Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Affaires

Retour

03 Octobre 2018

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Le recrutement à l’international : une nécessité

Le recrutement à l’international : une nécessité

©Photo Élise Brouillette - L'Action

Hélène Archambault.

AFFAIRES. La pénurie de main-d’œuvre est une réalité et il y a urgence d’agir. C’est dans ce contexte particulier qu’Hélène Archambault, directrice principale des ressources humaines chez Groupe Connexion, une entreprise en pleine expansion, est venue parler de l’immigration dans un plan de main-d’œuvre devant les gens d’affaires de la Chambre de commerce du Grand Joliette.

Le Groupe Connexion regroupe plusieurs entreprises qui oeuvrent dans différents secteurs d’activités et qui sont intégrées l’une à l’autre, allant de la culture de terres agricoles à la cueillette en passant par la préservation des aliments et le transport. « C’est du champ à l’assiette, notre entreprise traite les cultures 12 mois par année en collaboration avec nos partenaires », explique Mme Archambault.

Hélène Archambault pose le constat que le monde du travail change de façon drastique, en raison de l’économie qui est forte et du vieillissement de la population.

La directrice des ressources humaines a notamment abordé la pénurie de camionneurs. « Pour la nouvelle génération, dormir à l’extérieur pendant 5-6 jours, c’est moins attrayant, le taux de rotation est très élevé. »

Selon Mme Archambault, en 2016, selon l’Alliance canadienne du camionnage, il manquait 34 000 chauffeurs au pays, dont 5000 au Québec.

Elle cite une compagnie américain, US Express, où le taux de roulement est de 100 %.

Le Groupe Connexion innove afin de garder ses camionneurs : trois augmentations salariales leur ont notamment été accordées en cinq mois et l’entreprise a mis en place des primes de référence qui peuvent atteindre 5000 $.

Les besoins en termes de mécaniciens spécialisés sont aussi grandissants et ceux concernant la main-d’œuvre agricole récurrents.

Le Groupe Connexion recrute d’abord aux niveaux local, régional et provincial, mais « ça ne suffit pas », affirme Mme Archambault.

« Avec l’économie actuelle et tout le potentiel de développement, nous sommes en recrutement continu. »

Cela fait donc trois ans que le Groupe Connexion recrute à l’international. « Cette forme de recrutement est devenue une soupape importante. »

Si, en 2006, 20 % des chauffeurs de l’entreprise étaient immigrants, ce chiffre est passé à 33 % en 2018.

Toutefois, Mme Archambault souligne que les démarches de recrutement à l’international comportent leur lourdeur, il faut guider les candidats dans les processus de qualification, l’obtention de leur permis qui n’est pas reconnu d’emblée, la recherche d’un logement, la résidence permanente…

« Nous avons beaucoup appris. » Parmi les conseils de la directrice principale pour éviter les mauvaises expériences, il y a le fait de prendre en charge le recrutement au sein même de l’entreprise et de créer des liens rapidement avec les candidats pour éviter les fausses attentes.

Hélène Archambault a conclu que les milieux de travail devaient refléter le pluralisme, soit une main-d’œuvre diversifiée et multigénérationnelle qui a des attentes et des besoins différents.

Commentaires

9 octobre 2018

Kone Yaya

Je suis intéressés par les poste de chauffeur Jésus actuellement chauffeur africab ex chauffeur d'intervention à la cisc sécurité

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média