Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

18 Mai 2018

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Louise Warren présente « L'enveloppe invisible »

©(Photo gracieuseté – Richard Gravel)

LITTÉRATURE. Au cœur de son œuvre L'enveloppe invisible, la poète et essayiste lanaudoise Louise Warren pose sa réflexion au cœur d'un lieu bien connu de la région, l'Abbaye Val Notre-Dame de Saint-Jean-de-Matha.

En effet, l'ouvrage, au cœur duquel Louise Warren entrelace les expériences du paysage, de l'architecture, de la vie intérieure et de la création, est né d'une résidence d'écriture qui s'est échelonnée sur un an. « Installée dans la "chambre de solitude", l'auteure interroge le monde des symboles et développe sa conception de l'"enveloppe invisible", qui prolonge ses réflexions récentes sur le processus créateur. En allant toujours à l'essentiel. »

En entrevue avec L'Action, Louise Warren souligne que ce n'est pas la première fois qu'elle explore le thème du lieu. Celui-ci s'est notamment inscrit dans l'œuvre avec La vie flottante.

« Le lieu que j'habite est un motif récurrent dans mon œuvre. »

Toutefois, pour L'enveloppe invisible, publié aux Éditions du Noroît dans la collection Lieu dit, l'essayiste a choisi de laisser une trace dans Lanaudière. « Ça fait 35 ans que je connais la région, 20 ans que je l'habite. Ça prend parfois toutes ces années pour sentir qu'on a la permission de venir témoigner du lieu qu'on habite. »

« Leur vie m'intrigue et la rigueur des moines me parle », déclare-t-elle à propos de moines de l'Abbaye. Elle ajoute qu'il existe certainement des points communs à leurs démarches. « Nous n'avons pas les mêmes quêtes, mais nos démarches sont similaires. »

Au cours de sa résidence, Louise Warren visitait donc l'Abbaye une fois par mois, à l'exception d'une retraite qui a duré quelques jours à la fin de sa démarche. Elle relate à quel point le temps portait en lui une toute autre dimension une fois là-bas. « C'était le même temps qu'à la maison, mais sans distractions, le temps devenait des gouttes de temps. »

Un état qu'elle a dû apprivoiser.

Ce nouveau « laboratoire » lui a apporté de nouveaux mots, de nouveaux objets de réflexion.

« Je trouvais intéressant de déplacer l'atelier. J'ai aimé leur enthousiasme pour le projet. Je ne leur ai rien demandé, ce sont eux qui m'ont offert de visiter les terrains, les bâtiments, le bord de la rivière…La résidence a pris une autre dimension. Je ne m'attendais pas à ces trésors, ce sont des lieux auxquels les gens n'ont pas accès. »

Louise Warren a aussi approché l'architecte Pierre Thibault, qui a pensé l'Abbaye, afin d'illustrer son œuvre.

« Ce sont les dessins qui étaient les premiers balbutiements de l'Abbaye. C'est la première enveloppe de quelque chose qui n'existait pas encore. »

La force de la vie intérieure, de la nature et de l'architecture ont servi sa démarche.

Au final, l'Abbaye Val Notre-Dame est un endroit auquel elle s'est beaucoup attachée.

Un spectacle réunissant la poète et le multi-instrumentiste Jean-François Bélanger permettra à l'œuvre de vivre sur scène et à Louise Warren de retourner à l'Abbaye.

En effet, ce spectacle gratuit propose une lecture d'extraits du livre par Louise Warren. Les textes seront accompagnés des compositions originales de Jean-François Bélanger au nyckelharpa. Les représentations auront lieu à la chapelle de l'Abbaye Val Notre-Dame le dimanche 26 août et le dimanche 9 septembre à 14 h 30.

« Ce sera émouvant de venir lire dans leur lieu », conclut-elle.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média