Sections

Innover avec des produits millénaires

Conférence de Simon Olivier d'Agropur


Publié le 10 janvier 2018

Le conférencier Simon Olivier.

©(Photo L'Action - Élise Brouillette)

AFFAIRES. Pour son tout premier dîner-conférence de l'année 2018, la Chambre de commerce du Grand Joliette a accueilli Simon Olivier, vice-président senior, Stratégies et Innovation, chez Agropur.

Le conférencier, qui est natif de Sainte-Élisabeth, a présenté les stratégies d'innovation de cette coopérative qui se démarque à l'international.

« Les produits laitiers sont de plus en plus valorisés, ils ont retrouvé leurs lettres de noblesse », a-t-il souligné d'entrée de jeu, ajoutant que les produits canadiens jouissent aussi d'une grande réputation au niveau mondial.

« Agropur est connu pour ses produits, mais moins en tant que coopérative », a-t-il remarqué.

Il a détaillé qu'Agropur est formée de plus de 3300 membres dans cinq provinces. « Il s'agit de la plus grande coopérative de transformation laitière au Canada et en Amérique du Nord. »

Son chiffre d'affaires est de 6,5 milliards de dollars. Il a affirmé que la coopérative est en progression financière dans un modèle d'économie sociale qui supporte le milieu rural. Agropur possède 39 usines, dont 28 au Canada.

Sa stratégie de croissance se fonde sur quatre éléments, dont ses marques, qu'elle veut fortes et réputées (dont Natrel, Oka et Iögo).

Il y a ensuite l'innovation et la volonté de la coopérative de répondre aux attentes actuelles et futures des clients et des consommateurs, ainsi que la volonté de devenir un leader en matière d'efficacité afin de pouvoir exercer un leadership en matière de coûts.

Finalement, le vice-président a affirmé qu'Agropur met tout en œuvre afin d'attirer et de retenir les meilleurs talents.

Le conférencier a abordé tout l'aspect de l'innovation pour Agropur, qui a d'ailleurs investi 100 millions de dollars dans un nouveau siège social à Longueuil et qui s'est dotée du plus grand centre de recherche et de développement de l'industrie laitière au Canada.

Simon Olivier a donné deux exemples d'innovations mises de l'avant par Agropur, soit de combiner fruits et légumes dans les pochettes de yogourt Nanö. D'un tout autre niveau, la coopérative s'est aussi démarquée par un procédé unique et la création d'une protéine qui peut être métabolisée par des gens qui souffraient d'intolérance. « Ça nous a permis de sauver des vies. »

Simon Olivier a expliqué que la génération numérique des milléniaux amène la coopérative à revoir son approche et à réinventer les produits laitiers. Elle investit donc dans l'idéation et souhaite monétiser toutes les bonnes idées. Un processus externe a même été mis en place, une première au niveau de l'agroalimentaire en Amérique du Nord, afin de solliciter des idées de partout dans le monde. Agropur a ainsi ouvert sa plateforme d'innovation et a reçu 63 propositions en provenance de huit pays sur quatre continents. Les trois meilleurs idées ont été retenues et les trois entreprises ont chacune reçu un soutien de 25 000 $. « Et on le refait cette année », a confirmé le vice-président.

« Nous avons été inondés de bonnes idées tant à l'interne qu'à l'externe. »

Certains défis attendent la coopérative, dont la réglementation dans la transformation des produits laitiers et certaines lourdeurs liées à sa taille.

Cependant, M. Olivier se réjouit du constat suivant : « Nous sommes encore capables d'innover avec des produits qui existent depuis des millénaires. »