Sections

Une entreprise de Saint-Félix investit 2 M$ pour bonifier son usine

Une histoire de famille depuis 60 ans


Publié le 2 novembre 2017

D'ici quelques années, Claudia (à gauche) et Alexandre (à droite) prendront les rênes de l'entreprise familiale dont Jean-Pierre Syri (au centre) a fait l'acquisition en 1992.

©Photo TC Media - Caroline Morneau

AFFAIRES. L'un des employeurs importants à Saint-Félix-de-Valois, Syri Stainless, terminera d'ici quelques semaines des travaux d'agrandissement et d'acquisition de matériel évalués à 2 M$. L'entreprise familiale qui célèbre ses 60 ans cette année espère créer, avec ces investissements, une dizaine de nouveaux emplois.

L'entreprise Syri Stainless, c'est une histoire de famille qui débute il y a 60 ans. Hans Syri, un Allemand d'origine, est en visite au Canada pour plusieurs mois en 1956. Puisqu'il a peu d'économies en poche, il se déniche un emploi dans une compagnie torontoise spécialisée en fabrication et installation d'équipements pour les abattoirs.

« L'entreprise de Toronto l'a envoyé à Saint-Félix-de-Valois pour un contrat d'installation. Le village à l'époque comptait deux abattoirs », raconte Johanne Dumais, directrice générale à Syri Stainless.

Alors que Hans Syri amorce son travail à Saint-Félix, néanmoins, la compagnie pour laquelle il œuvre fait faillite, ceci incitant le maire de l'époque et la coopérative formée pour financer la tenue des travaux à racheter le contrat et à engager l'homme qui ne parlait pas un mot de français comme travailleur autonome.

En 1957, l'entrepreneur fonde Syri Stainless avec sa femme, Denise Hénault, dont il fait la rencontre à Saint-Félix. L'entreprise connaîtra un succès grandissant au fil des ans.

« Il avait des compétences en soudure acquises en Allemagne et des techniques avancées pour l'époque, ce qui lui permettait de se démarquer », explique à son tour Jean-Pierre Syri, fils de Hans et époux de Johanne Dumais.

Jean-Pierre Syri est propriétaire de la compagnie depuis 1992. Il a procédé à un premier agrandissement d'envergure de l'usine en 1994. Puis, en 2017, la compagnie prend de nouveau de l'expansion et double sa superficie grâce à des investissements de 2 M$. Les enfants de Jean-Pierre Syri, Claudia et Alexandre, se préparent à leur tour à se porter acquéreurs de l'entreprise.   

 « Mon mari travaille ici, raconte Claudia Syri. Il a insisté pour que je vienne aussi travailler à la "shop" dans le but d'acheter l'entreprise avec lui, mon frère et possiblement d'autres actionnaires, d'ici quelques années. » La jeune mère de 23 ans ajoute n'avoir jamais songé à poursuivre le travail commencé par son grand-père avant tout récemment.

Même son de cloche du côté de son frère, Alexandre Syri, qui ne s'était pas imaginé, lui non plus, prendre la relève de la compagnie familiale. « J'ai un baccalauréat en biochimie. Ce n'est pas un milieu où il y a beaucoup de sécurité d'emploi, alors je me suis tourné vers ce projet de père en fils. C'est une belle opportunité. Je travaille présentement comme chargé de projets ici et j'ai commencé comme concepteur. La transition se fera dans quelques années pour l'acquisition de l'entreprise. »

Des équipements à la fine pointe

Syri Stainless, qui se spécialise dans la fabrication et l'installation d'équipements en acier inoxydable, emploie environ 35 personnes aujourd'hui, excluant les nouveaux travailleurs qui intégreront l'usine, une fois les travaux terminés.

L'entreprise dispose d'une clientèle variée, notamment des brasseries, des hôpitaux, des abattoirs, le milieu de la construction, et celui de la transformation alimentaire, entre autres.   

Avec les investissements de 2 M$, l'usine doublera sa superficie et sera dorénavant dotée d'une découpe au laser évaluée à 600 000 $. Cet outil, selon la famille Syri, permettra d'augmenter le rendement et la rapidité d'exécution. D'autres équipements seront ajoutés pour améliorer la production.