Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

13 Mars 2018

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Vers une troisième Maison d'à côté

©(Photo L'Action - Élise Brouillette)

COMMUNAUTAIRE. Les Maisons d'à côté Lanaudière, qui sont actuellement au nombre de deux, pourraient bien accroître leur présence au cours des prochaines années grâce à un projet en collaboration avec les Sœurs des Saints-Cœurs de Jésus et de Marie.

En effet, Michel Coutu, président du conseil d'administration de l'organisme, souligne qu'une opportunité se dessine. Depuis quelques années, les Maisons d'à côté Lanaudière se penchaient déjà sur la possibilité d'accroître leurs services.

« Actuellement, nous avons deux maisons qui accueillent chacune neuf résidents. Nous étions à l'étape de regarder pour une troisième et une possibilité s'est ouverte à nous. »

M. Coutu souligne que la clientèle des jeunes personnes handicapées qui ne peut plus rester à domicile est sans cesse à la recherche de milieux de vie, autres que les CHSLD, ces derniers n'étant pas adaptés pour elle.

« On a lancé notre demande dans l'univers et l'univers nous a répondu. »

En effet, il explique que les Sœurs des Saints-Cœurs de Jésus et de Marie songeraient à se relocaliser et donc à quitter la Maison Amélie-Fristel. « Elles veulent rendre le bâtiment accessible à des clientèles vulnérables. »

Michel Coutu explique que la Maison Amélie-Fristel est un milieu de vie qui est très proche de leurs besoins. « Le deuxième étage était l'infirmerie des sœurs alors il y a déjà de l'équipement adapté sur place, on ne partirait pas de zéro. »

La volonté est de réunir de multiples organismes au sein de la Maison Amélie-Fristel, un peu à l'image du Carré Saint-Louis. « Cette mixité de clientèles est très intéressante. »

Le président ajoute que cela permettrait de conserver tout le patrimoine du bâtiment.

Advenant que le tout fonctionne, les sœurs doivent aussi se relocaliser, l'horizon pour l'occupation est donc 2020. Cette nouvelle maison permettrait d'ajouter 22 places supplémentaires et de faire passer le nombre d'employés de l'organisme de 30 à 60.

Les Maisons d'à côté Lanaudière sont aussi en attente de financement du Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière. Selon Michel Coutu, pour le projet de 22 places, l'investissement serait de 1,3 million de dollars. « Si les résidents ne sont pas ici, ils seront pris en charge ailleurs dans le système. Si le CISSS ne nous aide pas, il aura à les desservir ailleurs…On nous dit aussi que la clientèle handicapée est prioritaire. »

L'organisme aimerait de plus ouvrir des places pour du répit.

Soulignons qu'en plus d'offrir des milieux de vie aux personnes handicapées, les Maisons d'à côté Lanaudière ont récemment développé tout un continuum de services afin de permettre à des clientèles de rester à domicile.

« On aide pour l'adaptation de milieux de vie, pour supporter l'accessibilité et pour combler des services qui ne sont pas rendus. On fait notamment du maillage entre des propriétaires qui ont des logements adaptés et des clientèles qui en recherchent. Au départ, on devait aider de sept à huit personnes et actuellement, on en soutient 15. »

Au sein des Maisons d'à côté Lanaudière, chaque résident possède son propre studio qu'il peut aménager à sa guise. Il y a aussi les espaces communs, le service complet pour l'alimentation, l'assistance pour les soins, la présence d'une infirmière auxiliaire pour le suivi des médicaments et l'aide d'une infirmière du CLSC pour les soins médicaux.

« Ce que les gens souhaitent, c'est de demeurer dans la communauté le plus longtemps possible et dans un milieu le plus proche de la famille possible », conclut Michel Coutu.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par