Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

23 Octobre 2018

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Salle comble pour le premier Rendez-vous Oser-Jeunes

Salle comble pour le premier Rendez-vous Oser-Jeunes

©Photo Élise Brouillette - L'Action

Le Rendez-vous Oser-Jeunes a réuni quelque 80 participants.

PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE. Ce sont près de 80 participants issus des 390 organisations certifiées Oser-Jeunes qui ont pris part au premier Rendez-vous Oser-Jeunes au Musée d’art de Joliette, le 23 octobre.

L’événement a réuni autant des entreprises qui sont certifiées depuis les tout débuts que des employeurs en cours de certification.

Le président du Comité régional pour la valorisation de l’éducation (CREVALE), Richard Desjardins, a souligné que l’organisation se dotera d’une nouvelle planification stratégique 2019-2024 et que la rencontre permettra d’arrimer les actions du CREVALE avec les enjeux des employeurs et de la communauté d’affaires.

L’événement était aussi l’occasion de stimuler l’engagement des participants qui ont été interpellés sur la pertinence du rôle d’employeur dans la qualification et la diplomation des jeunes et des adultes en formation et sur les enjeux s’y rattachant.

« Ce Rendez-vous reflète notre volonté de demeurer pertinent », a déclaré Caroline Camiré, directrice générale par intérim du CREVALE.

Elle a ajouté qu’Oser-Jeunes facilite l’engagement de la communauté d’affaires dans la persévérance scolaire et la réussite éducative.

L’avant-midi était ponctué de plusieurs activités, dont une allocution d’Alexandre Taillefer, des ateliers de discussions et des prises d’engagements.

Le Rendez-vous a débuté par un panel en compagnie de Jean-François Dupuis (Lanaudière économique), Richard Desjardins (Centre multiservice des Samares), Hugo Flamand (Familiprix Hugo Flamand et Alexandre Comtois), Amélie Arbour (étudiante au baccalauréat en nutrition à l’Université de Montréal) et Sylvain Grisé (Complexes sportifs de Terrebonne).

Les enjeux abordés étaient la sous-diplomation des Lanaudois, le décrochage scolaire en période de rareté de main-d’œuvre, le recrutement et la fidélisation de la main-d’œuvre étudiante, la conciliation études et travail et la valorisation de l’éducation.

Jean-François Dupuis a parlé des bénéfices d’avoir une main-d’œuvre plus qualifiée tant pour les employés et leur qualité de vie que pour les entreprises et la productivité.

De son côté, Richard Desjardins a mentionné que le contexte de pénurie de main-d’œuvre amène la perception « qu’il y a tellement d’emplois que l’on n’a pas besoin de terminer nos études ». Il a ajouté que des entreprises vont même être tentées d’embaucher de la main-d’œuvre non qualifiée. « On ne se rend pas service. Dans le cadre de la rareté de main-d’œuvre, il faut faire partie de la solution. »

En tant qu’employeur, Hugo Flamand a déclaré que pour recruter une main-d’œuvre étudiante en 2018, il fallait « penser 2018 ». « Le parvis de l’église des étudiants, c’est les réseaux sociaux, alors il faut y être présent et rayonner. Ils ont la face dans le téléphone, alors il faut être dans le téléphone. »

Pour le propriétaire, il est important de s’intéresser à la réalité des étudiants qu’il embauche, à leur horaire d’études, à leurs intérêts.

Amélie Arbour, étudiante à l’université et employée à l’usine Bridgestone est venue parler de sa réalité. Elle concilie travail et études depuis sept ans. Elle a aussi travaillé au IGA Crevier. Selon elle, le fait que les employeurs lui demandent son horaire d’école et le nombre d’heures qu’elle était en mesure de faire ont été deux éléments déterminants dans sa réussite. De même que le fait d’avoir une stabilité d’emploi tout au long de l’année. « Ça m’a aidée à réduire ma fatigue et mon stress. »

Selon elle, la conciliation travail-études lui a permis de mieux s’organiser et d’être autonome.

Les résultats de ce rendez-vous seront transmis ultérieurement.

Pour informations : crevale.org et oser-jeunes.org.

Oser-Jeunes

©Photo Élise Brouillette - L'Action

Amélie Arbour, étudiante au baccalauréat en nutrition à l’Université de Montréal.

Oser-Jeunes

©Photo Élise Brouillette - L'Action

Jean-François Dupuis de Lanaudière économique a ouvert le panel.

Oser-Jeunes

©Photo Élise Brouillette - L'Action

Sylvain Grisé, Amélie Arbour, Hugo Flamand et Richard Desjardins.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média