Sections

Le commerce de chasse et pêche La Gélinotte Sports ferme après 37 ans

Pour le fils des fondateurs et sa femme, il s'agit d'une décision mûrement réfléchie


Publié le 27 novembre 2017

Pascal Leblanc et Mélanie Brissette.

©Photo TC Media - Geneviève Geoffroy

COMMERCE AU DÉTAIL. Le commerce familial de chasse et pêche La Gélinotte Sports de Saint-Charles-Borromée fermera définitivement ses portes le 5 décembre après avoir accueilli des clients pendant 37 ans.

Même si cette fermeture signifie de mettre un terme à près de quatre décennies d'activités, les copropriétaires de l'établissement depuis 15 ans affirment à l'unisson que la décision de se retirer du marché de la vente au détail d'articles de chasse et pêche a été mûrement réfléchie.

« Ce n'est pas une décision de cœur, mais une décision de tête », affirment-ils.

D'ailleurs, tour à tour, Pascal Leblanc, 37 ans et fils des fondateurs de l'entreprise, et sa femme, Mélanie Brissette, 38 ans, se disent sereins de leur choix, même si plusieurs souvenirs de leurs vies respectives et communes y sont rattachés.

Une partie importante de leur vie

Le commerce au détail La Gélinotte Sports a été fondé sur la rue de la Visitation par le père et la mère de Pascal Leblanc, Claude et Lise Leblanc, tout juste à côté de la maison familiale qui l'a vu grandir.

Des clients, fidèles depuis toujours, l'ont aussi vu vieillir.

« Je connais des clients depuis que je suis tout jeune. C'est familial comme commerce. La fidélité de la clientèle, ça a toujours été notre force », soulève-t-il.

Puis, alors qu'il se trouvait en troisième secondaire, lui et Mélanie Brissette sont tombés amoureux et ne se sont jamais lâchés depuis. Ils se sont mariés et ont eu deux enfants, lesquelles grandissent dans la même maison familiale où leur père a vécu enfant.

Lorsqu'ils étaient étudiants, Pascal Leblanc et Mélanie Brissette travaillaient au magasin, puis, il y a 15 ans, ils en sont devenus propriétaires.

Pour Pascal Leblanc, il a toujours été clair qu'il poursuivrait sur les traces de ses parents. Il affirme ne pas s'être questionné quand est venu le temps de prendre la relève.

Quant à Mélanie Brissette, comme elle le dit, « qui prend mari, prend pays ». Ayant des études en secrétariat, elle se souvient très qu'en commençant à travailler à la Gélinotte Sports, elle ne connaissait pas la différence entre une carabine et un fusil.

Contact humain

Animés tous les deux par une réelle passion du contact humain, pendant 15 ans, ils ont fait du service un client la renommée de leur commerce.

« Les clients sont devenus comme une grande famille, affirme Mélanie Brissette. Nous avons toujours donné notre 110% pour eux. »

« Nous étions surtout des conseillers », ajoute son mari.

La qualité du service à la clientèle du commerce a d'ailleurs été soulignée maintes fois par des clients du magasin lorsque Pascal Leblanc et Mélanie Brissette ont annoncé sur leur page Facebook, le 4 septembre, la fermeture de leur commerce.

« Vous étiez le magasin de chasse et pêche le plus respectueux que j'ai eu la chance de connaitre...Chez vous, on se sentait important à chaque visite peu importe le montant de l'achat », a écrit un internaute.

« Triste nouvelle, la place où le service était exceptionnel. Vous allez nous manquer ! », a ajouté un autre.

« Une grande perte pour la région. Des conseillers et un service hors pair qui ne se retrouve pas dans les grandes surfaces. Vraiment désolant », a poursuivi un autre client visiblement déçu.

En effet, plusieurs clients ont semblé sous le choc et attristés par la nouvelle de la fermeture. C'est d'ailleurs ce qu'a pu constater Mélanie Brissette sur le plancher du magasin.

« Je sais que nous avons pris tout le monde par surprise. Rien ne paraissait. Nos inventaires étaient pleins et on était prêts pour la chasse »,  relève-t-elle.

Divers facteurs

Selon le couple, plusieurs facteurs expliquent que le chiffre d'affaires de l'entreprise réduisait sans cesse depuis deux à trois ans.

Le vieillissement de la clientèle qui peine à se renouveler en serait une selon eux.

« Il manque de relève à long terme. Il y en a, mais pas assez pour remplacer ceux qui ne chassent plus. La chasse semble moins à la mode », estime Pascal Leblanc.

Or, la plus grande raison qui expliquerait, selon eux, la diminution de leur chiffre d'affaires est la vente en ligne.

« Ça fait deux ou trois ans que la vente en ligne nous rentre dedans. Même nos maisons-mères ont commencé à vendre en ligne. Ça crée de la compétition avec une entité avec laquelle je ne peux pas me battre », affirme Mélanie Brissette.

« Notre compétition la plus forte, c'est sur Internet. Par exemple, notre plus grand compétiteur est en Ontario où il n'y a pas la taxe provinciale comme au Québec. Déjà là, on est moins compétitifs », renchérit Pascal Leblanc.

Pour Mélanie Brissette, « l'autre fléau », sont les magasins grandes surfaces qui empiètent sur le marché de la vente d'articles de chasse et pêche.

« Nous, nous sommes des spécialistes, mais quand un client va dans une grande surface, il a accès à tout sous un même toit », mentionne-t-elle.

Au final, la comptable en elle n'a pas vu d'autres solutions que de fermer le magasin et de liquider les articles.

« C'est quand même une grande partie de nos vies, reconnaît Mélanie Brissette. Le contact avec les clients va me manquer. »

Des vacances

Tenir les rênes d'un magasin peut être prenant. C'est ce qui est arrivé au couple de Pascal Leblanc et de Mélanie Brissette. Ils travaillaient tous les deux six jours sur sept, du lundi au samedi. Le dimanche, journée de congé, était réservé aux commissions.

C'est donc des vacances de quelques mois pleinement méritées qui attendent le couple à la fermeture définitive du magasin.

Le duo compte profiter pleinement de sa vie de famille, ce qui était plus difficile au cours des dernières années.

Quant à l'avenir, ils ne sont pas inquiets.

« Il y a toujours de la place pour des gens travaillants », estiment-ils.