Sections

Des frais supplémentaires pour le même trajet


Publié le 8 novembre 2017

©(Photo TC Media – archives)

TRANSPORT SCOLAIRE. Résident de Saint-Ambroise-de-Kildare, David Roy a tenu à dénoncer une situation qu'il qualifie de « ridicule » quant au transport scolaire de ses enfants. Cette année, il doit payer 250 $ de plus pour chacun de ses fils puisqu'ils ont changé d'école, et ce, même s'ils effectuent le même trajet. 

L'année dernière, ses enfants fréquentaient l'école secondaire Thérèse-Martin. Pour s'y rendre, un autobus passait à leur domicile et les amenait à Barthélemy-Joliette où ils devaient effectuer un transfert pour ensuite se rendre à Thérèse-Martin. Aucun frais n'était appliqué, puisqu'il s'agissait de l'école attitrée à leur secteur.

Depuis cette année, les deux adolescents ont changé d'établissement scolaire afin de joindre les sport-études de Barthélemy-Joliette. Ils prennent donc le même autobus, mais une fois à Barthélemy-Joliette ils y demeurent plutôt que de prendre un second autobus vers Thérèse-Martin.

Toutefois, comme il ne s'agit pas de l'école désignée pour le territoire de Saint-Ambroise, des frais supplémentaires de 250 $ ont été chargés à M. Roy pour chacun de ses enfants. « C'est ridicule, c'est le même autobus qu'ils prennent et à la limite, il les transporte moins longtemps. En plus, c'est seulement pour le matin, car comme ils sont en sport-études, c'est moi qui doit aller les chercher le soir», a commenté David Roy.  

Il a ajouté que d'autres commissions scolaires acceptent que les élèves fréquentent une autre école sans frais supplémentaire si l'école de leur territoire n'offre pas le sport-études que l'élève veut intégrer. « Sur les années qu'ils seront au secondaire, ça va faire 1800$ de plus à payer. C'est aberrant et illogique. »

Comme réponse, la Commission scolaire des Samares (CSS) soutient que dans un contexte où l’élève ne fréquente pas son école d’origine, il y a des frais, puisqu’il s’agit d’un transfert volontaire et que les parents ont reçu l’information en lien avec ce coût qui découle de la Politique de transport de la CSS.

Elle a joint à cette réponse un extrait de cette politique. «L’élève de la Commission scolaire qui choisit de fréquenter une école autre que celle de son secteur de résidence, soit pour étudier dans une concentration, soit parce qu’il préfère telle école à telle autre est dit « en transfert volontaire ». Cet élève n’a pas droit au transport gratuit entre son domicile et l’école choisie. »

David Roy, pour sa part, rétorque qu'une politique interne, « ça se change facilement ». Il termine en dénonçant la mauvaise communication entre la commission scolaire et l'école secondaire qui se renvoient constamment la balle.