Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Rétrospective

Retour

29 décembre 2018

Mélissa Blouin - mblouin@lexismedia.ca

Août: La pénurie de main-d’œuvre fait des ravages

Rétrospective

©(Photo L'Action – archives)

Le restaurant Chez Henri a mis fin à son quart de nuit.

REVUE. La pénurie de main-d’œuvre a eu plusieurs conséquences chez les entreprises lanaudoises. Après 40 ans de service 24h, le restaurant Chez Henri, véritable institution dans la région, a notamment choisi de fermer ses portes la nuit à partir du 6 août. 

Le manque de main-d’œuvre a poussé le propriétaire Martin Majeau à prendre cette décision, mais aussi l’absentéisme. « Nous nous excusons auprès de nos clients de nuit. Nous savons que nous allons créer de la déception, mais il faut penser à notre santé et à la santé de nos employés», a expliqué Christiane Majeau, alors âgée de 79 ans. Le casse-croûte du Sim’s Irish Pub de Rawdon a aussi dû fermer le 9 août en raison du manque d’employés. Le propriétaire, Simon Charette, a expliqué qu’il n’a pas eu d’autre choix. 

Élections à Manawan  

Le 13 août, Paul-Émile Ottawa a été élu chef du Conseil des Atikamekw de Manawan avec 777 voix (67%) contre 378 (33%) pour le chef sortant, Jean-Roch Ottawa. Pour Paul-Émile Ottawa, il s'agissait d'un retour, lui qui a été chef de 1999 à 2014 et conseiller depuis 2017. Sur les 1 877 électeurs inscrits, plus de 1 164 (62%) ont voté, dont 377 lors du vote par anticipation qui s'est tenu à Manawan, Joliette et Trois-Rivières. Sipi Flammand, Glenn Dubé, Céline Quitish, Mario Ottawa, Claudia Newashish et Ghislain Quitish ont également été élus à titre de conseillers. Plus de 20 candidats ont pris part à l'élection des conseillers.  

©(Photo L'Action – archives)

Paul-Émile Ottawa.

Jacques Rougeau fait ses adieux à la lutte 

Le 18 août, une histoire de 75 ans s’est terminée. Des milliers de spectateurs se sont rassemblés pour le dernier spectacle de Jacques Rougeau. « J’aurais fait de la lutte jusque dans ma tombe, mais mes fils ne veulent pas continuer, alors je leur ai demandé comme dernier cadeau un spectacle dans lequel nous serions tous les quatre», a commenté le lutteur professionnel de Rawdon. « Ç’a été un moment magique de terminer ainsi ma carrière de 41 ans dans l’arène avec mes trois fils, c’était la première fois que nous étions réunis pour un combat. » C’était de la même façon, en combattant avec ses fils, que son père avait aussi pris sa retraite il y a trente ans.   

©(Photo L'Action – archives)

Jacques Rougeau et ses fils.

Le Ranch annonce son déménagement  

Après avoir été située plus de 40 ans au 25, rue Gauthier Sud à Joliette, la Brasserie le Ranch a annoncé qu’elle s’installerait à Notre-Dame-des-Prairies. Elle prendra place dans un tout nouvel immeuble, dont la construction a commencé en octobre, au 215, rue des Entreprises. «On veut construire quelque chose de nouveau, tout en conservant le même concept», a mentionné Dario Ruso qui est propriétaire du Ranch avec son père Luciano Ruso. Une terrasse trois saisons pourra accueillir 150 personnes et à l’intérieur, il y aura de la place pour 200 personnes de plus. Il y aura un bar, des tables de billard et les propriétaires souhaitent rajeunir le menu. Il s’agit d’un investissement de 1,6 M$ qui permettra la création d’une dizaine d’emplois supplémentaires.  

©(Photo L'Action – archives)

Le Ranch s’installe à Notre-Dame-des-Prairies.

Une initiative unique au Cégep à Joliette 

Du côté de l’éducation, le Cégep à Joliette a été choisi pour l’élaboration d’un projet pilote sur l’éducation financière des étudiants. Il s’agit d’une première initiative du genre dans la province. « Ce projet veut sensibiliser les étudiants à faire des choix de consommateurs éclairés et une utilisation responsable du crédit», a expliqué la vice-présidente de l’Office de la protection du consommateur, Marjorie Théberge. « En 2015-2016, la dette d’études moyenne pour un étudiant en technique était de 10 300$ et de 5600$ pour un étudiant en préuniversitaire. Les étudiants ne sont pas assez au courant des mesures et des dangers du crédit et ne sont pas outillés pour l’utiliser», a mentionné le président de la FECQ et Charlois, Fred-William Mireault. 

©(Photo L'Action – archives)

Un projet pilote unique voit le jour au Cégep à Joliette.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média