Elle défonce les barrières et devient auteure

Malgré les difficultés d'apprentissage

Élise Brouillette elise.brouillette@tc.tc
Publié le 3 décembre 2015

Mélanie Isabelle réalise un rêve.


©TC Media - Élise Brouillette

Mélanie Isabelle est atteinte de dyslexie, de dysphasie et de dysgraphie. À l'école, elle a fréquenté les classes spécialisées toute son enfance. Elle a découvert, dans la trentaine, qu'elle souffre du trouble du déficit de l'attention.

En entrevue avec le journal l'Action, elle raconte que même si elle a de l'imagination pour 25 personnes, elle ne maîtrise pas bien le français. Toutefois, il y a un an et demi, elle s'est mise à écrire pour se changer les idées, alors qu'elle traversait une mauvaise période. Elle écrivait tous les jours, dès qu'elle avait quelques minutes.

Pour elle, la publication de ce roman est la concrétisation d'un rêve qui semblait impossible.

Défoncer les barrières

Lorsque Mélanie a parlé de son projet de roman à ses proches, ils ont accueilli cette démarche comme « une idée parmi tant d'autres ». « J'essaie plein de choses », confie-t-elle. On lui rappelait aussi ses difficultés en français. Puis, elle a commencé à faire lire le manuscrit aux gens, qui en redemandaient.

Au départ, Mélanie Isabelle n'envisageait pas de soumettre le livre à un éditeur. Peur du rejet. Peur de la déception. Toutefois, son fils et une amie l'ont encouragée à tenter sa chance. « Mon fils m'a dit : tu nous as toujours dit de croire en nos rêves et tu vas laisser ton livre sur une tablette? »

« Je me disais que je n'avais pas mon diplôme de secondaire cinq, que j'avais passé mon enfance dans des classes spécialisées. Que j'avais subi de l'intimidation. Que je n'étais pas de cette catégorie-là… »

Le tout premier éditeur à qui elle a envoyé son roman a accepté de le publier. « Quand je l'ai su j'ai crié, j'ai pleuré. Peu importe le nombre de livres que je vais vendre, la réussite est déjà là », affirme-t-elle.

Mélanie Isabelle lancera son roman le 13 décembre, à 15 h, au Sim's Irish Pub. Un autre lancement pour les adolescents et les adultes aura lieu à la Maison des jeunes de Crabtree le 19 janvier, à 19 h 30. Le roman est disponible sur demande en librairie.

L'auteure donnera aussi une conférence, le 14 décembre, devant des étudiants de l'École secondaire Barthélemy-Joliette, au sein de la classe qu'elle a elle-même fréquentée en 1992. « Je veux leur faire réaliser qu'ils peuvent croire en leurs rêves. J'aimerais ça leur faire découvrir cette sensation. »

« Je veux leur dire qu'on peut avoir une méchante belle vie malgré les embûches. La vie donne des épreuves, mais il s'agit de défoncer les barrières », poursuit-elle.

Auparavant, Mélanie Isabelle, qui possède une entreprise de traiteur, évitait d'écrire sur Facebook parce qu'elle était gênée de faire des erreurs. Aujourd'hui, elle déclare que son roman a changé sa vie et sa façon de s'aimer. « Oui, je fais des fautes, mais j'ai réussi à écrire un livre. Je suis pleine de potentiel et je le sais. »

« Tout est possible. Tant que tu rêves, tu es encore vivant », conclut l'auteure.

Mélanie Isabelle planche déjà sur un deuxième tome. Elle invite les lecteurs à laisser leurs commentaires sur sa page Facebook et à participer en quelque sorte à la rédaction du roman en lui partageant leurs attentes pour la suite de l'histoire.

Information : www.facebook.com/auteuremelanieisabelle

Pour télécharger notre toute nouvelle application:  TC Media Nouvelles