Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

13 Juin 2018

Geneviève Geoffroy - ggeoffroy@lexismedia.ca

Pas d’accusations contre deux membres du personnel de l’école Espace-Jeunesse

Ils étaient suspectés d’avoir commis des gestes de maltraitance envers des élèves vivangt avec une déficience intellectuelle

©Photo L'Action - Archives - L'Action

JUSTICE. Deux membre du personnel de l’école spécialisée Espace-Jeunesse ayant fait l’objet d’une enquête policière pour des gestes allégués de maltraitance envers des élèves vivangt avec une déficience intellectuelle ne seront pas accusés, faute de preuve suffisante, a appris L’Action.

En effet, après l’analyse « minutieuse » de l’enquête policière menée par la Sûreté du Québec, le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a décidé de ne pas porter d’accusations contre eux, a affirmé son porte-parole, Me Jean-Pascal Boucher, le 13 juin.

Selon le DPCP, les critères relatifs à la suffisance de preuve et à l’opportunité de poursuivre ne sont pas rencontrés.

Le 14 février, les deux membres du personnel de l’Espace-Jeunesse ont été relevés de leurs fonctions après que des « questionnements concernant des interventions physiques et verbales » qu’ils auraient adoptées envers plus d’un élève de l’école aient été rapportés à la Commission scolaire des Samares.

Les parents des élèves concernés avaient été informés des allégations le jour même du départ de ces deux employés. La Commission scolaire des Samares avait ouvert une enquête interne et des plaintes avaient été déposées à la Sûreté du Québec qui avait, elle aussi, ouvert une enquête.  

« Les membres des familles ont été rencontrés et informés de la décision [du DPCP] », a indiqué Me Boucher.

Jointe par L’Action, la Commission scolaire des Samares n’a pas voulu commenter la décision du DPCP. Il n’a pas été possible de savoir si les deux membres du personnel avaient réintégré leurs fonctions.

Sa directrice adjointe, Diane Fortin, a expliqué qu’il ne lui était pas possible de répondre à nos questions « puisqu’il s’agit d’information confidentielle touchant la vie privée de deux personnes ».

Ouverte en octobre 2015, l’école Espace-Jeunesse, située à Saint-Charles-Borromée, accueille des élèves âgés entre 5 ans et 21 ans atteins de déficience intellectuelle moyenne à sévère, parfois associée a un trouble du spectre de l’autisme ou à un trouble de l’ordre de la psychopathologie.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média