Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

20 mars 2018

Geneviève Geoffroy - ggeoffroy@lexismedia.ca

Des valises qui apportent du réconfort aux proches de patients en fin de vie

©Photo L'Action - Geneviève Geoffroy

ENTREVUE. Après avoir accompagné plusieurs proches vers la mort, une retraitée de Notre-Dame-des-Prairies soucieuse des patients en fin de vie a eu l'idée de créer des valises remplies de réconfort pour leurs proches désireux de passer chaque dernier moment avec eux.

« Ces valises n'ont pas de prix. Elles sont remplies de l'amour que nous donnons aux gens en fin de vie et à leurs proches  », explique Lise Jollet, 68 ans, et idéatrice du projet.

Des centaines de bénévoles

Il y a trois semaines, Lise Jollet, ainsi que d'autres bénévoles, ont remis une vingtaine de valises de fin de vie aux 14 CHSLD gouvernementaux de l'ensemble de la région de Lanaudière.

Des milliers d'heures ont été nécessaires pour que des centaines de bénévoles créent ensemble ces valises pour lesquelles aucun sou n'aura été dépensé.

Chacune d'elles ont été peintes à la main par des artisans et contiennent le nécessaire pour apporter un peu de confort à la famille, aux proches et aux amis pendant les longues heures passées au chevet de la personne en fin de vie.

« Ainsi, en plus de contribuer à créer une atmosphère d’intimité, cette valise permet aux proches de rester auprès de la personne mourante afin de vivre tous les derniers moments, car ils ont à portée de main les accessoires utiles et réconfortants requis », soutient Solie Masse, chargée des communications au CISSS de Lanaudière.

À l'intérieur de ces valises, on y retrouve une couverture, un jeté, des pantoufles et des bas de laine faits à la main et plusieurs items donnés, dont une bouilloire, des tasses de café, un chapelet et un livre, entre autres. Des grignotines sont aussi insérées dans la trousse.

« Le but, c'est que ce soit une petite douceur pour aider les proches à travers [la mort de leur être cher], sans avoir à achaler le personnel médical. Si les gens peuvent s'en servir et l'apprécier, c'est comme donner au suivant », explique Lise Jollet.

©Photo L'Action - Geneviève Geoffroy

Une valise de fin de vie comprend plusieurs items pour aider les proches de patients mourants.

Attente « pénible »

La sexagénaire a elle-même, à plusieurs reprises, accompagné des membres de sa famille vers leur trépas, dont son père et sa mère.

Selon elle, l'attente peut être « pénible » et douloureuse pour les proches, lesquels, souvent, refusent de quitter le mourant comme elle-même l'a fait.

« J'ai passé six jours aux côtés de ma mère. Tu ne veux pas aller manger, tu ne bois pas. Ta vie est toute chamboulée. Tu ne veux pas quitter […] C'était mon mari qui venait me chercher et me dire: "tu vas prendre une douche et manger quelque chose". C'est jour et nuit. Tu as une chaise longue et une couverture d'hôpital », décrit-elle.

Pour aider

Lise Jollet a aussi vu des familles désemparées devant l'imminence de la mort de leur proche, elle qui fait partie du comité Milieu de vie du CHSLD St-Eusèbe, situé à Joliette.

« Au fil du temps, tu remarques ce dont les gens ont besoin, souligne-t-elle. Un jour, j'ai vu des gens qui attendaient près d'un proche. Je leur ai demandé s'ils voulaient avoir quelque chose et je leur ai apporté du café, deux tasses et une bouilloire. Ils m'ont dit à quel point cela leur avait fait du bien, qu'ils avaient été en mesure de "continuer". »

C'est ainsi que de fil en aiguille, elle s'est dit que les proches de patients en fin de vie avaient besoin d'une trousse pour les aider à « passer au travers ».

Nombreuses recherches

Elle a d'ailleurs effectué de nombreuses démarches, en collaboration avec le comité Milieu de vie du centre d’hébergement St-Eusèbe, pour parvenir à ce résultat. Elle a entre autres effectué une validation des besoins, auprès des familles et des équipes d'intervenants, relève Solie Masse.

Puis, en août 2015, elle a lancé le projet, entre autres avec l'aide d'Isabelle McDonald, propriétaire de la boutique Il était une fois, qui a notamment fourni la laine pour les couvertures et les châles.

« Si j'avais à le vivre, j'aimerais avoir une telle valise », soutient celle-ci.

Un gain considérable  

Le fait que cette valise soit disponible en tout temps représente un gain considérable tant pour la personne en fin de vie que pour ses proches et les intervenants, indique Solie Masse.

« Certains des CHSLD mettaient du matériel à la disposition des proches, mais ce n’était pas aussi complet ni uniforme entre les installations. De plus, auparavant, le matériel était fourni sur demande, à la pièce et au besoin », explique-t-elle.

D'ailleurs, lorsque Lise Jollet a présenté ses valises à l’équipe de la Direction du programme soutien à l’autonomie des personnes âgées — volet hébergement, tous étaient « heureux et reconnaissants », particulièrement en pensant aux familles et aux proches qui pourront en bénéficier.

« En fait, cette valise agit comme un baume dans l’accompagnement, souligne Solie Masse. De plus, la Loi concernant les soins de fin de vie favorise la présence constante des proches dans l’accompagnement en fin de vie. Cette valise cadre entièrement avec cette philosophie tout en répondant à celle du milieu de vie, qui vise à ce que tout se passe "comme à la maison" ».

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web Joliette - Caméléon Média