Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

20 juin 2018

Nathalie Vigneault - nvigneault@lexismedia.ca

Les agriculteurs réclament une baisse de taxe foncière

UPA Lanaudière manifestation

©Photo gracieuseté - L'Action

Une centaine de manifestants étaient présents à L’Assomption devant les bureaux du MAPAQ.

Le fardeau fiscal des agriculteurs est de plus en plus inéquitable selon eux et près d’une centaine de membres de l’Union des producteurs agricoles Lanaudière sont venus le rappeler au gouvernement devant les bureaux du ministère de l’Agriculture à L’Assomption le mardi 19 juin.

Parce que la valeur des terres agricoles est en hausse, faisant grimper le compte de taxes des agriculteurs, mais aussi parce qu’ils attendent toujours la réforme du Programme de crédit de taxes foncières agricoles, les agriculteurs se sont fait entendre aujourd’hui à l’aube de la campagne électorale.

Avec son seul revenu, il est impensable qu’un agriculteur puisse assumer la totalité des taxes municipales demandées, parfois à un taux équivalent à celui d’une résidence. C’est pourquoi il existe un programme de remboursement de taxes qui va directement aux municipalités. Le problème est que les sommes allouées dans ce programme sont plafonnées.

« Si mon compte de taxes dépasse 5% la valeur maximale allouée par le programme, c’est beaucoup d’argent que je dois donner pour des services municipaux qui ne concernent pas mon entreprise au final », explique Stéphane Sansfaçon, président de l‘UPA L’Assomption, section locale MRC L’Assomption.

« Dans une région comme la nôtre, la charge fiscale est si importante que c’est carrément la rentabilité de nos entreprises qui est affectée. » renchérit M. Marcel Papin président de l’UPA Lanaudière.

« Sur une période 12 ans de 2007 à 2012, le coût total pour l’ensemble des producteurs au Québec est passé de 35 M$ à 121 M$», indique Marcel Groleau, président de l’UPA.

Taux distincts

Les agriculteurs  souhaitent aussi que les valeurs taxables des terres soient limitées à 20 000 $ l’hectare et qu’un taux distinct obligatoire soit appliqué.

Sur ce point, déjà deux municipalités de la MRC L’Assomption en ont un, soit L’Épiphanie et L’Assomption.

« Je vais continuer à faire des représentations à Repentigny et à Saint-Sulpice pour qu’ils mettent en place un taux de taxe agricole distinct », a soutenu M. Sansfaçon.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média