autonomiser les familles qu’il accompagne. « Nous savons que nous avons fait un bon travail quand les familles n’ont plus besoin de nous.» Plusieurs jeunes, qui ont participé au projet d’intégration par le soccer l’an dernier, se sont inscrits eux-mêmes dans les équipes du Laser cette année. C’est d’ailleurs le cas de Muhammed Kusey Lulek et pour le CRÉDIL, il s’agit d’un bel exemple de réussite de sa mission.  

 

©(Photo Mélissa Blouin)

Muhammed Kusey Lulek et Mitterand Dangbe entourés de leurs entraîneurs Marc Coutu et Yannick Thibodeau.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média