Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Football

Retour

12 Mars 2018

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

Du football semi-pro à Joliette

Les Braves s'installent au stade municipal

FOOTBALL. Cet été, les Braves de Lanaudière, de la Ligue de football semi-professionnelle du Québec (LFSPQ), s'installeront à Joliette et y disputeront leurs quatre matchs locaux. «Les gens pourront y voir du football de haut calibre et je suis certain qu'ils apprécieront le spectacle», a déclaré le propriétaire, dirigeant et joueur de l'équipe, Steeve Perron.    

La formation, qui est championne en titre de la LFSPQ, en sera à sa cinquième année d'existence. Par les années précédentes, le fonctionnement de la ligue faisait en sorte que les parties étaient disputées à Montréal ou à Québec sous forme de "showcase". Cette année, chacune des huit équipes aura son domicile.

«  Nous avons choisi de nous établir à Joliette grâce à la présidente des Pirates, Anick Martineau, qui nous a proposé d'organiser nos matchs. Cela demande beaucoup de planification et comme je gère l'équipe seul, ce sera une grande aide», a ajouté M. Perron. Les parties seront gratuites, mais tous les profits qui seront générés, exemple par la vente de la cantine, iront aux Pirates de Joliette.

Par l'arrivée de cette équipe, Mme Martineau souhaite promouvoir le football, mais aussi mettre en valeur la région et le stade municipal de Joliette. « Nous voulons rendre ses lettres de noblesse au football afin de donner l'envie aux jeunes de le pratiquer», a renchéri M. Perron. L'idée est également de créer un rendez-vous pour les gens de la région, qui auront désormais un événement près de chez eux le samedi après-midi.  

Lors des matchs, il y aura un annonceur et de la musique. « Si nous pouvions avoir des centaines de personnes et qu'il y ait tellement de bruit et d'encouragements que nous ayons de la difficulté à nous entendre sur le terrain, ça serait assez génial! »

La saison commencera dès le mois de mai et se terminera, avec les séries, au mois de juillet. Les quatre matchs locaux des Braves seront toutefois disputés en fin de saison, puisqu'ils seront les seuls à jouer sur un terrain naturel. « Ça risque d'être assez épique», a commenté celui qui en sera à sa 25e saison de football.

Des champions de la région

La LFSPQ est composée de joueurs de 18 ans et plus qui, pour la plupart, sont des anciens joueurs collégiaux, universitaires ou même professionnels. « Tous les joueurs ont terminé leur cheminement et ont une excellente base de football, que ce soit au niveau des jeux ou du langage, alors c'est ce qui fait la différence dans l'exécution et qui rend le calibre aussi élevé et intéressant. De plus, on parle de joueurs qui peuvent aller jusqu'à 6'6" et 375 lb, alors les plaqués sont assez percutants. »

Au cœur de la formation des Braves, la majorité des joueurs sont des Lanaudois. Certains athlètes, comme le capitaine de la ligne défensive, Jean-Philippe Grenier, sont d'ailleurs des anciens membres des Pirates de Joliette. L'équipe est également composée de joueurs vedettes comme le quart-arrière Léandre Éthier, qui a fait partie de l'équipe de pratique du Rouge et Or de l'Université Laval et le receveur Guillaume Dagenais qui a joué pour les Triades.

Les Braves ont gagné le championnat provincial en 2017 et visent une reconquête pour 2018. « J'ai un noyau d'environ 30-35 joueurs qui reviennent chaque année et c'est ça qui fait notre force. Je ne veux pas avoir plus de 40 joueurs, de cette façon il y a une saine rotation et tout le monde peut avoir un rôle important. »

Les Braves sont la seule équipe de la ligue qui s'autogère et qui n'a pas d'entraineurs le long des lignes. «C'est moi qui dirige avec l'aide de certains de mes capitaines de positions. Nous essayons vraiment de garder ça petit, car quand ça devient trop gros, on peut parfois perdre la proximité, l'humanité et l'humilité. »

D'ailleurs, selon M. Perron, c'est l'esprit d'équipe et l'ambiance familiale qui règnent au sein de la formation qui font qu'elle se démarque. « La communication et le respect sont des pas de plus vers le titre de champions. » Il ajoute que le mot qui définit le mieux les Braves est l'abnégation. « C'est parfois difficile, car ce sont toutes d'anciennes vedettes collégiales ou universitaires, mais il faut s'oublier et mettre notre égo de côté pour le bien de l'équipe».

Un nom significatif

Le nom des Braves de Lanaudière a été choisi à la suite de propositions de gens de la région. Il était important pour la formation d'avoir un nom qui représenterait les portageurs, les draveurs, les patriotes, les fermiers, les bûcherons, les coureurs des bois et tous ceux qui ont contribué à l'histoire et à la richesse de la région. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média