Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

31 Juillet 2018

Christian Belhumeur-Gross - cbelhumeurgross@lexismedia.ca

De Saint-Michel-des-Saints aux pentes du K2

Mort de Serge Dessureault

De Saint-Michel-des-Saints aux pentes du K2

©(Photo gracieuseté)

Maurice Beauséjour et Serge Dessureault, tout deux originaires de Saint-Michel-des-Saints.

ACTUALITÉ. Maurice Beauséjour, compagnon d’aventure de longue date de l’alpinisme Serge Dessureault, décédé le 7 juillet dernier lors de l’ascension du K2, témoigne des derniers moments de la vie de son ami et nous parle de leurs débuts à Saint-Michel-des-Saints.  

Maurice Beauséjour a pris publiquement la parole pour la première fois depuis le drame dans une lettre qu’il a publié sur la page Facebook de l’expédition le 24 juillet dernier. Dans sa lettre intitulée «Une roche du K2», celui qui accompagnait Serge Dessureault dans sa deuxième tentative d’ascension du K2, l’une des montagnes les plus difficiles au monde, témoigne des derniers moments avec son coéquipier, mais également du fardeau qu’il porte depuis l’accident. 

«Mais à chacun de vous, j’ai à vous livrer une roche du K2, j’en ai un plein camion. Bien sûr, elles ne sont pas grosses comme celles de la famille, mais il y en a plein, enfin trop pour moi tout seul… et de toute façon il va m’en rester. Choisissez n’importe laquelle mais, de grâce, prenez-en, ça commence à être trop lourd et ça égratigne » écrit-il.  

Dans sa lettre, M. Beauséjour ne précise pas les circonstances de la chute de Serge Dessureault, mais raconte le déroulement de la journée du drame. Le 5 juillet, Maurice et Serge ont entrepris une ascension d’acclimatation jusqu’au camp 3. Après avoir passé la nuit au camp 1, ils entreprennent l’ascension vers le camp 2. Selon son récit, la montée est difficile et Serge commence à le distancer. Ayant froid aux mains et craignant de perdre des doigts s’il poursuit, il décide de rebrousser chemin et de reprendre la montée le lendemain. Lors de sa descente vers le camp 1, il croise le troisième membre de l’équipe, Nathalie Fortin, et l’informe qui les rejoindra le lendemain.  

Le matin du 7 juillet, M. Beauséjour reprend son ascension vers le camp 2 et c’est durant cette montée qu’il entend soudainement un cri et voit un corps dévaler la pente. Il est rapidement rejoint par sa coéquipière Nathalie, qui l’informe qu‘il s’agit bel et bien de leur ami Serge. M. Beauséjour redescend alors en toute hâte et au fur et à mesure des alpinistes qu’il croise durant sa descente, l’impensable se confirme, c’est son compagnon qui a chuté. « Je continue ma descente et je vois sur la neige les choses qui sont sorties de son sac à dos, une après l’autre. Je connais bien toutes ces choses, ça fait 20 ans que presque tous les ans on course ensemble et partageons la même tente » écrit-il. Finalement, au terme de sa descente, Maurice Beauséjour rejoint le corps de son ami Serge et s’effondre alors en larme dans la neige.  

«Deux ti-culs de Saint-Michel»  

Joint par l’Action, Maurice Beauséjour a accepté de nous parler de son ami Serge, qu’il a connu il y a plus d’une vingtaine d’années, dans leur village natal, Saint-Michel-des-Saints. Les deux hommes ont par la suite passé une bonne partie de leur vie ailleurs au Québec. Serge fut pompier à Montréal et Maurice fut directeur de succursales Rona au Lac-Saint-Jean et par la suite à Mascouche.   

Plus âgé, Maurice a connu Serge alors que ce dernier fréquentait le commerce de plein air qu’il tenait avec son frère à Saint-Michel-des-Saints. « À ce moment-là, j’étais déjà pas mal actif, je faisais surtout des marathons et des courses Ironman et Serge m’a demandé si j’étais intéressé à pousser plus loin et à faire des courses d’aventure avec lui». Les deux hommes ont fait leurs premières courses d’aventure ensemble en 1998. Dans les années suivantes, ils ont fait des courses d’aventure aux quatre coins de la planète, du désert du Kalahari en Afrique du Sud à la jungle du Costa Rica en passant par le désert marocain. « Moi et Serge, on aimait parler de nos voyages comme des aventures des deux ti-culs de Saint-Michel» nous dit-il en riant.  

Au sommet de l’Everest  

À partir de 2004, les deux hommes ont commencé à s’intéresser à l’alpinisme et plusieurs sommets se sont enchaînés. Ils ont ainsi gravi plusieurs montagnes parmi les plus hautes de la planète, dont l’Aconcagua en Amérique du Sud, le Kilimandjaro en Afrique, le mont Blanc en Europe et l’Elbrouz dans le Caucase. En 2007, ils sont devenus les premiers Québécois à réaliser l’ascension de l’Everest par le versant Nord. Maurice fut d’ailleurs le Québécois le plus âgé à réaliser l’ascension du plus haut sommet du monde.  

Ces dernières années, Serge s’est intéressé au K2. Maurice ne l’a pas accompagné lors de sa première tentative d’ascension en 2015. Il a décidé de l’accompagner cet été dans sa deuxième tentative et de relever ce défi avec lui. «On était extrêmement confiants et vraiment bien préparés pour cette expédition» souligne M. Beauséjour. Ce fut malheureusement la dernière aventure des deux hommes de Saint-Michel-des-Saints 

Un homme d’aventure 

M. Beauséjour dit croire que Serge est décédé en faisant ce qu’il aimait «Serge était un homme d’aventure et comme il le disait souvent, où il n’y a pas de risque, il n’y a pas de vie» nous confit-il. M. Beauséjour garde également le souvenir d’un grand communicateur, d’un homme rassembleur et surtout très jovial.  

Revenu du Pakistan depuis quelques semaines, M. Beauséjour ne pense pas refaire d’alpinisme «J’avais déjà pas mal décidé que c’était ma dernière année, je vais accrocher mon piolet pour de bon» conclut-il. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média