Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

10 Juillet 2018

Geneviève Geoffroy - ggeoffroy@lexismedia.ca

Un couple de Chertsey se dit impressionné par le travail d’une équipe d’Hydro-Québec

Les travailleurs ont débité en pleine nuit un pin qui menaçait sa sécurité et sa résidence

Un couple de Chertsey se dit impressionné par le travail d’une équipe d’Hydro-Québec

©Photo - gracieuseté - L'Action

Gilles Deslauriers au milieu des rondins du pin blanc centenaire ayant été frappé par la foudre dans la nuit du 7 juillet 2018. L’arbre était situé tout près de sa résidence et a été débité rapidement par des travailleurs d’Hydro-Québec.

CHERTSEY. Un couple de Chertsey, qui a eu toute une frousse après que la foudre ait frappé, dans la nuit de jeudi à vendredi, un immense pin blanc situé juste à côté de chez eux, dit avoir été impressionné par la rapidité de réaction d’Hydro-Québec dont une équipe de travailleurs a œuvré en pleine nuit pour débiter l’arbre menaçant de plus de 100 pieds de haut.

Un pin blanc centenaire de 100 pieds de haut a été frappé par la foudre dans la nuit du 7 juillet et menaçait la sécurité de résidents de Chertsey. Des travailleurs d’Hydro-Québec ont rapidement débité l’arbre.

©Photo - gracieuseté - L'Action

Un pin blanc centenaire de 100 pieds de haut a été frappé par la foudre dans la nuit du 7 juillet et menaçait la sécurité de résidents de Chertsey. Des travailleurs d’Hydro-Québec ont rapidement débité l’arbre.

« Si l’arbre était tombé sur notre maison, je serais morte! », lance Claire Paquette.

La femme de Chertsey a été réveillée par un « boom terrible ». La foudre venait alors de frapper un pin blanc centenaire situé sur le terrain voisin, mais tout près de sa résidence.

« Le bruit a fait un éclat incroyable. C’est un bruit qu’on ne pouvait pas manquer », décrit-elle.

Fendu en deux

C’est le lendemain matin qu’elle et son mari, Gilles Deslauriers, ont pris connaissance des dommages causés par l’éclair à l’arbre de 11 pieds de circonférence et de 43 pouces de diamètre.

Une fente blanche séparait la cime de l’arbre en deux.

« C’était comme si quelqu’un l’avait fendu avec une hache », indique Gilles Deslauriers.

Il affirme que des bouts d’écorce jonchaient le sol, dont certains ont été retrouvés jusqu’à 200 pieds plus loin « comme si l’arbre avait explosé ».

Craintes pour leur sécurité

Gilles Deslauriers et Claire Paquette ont rapidement craint que l’arbre tombe et crée des dommages irréversibles à leur résidence ou encore, les blesse gravement.

L’arbre menaçait aussi un poteau et des fils électriques. Avec le couple voisin, ils ont donc fait appel à Hydro-Québec samedi soir.

Malgré l’heure tardive, un superviseur de la société d’État s’est aussitôt déplacé sur les lieux, à leur grande surprise et satisfaction.

« Il est arrivé vers 23h et il a tout de suite fait la demande pour que l’arbre soit coupé », affirme Claire Paquette.

Service rapide

En moins de deux heures, une équipe composée de trois hommes et d’une femme était sur place.

« Ils ont travaillé jusqu’à 5h. C’était incroyable de les voir travailler. C’était un vrai travail d’équipe », souligne Claire Paquette qui est demeurée éveillée toute la nuit et a fait des clubs sandwichs pour toute l’équipe de travailleurs.

« Le danger que représentait cet arbre a été évité grâce au service déployé par cette équipe », estime Gilles Deslauriers.

Le couple a été si impressionné par la rapidité et l’efficacité des travailleurs d’Hydro-Québec qu’il a écrit une lettre de remerciements à la société d’État.

« Hydro-Québec doit savoir qu’elle emploie des gens qui travaillent bien », explique Gilles Deslauriers.

Virage clientèle

« Le travail de cette équipe témoigne du virage clientèle que nous avons pris. En toute humilité, nous avions du travail à faire de ce côté-là », indique Serge Abergel, chef aux affaires publiques et médias d’Hydro-Québec.

Il y a trois ans, explique-t-il, la société d’État a pris un « engagement » dans le but d’offrir « le meilleur service possible » à ses clients et de faire preuve « d’écoute » et « d’empathie ».

« Je suis content d’entendre une telle histoire, dit-il. Cela montre que les équipes sur le terrain répondent à l’appel. »

Équipes mises à l’épreuve

Il poursuit en mentionnant que les équipes ont été mises à l’épreuve depuis le début de la saison estivale en raison de plusieurs orages violents.

« Certains font des quarts de travail pouvant aller jusqu’à 16 heures », dit-il.

Il ajoute que plusieurs travailleurs sont sur appel et que certains sont réveillés en pleine nuit pour assurer la qualité du réseau électrique.

« Ça fait partie de leur réalité », dit-il.

Serge Abergel assure qu’un suivi adéquat sera fait à l’interne afin de s’assurer que les félicitations de Claire Paquette et de Gilles Deslauriers soient acheminées à l’équipe de travailleurs ayant coupé le pin blanc qui menaçait la résidence du couple.

Un pin blanc centenaire de 100 pieds de haut a été frappé par la foudre dans la nuit du 7 juillet et menaçait la sécurité de résidents de Chertsey. Des travailleurs d’Hydro-Québec ont rapidement débité l’arbre.

©Photo - gracieuseté - L'Action

Un pin blanc centenaire de 100 pieds de haut a été frappé par la foudre dans la nuit du 7 juillet et menaçait la sécurité de résidents de Chertsey. Des travailleurs d’Hydro-Québec ont rapidement débité l’arbre.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média